GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Mineurs > Tu dois avoir la haine....

Tu dois avoir la haine....

lundi 14 décembre 2015, par Grosse Fatigue

Des amis m’ont dit un peu la même chose. Je passe devant le juge demain matin, je suis un homme, le juge est une femme, ma femme m’a quitté, elle faisait bouillir la marmite, je m’occupais des enfants, ou peut-être pas après tout, puisque des gens disent que ça n’est même pas vrai.

La femme de ma vie était une femme exceptionnelle.

Tu dois avoir la haine avec tout ce qu’elle t’a fait, et là, te dire que vous étiez si heureux, pour te balancer des témoignages accusateurs et par écrit une semaine après, tu dois être fou ! Autre version : des trucs, comme ça, c’est impardonnable ! Tu pourras jamais t’en remettre.

Et d’autres.

C’est une sorte de soutien. On me dit : mais bats-toi !

Ok.

Parois je réponds : ah oui putain je vais me battre Rambo ! Rambo !

Et puis je regarde les photos des gamins, et mon cerveau me concocte le retour en arrière habituel de la mémoire. Comme je regrette parfois d’avoir de la mémoire. Si seulement j’acceptais l’obsolescence ! Va de l’avant va de l’avant !

Tu lui en veux, hein, tu lui en veux ? Tu vas la pourrir maintenant, non ?

Non.

Je la revois dans une hacienda indienne au Mexique dans la lumière ocre de la fin de journée, juste avant la nuit qui ne refroidissait rien. Je la vois planer au-dessus du sol vu que j’étais amoureux du mystère en elle. Je me souviens de la chaleur à Mazatlan, de mon incapacité à me mouvoir, et des dragons sur la plage. Je me souviens des naissances, des gamins petits, des premiers pas, des couches, d’elle qui se levait la nuit, de la fatigue et des dix ans que l’on prend en quelques mois, je me souviens des courses à pied et des photographies, je me.

Mais t’es cinglé ou quoi ? Elle demande la garde complète de tes quatre mômes ! Elle est partie avec un pervers et un maniaque, tes enfants y sont presque à nouveau, c’est terrible.

Oui, c’est terrible.

Je me souviens des amis au printemps sur les balcons bleus de l’ancienne maison, et même des voisins cons que j’aimais bien. Il y avait du San-Francisco dans notre jeunesse commune que l’on enterre demain. Je me souviens du champagne et des amis au piano, et des cache-cache avec les grands yeux des enfants et le rire en-dedans.

Arrête un peu, reprends-toi, tu dois avoir la haine !

Je me souviens de son courage, et d’un matin tôt, un mardi, quand je prenais le train de 7h17 et qu’elle rentrait de garde, et qu’elle m’a dit "rien à signaler, je viens juste de ranimer un nouveau-né". Dans mon train je me sentais minuscule, mais complètement raté, ridicule, inutile.

Allez, c’est du passé ! Bats-toi Grosse ! Te laisse pas faire !

Oui ok. Je ne me laisse pas faire.

Mais j’ai appris quand même quelque chose que je sais depuis longtemps : je n’ai aucune rancune, je n’ai pas de haine, je n’ai rien en-dedans d’homo-sapiens typiquement. Je n’ai rien de cela. Je vais mettre mes souvenirs dans une grande boîte symbolique et la laisser là. J’écouterai du Jonasz, ça ne changera pas. On fait ça avant les enterrements. On fait de son mieux, on se souvient des bons moments. Après les enterrements, on ne pleure plus, on dit que c’est fini, que l’avenir est là, pour un instant, un instant seulement. Et regarder les enfants grandir, même juste une semaine sur deux, au mieux, si tout va bien, si la juge pouvait être d’accord.

J’imaginerais qu’elle est morte par accident. J’ai l’habitude de ce genre d’impuissance, c’est plus pratique à digérer, c’est comme la viande cuite, c’est moins cru. Demain, j’irais sans haine, totalement vide, peut-être un peu de pitié d’elle, à me demander pourquoi tu as tout détruit, quatre mômes et un chat, tout ça.

Mais elle n’est pas morte ! Tu sais bien qu’elle n’est pas morte ! Elle est cinglée ! Elle est malade ! Tu le SAIS bien !

Je m’en fous. Je préfère croire à une espèce de mort.

J’aurais peut être un peu de pitié. Et puis, elle m’imagine maintenant, elle dit n’importe quoi sur moi, comme si elle ne m’avait jamais rencontré. C’est peut-être le cas. Je ne sais plus.

Un peu de pitié peut-être. Et de la déception.

Un enterrement, en somme.