GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Connardum Politicae > Le type qui ne parle même pas anglais : la gouvernance des comptables.

Le type qui ne parle même pas anglais : la gouvernance des comptables.

jeudi 13 février 2014, par Grosse Fatigue

François Hollande est un gros con : il ne parle même pas anglais.

Ce n’est pas le genre de reproche que j’aurais pu faire à mon père, qui ne parlait que français. Ni même à des tas de gens qui n’ont pas eu la chance d’apprendre l’anglais. Ce n’est pas non plus que je vénère l’anglais. C’est une langue facile et riche, bien que les anglophones me semblent toujours manquer de vocabulaire : c’est sans doute que je n’ai rencontré que des pauvres du vocabulaire, le monde est si grand.

J’ai vu un reportage sur François Hollande à la Maison-Blanche. Non seulement il ne parle pas anglais, mais en plus, il s’en moque en baragouinant trois mots dans cette langue, afin d’affermir les clichés sur notre passéisme, notre ringardise. Le problème est qu’il me représente, et que je reflue vers le rivage élections = piège à cons depuis pas mal d’années déjà. Le pire, c’est que la valse des clichés s’accompagne à la fois d’incompétence, mais aussi d’un manque total d’intérêt : que sait faire François Hollande ? Il n’a aucun sens du rythme, n’aime pas le funk non plus, et, même si ce qu’on lui a servi n’est sans doute pas le meilleur du genre (James Brown est mort, triste vérité), il aurait pu bouger la tête. Non : il est conforme en cela à notre incapacité d’enseigner la musique dès la maternelle, car c’est réservé à la caste des musiciens que l’on n’a pas osé abolir, semble-t-il, dans l’esprit de ces gros cons. Quel plaisir de traiter ce type de gros con. Car pire encore : n’étant ni musicien ni anglophone, alors qu’il est soi-disant diplômé de l’élitisme français dans la section commerciale, quelles sont donc les qualités de ce VRP planétaire ? Que sait-il faire de ses mains ? En quoi un tel crétin ne parlant pas anglais (HEC a introduit les cours d’anglais dans son cursus en 2009 sans doute) peut-il nous servir, qu’a-t-il appris d’utile ?
Que comprend-il du monde qui ne soit pas COMPTABLE ? Au nom de quoi ce double de Sarkozy version gentil de gauche peut-il penser le monde ? Quelles sont ses valeurs, hormis l’attentisme caractéristique de tous les présidents français depuis bien avant ma naissance ? Est-il finalement le symbole de l’inutilité totale d’une classe politique qui ne vit que par et pour elle-même ? Car la question vaut d’être posée. On peut remplacer François Hollande par n’importe qui d’autre et vérifier.

Je tourne poujadiste ?

Harlem Désir : que sait-il faire ?

Coppé : que sait-il faire ?

Brice Hortefeux : que sait-il faire ?

Remplacez par qui vous voulez.

Au-delà de la pauvreté du savoir-faire (je propose qu’un test de bricolage soit obligatoire ainsi qu’un test de culture générale aux prochaines élections présidentielles, avec au minimum deux langues étrangères plus clef de sol et clé de fa - pour la clé d’ut, nous resterons magnanimes), il y a la pauvreté de l’imagination. N’importe qui sait que l’une ne va pas sans l’autre. Un type qui ne sait rien faire et gouverne un pays comme celui-ci en 2013 sans même parler anglais est forcément un technocrate, un synonyme, un médiocre : un comptable. De la gouvernance par les comptables, il faudrait faire des livres. Où est le nouveau Tocqueville capable d’écrire ce qui devrait nous pendre au nez : le renversement définitif de la classe des comptables par celle des artistes et de l’imaginaire, à coup de pots de peinture pas chers balancés sur leurs belles façades ? Où est l’entarteur ? Où est le professeur Choron ?

Nous n’en saurons jamais rien.

Nous resterons seuls.

A Groland™ peut-être ?

Enfin, je ne parle que de moi, bien entendu. Les autres ont internet™, le grand supermarché. Ou alors Julie Gayet.

J’oubliais : anarchie.

A-N-A-R-C-H-I-E !