GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Généalogie du dégoût > Black Merde : trop tard pour tout

Black Merde : trop tard pour tout

mardi 23 août 2016, par Grosse Fatigue

Le maire de Verdun aurait finalement annulé le concert de "Black M" dans sa ville. C’est sans doute une bonne chose. Quand on voit ce que l’individu essaye d’écrire et quand on entend ce qu’il chante, on a envie de fermer les volets pour protéger les enfants, même si c’est trop tard.

C’est trop tard pour tout.

Un ami m’a dit ça l’autre soir. Il était pire que moi. On se connaît depuis trente ans. J’ai longtemps cru qu’il finirait alcoolique et transpirant, puisqu’il était les deux, mais le voilà quasi-végétarien et à courir le long de la Loire hiver comme été. Blasé de rien et revenu de tout, misogyne comme un écrivain de l’entre-deux-guerres, aussi fini qu’on peut l’être. "C’est trop tard pour tout". Il m’annonce la suite. J’ai rejoint la clique des cinquante ans, tout va s’écrouler peu à peu, autant ne pas penser au passé et ne rien espérer des enfants. On ne peut rien contre le rouleau commercial qui leur fait préférer Black M à Bradk Meldhau. Le reste est trop difficile.

Puis on regarde Beyoncé chanter devant Stevie Wonder et l’on se dit qu’elle en est donc capable. Alors pourquoi faire du commerce ?

Beaucoup d’amis m’ont servi de contre-modèle, en ratant leur vie dix ou quinze ans avant moi. L’amitié sert aussi à ça. Personne n’ira le dire, à part peut-être Viriginie Despentes, que je lis allègrement, au pied du Ventoux, à écouter le type d’à-côté passer la tondeuse, en attendant les cigales, en me demandant si elles sont aussi en voie de disparition. Beaucoup d’amis ont vécu ce que je vis et l’on vit tous plus ou moins la même chose. L’autre jour, j’en ai parlé à une stagiaire. Une fille profondément gentille. Je lui ai raconté mes gosses, leur mère, la merde, l’avocat, la connerie. J’ai ajouté que personne n’y échappait ou alors il fallait vraiment se forcer ou alors il fallait être catholique intégriste ou alors il faut avoir de sacrées valeurs. Depuis, elle me demande si je le pense vraiment.

Comme elle a vingt ans, il n’est pas trop tard pour tout, mais bon. Ce n’est pas que je le pense vraiment, comme s’il s’agissait d’une opinion sur la profonde bêtise de Nicolas Sarkozy. Ce sont juste les faits, le paysage de nos vies.