GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Chroniques de 2017 > Imaginons un menu végétarien

Imaginons un menu végétarien

mercredi 2 septembre 2015, par Grosse Fatigue

Je préviens tout de suite que je mange assez peu de viande. Du poulet deux fois par mois. Un peu de canard. Du jambon rarement. Le reste encore plus rarement. Mais, car il y a un mais : j’ai un peu d’imagination.

Imaginons un pays où la plupart des gens mangent, par exemple, des escargots. Ceux-là sont bien dégueulasses et sans apports nutritifs réels. Ils sont élevés en batterie dans une péninsule bucolique qui aurait mieux fait de se spécialiser dans l’élevage d’autre chose mais ça n’est pas important. A la cantine, on donne, entre autres, des escargots à manger aux enfants. Pas beaucoup et pas tout le temps, mais bon, il faut bien filer des escargots pour maintenir la filière à flot.

Un jour, une minorité d’enfants refuse de manger des escargots parce que leurs ancêtres ont cru bon d’écrire quelque part qu’à leur époque, ça ne se faisait pas. Soit. Après tout, dans ce pays imaginaire, beaucoup de gens refusent de manger des tomates, pour des raisons à peu près équivalentes.... Certains ne mangent que des légumes de saison, ce qui n’est pas simple quand l’hiver est long et les endives trop courtes. Mais c’est aussi pour d’autres raisons, plus faciles à comprendre : en ne mangeant que des légumes de saison, par exemple des tomates en été, eh bien, on mange des tomates cultivées sous serres, mais avec un peu moins d’engrais que pour celles qui sont cultivées sous serre.... l’hiver.

Imaginons maintenant que d’autres enfants, pour des raisons équivalentes, décident de ne manger que des chewing-gums. Ah, là, ça se complique. On interdit généralement aux enfants de mâcher des chewing-gums à l’école. ON INTERDIT ! En fait, avant, on interdisait. Aujourd’hui, je ne suis sûr de rien.

Ajoutez à cela deux ingrédients : la laïcité et Adolf Hitler.

La laïcité, contrairement à CE QUE TOUS LES CONS CONTEMPORAINS RACONTENT À LONGUEUR DE JOURNÉE, a été inventée pour empêcher les croyants de faire chier le monde. Globalement, c’était un bon moyen d’évincer l’Eglise (catholique), de la sphère publique. C’est bien plus tard, grâce au politiquement correct de mes fesses que quelqu’un, quelque part, a osé dire que la laïcité, c’était le respect de "toutes les religions"... C’est complètement faux enfin ! La preuve : il y a même un organisme qui lutte contre les sectes en France.

OUPS : je parlais d’un pays imaginaire.

Ah, et puis : Adolf Hitler était végétarien !

Donc : ça ne veut rien dire d’être végétarien.

Rébus.

Ce n’est pas que j’ai bu mais voilà, le type qui nous dit que des repas végétariens pourraient apaiser les tensions communautaires, moi, ça m’énerve... Il me semble qu’il vaudrait mieux apaiser les communautés, voire les faire disparaître, afin que notre belle nation imaginaire, imaginée, soit composée d’individus libres et égaux qui décident en toute conscience de bouffer des escargots ou de la salade, voire de ne pas bouffer du tout. Ceux qui voudraient rester à jeun pourraient aller dans des écoles privées pour les maigres. Après tout, on s’en fout, l’école ne sert plus à rien puisque la reproduction sociale est à son comble et les réformes inutiles ! Parlons franc ! Et puis, quand même, à la cantine généralement, il y a plusieurs plats, non ?