GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Sérieux s’abstenir > Proctologue, Carte Vermeil et DM5

Proctologue, Carte Vermeil et DM5

vendredi 24 mai 2013, par Grosse Fatigue

A peine sorti du cabinet du proctologue, je me retrouve nez à nez avec un vieux dans une chaise roulante. D’autres viennent vers lui, ratatinés, délabrés, un peu baveux. Ils ont faim, ils vont me bouffer.

Non. C’est juste que, le proctologue, c’est pas de la tarte quand on y entre. Mais c’est presque pire quand on en sort. Je reprends mes esprits.

Le proctologue m’a dit : "Fatigue, c’est pas encore un cancer, mais ça viendra !".

Il me reste peu de temps.

Le vieux monsieur en chaise roulante lève la tête vers moi. Son visage n’a aucune expression particulière.

- "Alors Grosse Fatigue, encore en train de bavasser tes conneries ? T’as quel âge maintenant ? Hein ? Pour avoir mal au cul et venir ici, tu dois commencer à être pas loin de la barre, hein ?

Les autres se marrent. Ils sont de plus en plus nombreux. Ils poussent des petits gloussements sarcastiques, des sortes de "Bienvenue au club" dans les films américains de vampires série B tournés en vidéo et en studio tout ça.

- J’ai quarante sept ans monsieur.
- C’est bien ce que je disais : près des cinquante ans, abandonne tout espoir !
- Mais, j’ai juste eu peur d’avoir un cancer de l’anus monsieur !
- Fais donc pas le malin, hein, regarde-nous, le cancer, on l’a tous eu !

Et à nouveau, les voilà à rire, cette fois-ci à gorge déployée. Je vois au fond des bouches tout un tas d’attributs rougeâtres oscillant du vermillon au pourpre.

- Au pourpre ? Ah, pauv’Fatigue ! T’es vraiment un naze ! Le pourpre ? C’est plutôt le poulpe ici, t’as vu nos tronches ? Ah ah ah !
Et les voilà qui repartent d’un rire à vous glacer le sang.
- Tu vois Fatigue, le simple fait d’être là, c’est entrer pour la première fois très clairement dans la vieillesse. Tes étudiantes te prennent au mieux pour un vieux beau - ça va pas durer - au pire pour un vieux dégueulasse - ça va venir. En plus, pour ton cul et tes ulcères, on leur a rien dit, mais nous aussi on a internet, et, regarde bien, on a aussi des appareils photo digitaux !

Et les revoilà à rire comme des chèvres, l’un deux me mitraillant mode rafale et flash annulaire (sans doute un dermatologue à la retraite).

- On va te foutre ta gueule sur internet ! On va dire : Votre prof en slip chez le proctologue !
Un autre reprend :
- Ça va t’en boucher un coin !
- Ça va te faire les pieds !
Dans son coin, la secrétaire médical me couve du regard. Elle me dit :
- Ne vous inquiétez pas, ils sont toujours comme ça ! On peut pas les repousser, les vieux, c’est un sacré marché !
- Tu l’as dit salope ! lance le plus décrépi, sautant du marche-pied de son fauteuil roulant, et s’élançant vers la dame :
- Tu crois qu’on bande plus ? Hein ??? Tu crois qu’on bande plus ?
- Mais monsieur, asseyez-vous dit-elle, vous êtes dans une chronique sur internet, il faut rester digne ! Allons, allons, prenez donc un bonbon !
- J’vais te prendre le cul, tu vas voir !
Roy me tape sur l’épaule.
- GF, c’est bientôt le week-end. Je comprends ton mal de cul. T’en as plein le cul comme ils disent. Mais là, tu dépasses les limites. Lazuly t’a dit que si tes textes n’étaient plus référencés sur le Rezo.net, c’est juste qu’ils étaient nuls. Si t’écrivais un vrai texte de gauche, un truc où tu t’apitoies vraiment sur la misère du monde, par exemple sur les vieux et leurs hémorroïdes, en ces temps de crise, ça...

Un senior lui coupe la parole. (Je n’ai pas écrit senior mais certains mots ne s’écrivent plus !)

- On n’en a plus d’hémorroïdes jeune homme ! On est là simplement parce que :

(Tous en chœur)

ON EN A PLEIN LE CUL !

- Mais de quoi je leur demande, de quoi ?
- Mais de tout bande d’imbéciles ! Nous, on est les Trente glorieuses, on a bossé à la chaîne, on a reconstruit la France, on vous a donné la belle vie, et vous, là, qu’est-ce que vous faîtes ? Hein ? Vous croyez aux théories libérales qui stipulent que l’on passe naturellement d’une société industrielle à une société de services ! C’est pas n’importe quoi ça ? Hein ?

Roy :

- C’est mieux. Là, les humanistes de gauche vont comprendre que tu te reprends. Tu parles des vieux, de leur mal à l’âme, tout ça.
- Roy, je deviens fou.
- Qu’est-ce que tu racontes ?
- On n’est pas chez le proctologue. On est chez le psychiatre.
- Putain c’est vrai ça. C’est marqué sur la porte. Et t’as une camisole de force !
- Je ne peux plus écrire ?
- Ben si, ça a l’air d’aller.

Le proctologue vient vers nous, tout sourire. Il nous annonce que la nouvelle classification psychiatrique américaine vient de sortir. DSM 5. C’est son nom. C’est formidable. Elle précise que nous sommes tous cinglés ! Complètement cinglés !

ÇA EXPLIQUE TOUT !

Les guerres, Adolf Hitler, l’adultère, la mélancolie, la pluie qui tombe, les filles qui vieillissent, Bernard Lavilliers, les supporters du PSG, l’accent marseillais ! TOUT Y EST ! Même David Guetta pourrait être guéri de sa surdité psychologique et déprimante !

On est complètement cinglé ! Et mieux : il y a maintenant un médicament pour tout ! Chaque petite maladie a son médicament. Chaque petite maladie a son médicament. On va enfin guérir. Tout va aller mieux.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

L’ambulancier s’approche de Roy.
- "Je peux le ramener ?
- Prenez-en soin."