GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Généalogie du dégoût > Intelligence artificielle et vache Holstein

Intelligence artificielle et vache Holstein

mercredi 9 mars 2016, par Grosse Fatigue

L’autre soir au salon de l’industrie agricole de Paris, un type en pinçait pour sa vache Holstein. La vache aurait pu s’appeler Franck, mais c’est un mauvais jeu de mots, même si la vache en question est bel et bien.... un monstre. Oui, la Holstein, si jamais l’humanité venait à vivre Malevil, ne s’en remettrait pas. La Holstein est l’équivalent de Pamela Anderson : la démesure mammaire.

L’agriculteur de l’autre soir était très fier de sa bête. Elle était propre, il la parfumait au N°5 de Chanel, il la peignait, elle avait des pis tellement énormes que l’on se demandait si elle pouvait aller au pré, s’il reste un pré derrière l’étable... Elle a le bassin trop étroit pour mettre bas toute seule, c’est une sous-espèce fragile et artificielle, c’est une bête qui devrait nous faire de la peine si l’on se regardait nous-mêmes.

Mais le mythe du pedigree et de la race a la vie dure.

Après le journal de 20 H et cette monstruosité, nous sommes allés, les enfants et moi, prendre les bébés cochons d’Inde dans nos mains. J’ai volontairement mélangé un gros angora avec sa fille elle-même à poils ras, ce qui donne du récessif en pagaille et de la diversité pour de bon. Cela nous a fait du bien. J’ai ensuite insisté auprès des enfants pour qu’ils comprennent que le darwinisme - s’il a bien conceptualisé l’idée de la sélection naturelle - a, si l’on puit dire, une autre mamelle : le polymorphisme.

Et aujourd’hui, le polymorphisme - ou l’altérité si l’on veut - on n’aime pas trop ça. Les chiens de race en meurent, et les punks à chiens sont sans doute les meilleurs sauveteurs de l’espèce canine, avec les loups sauvages j’imagine.

Ce matin, voilà donc qu’un ordinateur de chez Google™ aurait gagné au jeu de go, contre le champion du monde. Encore de l’hypertrophie. L’intelligence artificielle serait en passe de nous dépasser, sans doute pour améliorer un jour et quelque part la race Holstein de l’humanité, cette espèce humaine souvent lamentable et sans espoir. Si l’on pouvait inventer une humanité artificielle sans vache Holstein, et pleine d’humanité, à défaut d’avoir des organes de chair et de sang (SIC), ça ne serait pas plus mal.

Ça nous donnerait Blade Runner.

Ce qui tombe bien. Il pleut. Et pas qu’en Chine.