GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Mineurs > Le retour de la vache folle

Le retour de la vache folle

mardi 29 mars 2016, par Grosse Fatigue

Le préfet de la région concernée est rassurant : la vache folle est une exception sans danger, de même que la percée de Sedan en 1940 était, dans la même région et pour les mêmes causes, la même chose : une exception.

La France est exceptionnelle. Je nous, vous, tout le monde. Le Français est un être exceptionnel. J’ai moi-même hérité de cette prétention à l’exceptionnalité, un mot qui n’existe pas.

De même que la France n’a pas été survolée par le nuage de Thernobyl, de même que nos ingénieurs sont les meilleurs du monde, de même que nos énarques sont enviés à l’étranger tant et si bien qu’aucun pays au monde n’a eu l’idée de nous copier l’ENA, de nous acheter le Minitel™ ou de rouler en TGV, de même :

LA VACHE FOLLE FRANÇAISE EST UNE EXCEPTION

Ce n’est pas l’un de ces connards d’agriculteur qui le dit (paix à son âme et à son cancer de l’anus : j’en ai vu ce week-end, qui épandait dans la joie, tout le liseré familial femmes et enfants, cousins et cousines, porcherie aussi), non, c’est bien mieux !

C’EST UN PRÉFET !

Et ça m’oblige à écrire en majuscule pour appuyer plus fort comme qui dirait que, si c’était manuscrit, j’aurais souligné plein de fois en faisant des ronds rageurs en rouge et au Bic™ ! C’est un préfet ! Et pour bosser avec d’anciens préfets, je dois avouer qu’il est difficile de faire plus rigide qu’un préfet français ! La preuve : à l’étranger, eh bien, personne n’en veut ! Mais l’étranger, c’est moins bien.

Le préfet a sans doute téléphoné aux services vétérinaires. Connaissant le prion, les vétérinaires ont sans doute dit au préfet : va falloir tout brûler, mais ça n’est pas suffisant, il faut aussi une zone interdite, plus une quarantaine pour les éleveurs et leur famille, il faut aussi retrouver la viande de l’élevage.... Le préfet a ensuite dit au vétérinaire : non, il faut que vous fermiez vos gueules, sinon, on va plus vendre de viande. Les vétérinaires se sont donc tus.

Et le préfet a été rassurant. Je l’ai entendu à la radio. Il a dit, texto : "Nous avons les outils de traçabilité !"

C’est fabuleux. On devrait savoir qui a mangé potentiellement du prion, si jamais quelqu’un se décidait à tracer la chose. Et on ne va pas faire paniquer des millions de consommateurs. On va juste envoyer un recommandé par la Poste aux supermarchés qui ont vendu sous blister la viande potentiellement tueuse. Et que feront les supermarchés ?

Ils vont se méfier et s’approvisionner ailleurs. Dans le Limousin ou en Angleterre™, avant que d’autres vaches folles ne fassent leur apparition.

On peut bien entendu remplacer le mot "vache folle" par "catastrophe nucléaire" ; "inondation" ; "réchauffement climatique" ; "chômage de masse" ; "Bureaucratie", et même, oui, même : "et cetera"....