GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Grands principes de l’économie > L’intérêt supérieur de la France

L’intérêt supérieur de la France

vendredi 25 novembre 2011, par Grosse Fatigue

Quand j’étais gamin, j’habitais un faubourg passant. Moins passant qu’avant, mais passant quand même. On avait déjà construit une déviation pour que la nationale qui en faisait le flux soit dérivée par ailleurs. Il n’empêche : ça roulait vite. Mes parents étaient suffisamment inconscients pour me laisser rouler sur les trottoirs avec mon vélo, puis plus tard avec ma mobylette™ de fils d’ouvrier.
Tout ça n’a guère d’importance aujourd’hui.

Je viens d’entendre Sarkozy nous dire, dans l’une de ses prises de positions où l’on se demande si l’horizon existe, que le nucléaire est dans l’intérêt de la France. Il n’est ni de droite ni de gauche. Le nucléaire, c’est pour tout le monde.

Il n’a pas tort. Le nucléaire, c’est pour tout le monde.

Mon faubourg était donc drôlement passant et les beaufs roulaient vraiment très vite. Il y eut plusieurs accidents. J’en ai vu un. J’ai même pris des photos. Ça me fascinait. Je n’ai pas vu les corps, juste la tôle froissée. Et puis après, des balayeurs ont balayé. Plus rien.

Un jour, un gamin de mon âge s’est fait renverser. Deux jours plus tard, on a mis un feu rouge au croisement le plus dangereux. Le gamin de mon âge n’était pas dans mon école. Je ne me sentais pas trop concerné. Personne n’est mort dans mon école. Et le temps filait.

Ah, Sarkozy ! Le voilà représentant de mon intérêt. Moi qui veut quitter le fournisseur national d’électricité qui n’arrête pas de me voler de l’argent. C’est sans doute mon intérêt national. Mon intérêt supérieur. Et puis quelle chance. Je ne suis ni ukrainien, ni japonais ! Quel chance ! Mes copains ingénieurs ont été tous hyper-sélectionnés, comme les prolos intérimaires qu’on embauche dans les centrales nucléaires pour colmater les brèches ! Le nucléaire, c’est pour tout le monde. Surtout quand ça fuit. Le nucléaire, c’est pour toujours ! Même quand ça fuit pas.

On arrêtera la mascarade quand il y aura eu des morts. Comme ailleurs. Three Miles Island, Tchernobyl, Fukushima.

Pour l’instant, tout va bien. Dans l’intérêt superieur de la France, qui n’est ni de droite ni de gauche.