GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Chroniques de 2017 > Le relativisme m’a tuer

Le relativisme m’a tuer

lundi 13 février 2017, par Grosse Fatigue

En regardant Marine Le Pen à la télévision, j’ai bien compris qu’ils avaient gagné. Les relativistes. Je les connais depuis les années de fac, quand on débitait du Bourdieu en tranches, quand les déterminismes faisaient cause, quand il n’y avait qu’une explication à tout, et quand il semblait nécessaire de ne rien juger que les restes d’une lutte des classes engloutie par autre chose.

A l’époque, il était assez difficile de comprendre où se situait la gauche intellectuelle. Elle tirait les derniers marrons du feu de la French ideology et l’on se pâmait encore devant Foucault ou Derrida. J’admirais Foucault pour son écriture comme on admire un hâbleur dans les marchés du dimanche. Mais après l’avoir lu, il me restait la même sensation qu’après avoir utilisé l’éponge-miracle ou le couteau que l’on n’aiguise plus jamais. A ce niveau-là, je préférai encore Rahan et mes lectures d’enfants. Je me demande d’ailleurs ce qu’aurait été Rahan s’il avait été relativiste. Les tribus d’anthropophages auraient-elles été saluées comme telles par un Rahan adhérant au multiculturalisme américain ? Et où aurait été le pitch ?

Puis vinrent les relativistes. Les mêmes. Il jetèrent rapidement les oripeaux de l’égalité sociale pour les habits neufs des minorités, quitte à défendre des intégristes religieux au nom du droit à la culture de l’autre. Hitler non, sauf s’il est Africain. Les universités de sociologie fabriquaient même quelques dictateurs d’Afrique Noire, et quelques copines osaient alors prétendre que l’excision avait une valeur humaine : celle qui permettait aux femmes de la tribu d’accéder au statut de femme. Nous étions en 1986, la messe était déjà dite. A force de ne plus vouloir être universaliste, il ne faut pas s’étonner de voir l’affront national défendre la laïcité... Quel boulevard pour la fille à papa... J’ai même vu un maire communiste défendre - avant tout - le droit des femmes à se voiler, comme un vulgaire Hamon défendant le machisme dans les cafés au nom d’une tradition ouvrière à laquelle il ne connaît rien.

L’ascension finale du nouveau fascisme made in France a de l’allure. La gauche en a construit les fondations, en abandonnant l’éducation à l’égalitarisme et le combat social aux minorités... Qu’on ne vienne pas s’étonner si les arrières petits-enfants de l’Assommoir votent comme les pharmaciens du centre-ville. A confondre capitalisme et modernité, universalisme à la française et colonialisme, on nous refait de l’Amérique en France, panoplie complète, sauf le petit Jésus... Ghettos, communautés, respect bidon des religions que l’on devrait toutes combattre, haine des femmes, et tatouages pour tous.

Le relativisme m’a tuer et tout se vaut. Ceux qui jugent encore auront hélas un jour ou peut-être le droit de juger ceux qui ne pensent toujours pas comme eux, j’espère d’ici-là avoir trouvé une destination low-cost avec mes enfants et la chatte, si elle survit encore.