GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Généalogie du dégoût > Nos naïvetés

Nos naïvetés

vendredi 18 mars 2016, par Grosse Fatigue

L’actualité me fait rire. Un évêque catholique protège des prêtres pédophiles, et des gens s’en plaignent, alors qu’il ne fait que son métier. Des riches manifestent contre l’implantation de pauvres dans leur quartier de riches. Pendant ce temps-là, d’autres gens font des pétitions pour que tout cela cesse.

Ah ah ah !

Mais si les prêtres catholiques n’avaient pas une petite déviance sexuelle, seraient-ils devenus prêtres catholiques ? Et à quoi sert le protestantisme ? On se le demande.

Quant aux riches, soyons clairs : je les soutiens.

Depuis quand les riches doivent-ils être généreux ? Enfin ! Si les riches étaient généreux, seraient-ils riches ? Bien sûr que non. D’ailleurs, si l’on calcule bien, on est tous le riche d’un autre. Et même nos pauvres ont bien souvent sous nos contrées de quoi vivre dix ans en Inde avec un seul mois de RSA. Nos salauds de pauvres vont-ils pour autant donner un peu de leur RMI à Médecins sans Frontière ?

Bien sûr que non.

Et imagine-t-on une seconde les vieilles du XVIème dans leurs appartements vides accepter quelques familles syriennes vu qu’on manque quand même pas de place ? Gratuitement ?

Mais enfin ! C’est pas l’URSS ici !

Non, moi, je trouve ça normal. On exagère vraiment le droit de pétition. Que nos riches soutiennent des évêques pédophiles (oui, j’avance l’hypothèse, elle me semble évidente), eh bien, je trouve ça normal aussi. Que les évêques soutiennent des prêtres pédophiles au lieu de demander à longueur de journées aux riches d’ouvrir leurs appartements cossus qui valent si cher et qui sont vides même quand on ne skie pas en Suisse, tout cela me paraît normal. Si la nature a horreur du vide, ce n’est pas le cas des riches, sauf pour les coffres forts. Combien d’appartements vides dans le XVIème arrondissement de Paris ?

Mieux vaut ne pas savoir.

Maintenant, on pourrait interdire les riches, les prêtres et les évêques. On pourrait changer le monde. Mais j’ai cinquante ans dans une semaine. (Merci de me faire parvenir des milliers d’argent via mon compte PayPal™, lecteur riche).

On pourrait interdire.

Je m’en réjouirais certainement. Mais la chose est difficile et confuse, et puis il y a toujours un quidam pour nous dire qu’il faut de tout pour faire un monde, tout ce fatras fatigant et relativiste.

Non, laissons donc les choses en l’état, ça nous donne du grain à moudre, ça nous donne des histoires à se raconter. C’est très bien ainsi. Que serait un monde où tout le monde serait riche ? Ou le contraire ?

Allons donc.