GROSSE FATIGUE cause toujours....

Accueil > Grandes décisions > Fermeture définitive

Fermeture définitive

ne pas suivre le courant

dimanche 19 mars 2006, par Grosse Fatigue

Quand ma voisine m’en a parlé, j’ai cru qu’elle confondait. J’avais quand même un souvenir confus d’avoir lu ça quelque part. Mais où, mais quand. Peu importe. On lit des choses partout sans savoir à qui elles appartiennent, on prend, on jette. J’avais donc lu que mon fournisseur d’accès internet me permettait de regarder la télévision via mon ordinateur.

J’ai téléchargé la dernière version du programme, et j’ai vu la télé sur l’ordinateur. En clair, bien plus clair peut-être que sur un écran catholique, ou musulman, puisque c’est l’heure des repères identitaires.

La vache.

Je me suis dit "la vache". Techniquement, c’est très fort. Et j’ai conclu aussi qu’il était temps d’aller jouer ailleurs. Que j’ai perdu l’enthousiasme. Des milliers d’imbéciles continueront l’aventure, à écrire en ligne leurs "pensées". Les lecteurs font le tri, et tout cela ne sert à rien face au rouleau compresseur des investisseurs officiels. Je perds mon temps depuis sept ans, avec beaucoup de plaisir, puis de moins en moins, puis plus du tout. Je revends tout sur Ebay. Je ferme d’ici quelques jours. Je veux dire : je ferme totalement. C’est la grande braderie. D’ici un mois ou deux, tout aura disparu. Il restera un message d’erreur 404 quand on arrivera ici, et juste ce dernier texte explicatif, pour faire dramatique un peu, pour se donner de l’emphase.

Je n’ai pas grand-chose d’autre à ajouter. Ce n’est pas que je n’ai plus rien à dire, c’est qu’écrire là et attendre qu’il ne se passe rien ne m’enthousiasme plus. J’aurais pu parler des sacs plastique en Guadeloupe, de la fille de Villepin et du CPE, écrire sur le choix CPE/RMI, et continuer à me condamner à l’actualité et à son commentaire, ce qui est un piège évident. Le reste est récupéré à l’avenant, comme les pantalons trop larges des faux artistes, des faux rebelles, en provenance des vraies banlieues. Mon bout de web, c’est la banlieue un peu. J’aurais pu continuer à raconter les aigreurs devant l’immonde connerie qui voyait il y a encore quelques jours une fille très jolie et vers les vingt ans et même pas vulgaire lire avec passion dans le train l’un de ces magazines pipole à la con. J’aurais pu continuer à participer. Décrire l’exaspération devant les crétins qui prennent l’avion et prennent tous leurs bagages en cabine (et surtout les cartouches de clopes) pour ne pas avoir à faire la queue pour récupérer leurs valises à l’arrivée à Orly. Mais ça n’a pas beaucoup d’intérêt. J’aurais pu.

Mais non.

Il reste donc au lecteur quelques jours pour faire ses emplettes, et tout disparaîtra. (Le FTP, ça me connait ! ).

Et puis, pour rire, je me suis mis à SPIP, avec forum intégré et tout le tin-touin. Voilà, une sorte de début de blog, sauf que c’est le dernier texte, et pour de bon cette fois !

Plusieurs années plus tard, une sorte de force vive de l’intérieur me poussait à éructer à nouveau. Difficile de tenir parole. [1]

Messages

    • A lire ces mots on se sent condamné. Condamné à errer sur la toile en quete de nouvelles phrases qui nous feront reflechir.

      La vie c’est comme zadig, un jour nous avons des déceptions le lendemain nous retrouvons les joies oubliées de notre bonheur passé.

      Poursuit bien ta route et occupe toi bien de ton petit bonhomme.

      ps : le .Pdf ne fonctionne pas, je crois que finalement il y a des limites là ou tout est autorisé...

    • salut, l’artiste !

      j’espère que la désintox’ se passera bien (c’est une sacrée page à tourner) (je trouve ça super classe : la beauté de passer à autre chose, sans regrets, simplement)

      à rajouter au bureau des pleurs (quand même) : j’ai commencé à te lire en arrivant sur le net (tu débutais tes simagrées) (ça nous rajeunit pas...), et maintenant tu me (nous) lâches ; tu me files le bourdon, vieux c.. mais va, suis ton chemin, camarade, et merci quand même...

    • Salut l’artiste et bon vent

      Un anonyme parmi tant d’autre qui a eu grand plaisir à vous lire durant toute ces années
      (depuis le début, pratiquement)

      PS : bonjour à madame et aux enfants

    • Voix rebelle et de la sagesse à la fois avec en prime une pointe d’humour , je perds un (re)père et ce sera un vide certainement. Je n’avais pas imaginé que Grosse Fatigue pouvait disparaître.
      Bonne continuation pour tout le reste ! et qui sait au hasard de la rue !

      Voir en ligne : elisa@bleu-origine.net

    • M. Fatigue,
      vous êtes l’un des piliers de mon Web 0.beta, avec altern.org, rezo.net, uzine.net, guillermito et d’autres.
      Bien sûr, le Web en est à sa version 2.0, le réseau des idées sait maintenant difuser le pire de la télé, mais merde, est-ce une raison pour ME laisser tomber ?
      Que vais-je devenir ?
      Allo ?
      Y a quelqu’un ?

      Voir en ligne : DJs

    • Ainsi va la vie.

      Le web français se meurt, face a l’assaut du web marchand.

      Infect que ce monde.

    • Tu ferme ta gueule mais un autre l’ouvrira, aller merde et bon vent ...

    • fk u bitch..va dont chier connard..espece de lise toute crache !!!!!!1

    • hola, perdoname..saves que es polygottes ??POR QUE NO TENGO LA MAS PUTA IDEA Y TENGO QUE HACER UN TRAVAJO SOBRE ESO Y NO SE QUE HACER

    • Je voudrais pas en rajouter dans le genre "grosse depression d’internautes", mais c’est quand même dommage de tout abandonner comme ça.

      Alors oui le web a changé depuis ses premiers jours (même si j’étais pas encore en âge de taper sur un clavier). Et c’est sans doute heureux. Si rien n’avait jamais évolué, on en serait encore a faire du feu avec des silex.

      Le problème serait plutôt de savoir si c’est vraiment raisonnable de laisser cet espace à des personnes qui n’ont, au mieux, rien à dire.

      En créant ce site t’as malgré toi écopé d’une lourde responsabilité : porter la parole de ceux qui pensent souvent de même tout bas, mais n’ont peut-être pas le talent, ou la volonté de l’écrire tout haut.
      T’es devenu une oeuvre de salubrité publique. A lire les précédents post, t’es devenu important dans la vie d’un tas de personnes.

      Comme d’hab, c’est quand les personnes s’en vont qu’on s’aperçoit finalement qu’elles vont nous manquer. Mais bon, ainsi va la vie.

      Je crois qu’il serait cruel d’insister pour que tu reviennes. Tu as deja beaucoup donné. Et puis rien est eternel..à part la connerie et mes fautes d’ortographes. Et puis on va quand même pas t’enchainer à ton clavier.

      Je crois que le mieux à faire est de te souhaiter bon vent et bonne mer, et
      aussi et surtout te dire ... merci.

    • sympa ce site, si un jour j’ai le temps je le visiterais un peu plus...

    • Tout simplement " merci " de nous avoir offert tous ces petits commentaires sur la vie, les gens...moi y compris...j’en enregistre quelques-uns....heinn ?! il était depuis des mois sur notre groupe de discussion dans les liens favoris....baaah ....faut faire comme tu le sens...en tout cas bonne continuation....

    • j’ai pas le temps de tout lire.fais-en un résumé,je vais faire la sieste. amen

  • C’est quand même dommage. Et pourquoi tout balancer, les sites morts qui restent en ligne ont ce charme des ruines...
    Une dernière compile en PDF pour la route, au moins ?

    • Non non. Rien. Même pas un pdf. Pas de happy end ! De la tragédie !

    • Alors des versions aspirées de ton site circuleront sous le manteau...

    • Le manteau de qui ? Plus personne n’en porte de nos jours....

    • il y en a encore, voyons, j’en suis la preuve vivante.

      Alors ce dernier message sous forme spip pour avoir des réponses, encore des supplications, on voit là votre vice qui ressort, l’adulation (vaine et indispensable), l’ego qu’il faut pour dire tout ce que vous avez dit, et de quelle manière. Bien sûr, recueillir les pleurs, les regrets des fans de longue date, habile manoeuvre.

      Oui, encore une réponse en guise d’hommage, puisqu’il le faut, que le net sera différent et un peu plus triste après la fermeture de Grosse Fatigue.
      Oui, vous allez nous manquer (puisqu’il faut le dire), oui ça pue tout ces gens qui s’épanchent sur le net pour ne rien dire (bah oui, moi-même j’en fais partie, quel gâchis), et puis merde. ça fait chier finalement.
      GF c’était comme une sorte de bouée qui bien que numérique, était d’une chaleur réconfortante.

      A bientôt, j’espère.

  • Ha non ! Merde ! Révélez-nous au moins que ce ne sont que des vacances ! Reposez vous tout le temps que vous voudrez, deux moins, deux ans... Mais revenez nous ! Que va devenir le petit jeunot que je suis sans ce plaisir que sont vos mots ?! Vos discordantes notes, et surtout en ce moment, sont plus que nécessaires et loin du radotage. S’il vous plaît laissez au moins planer l’éventualité d’un retour....

  • ok, GF. On a tout compris : le manque d’enthousiasme, la lassitude, l’envie de regarder la téloche en ligne (un tuyaux en or pour dribler la redevance), la jeune fille le nez plongé dans ses magazines, ok. Quoi qu’il en soit, je prendrai ma part de gâteau dès maintenant en copiant, dare-dare, quelques textes qui m’ont touché, les après-midi où, faute de mieux, je vous lisais en ligne. ok, GF, il est temps de passer à des choses plus sérieuses : piles de bouquins en librairies, autographes, Campus, Ardisson. On vous attend ailleurs, "là où tombent les anges". Pour ma part, je fais le deuil de ce trou béant dans les milliers de pixels de l’internet, des www., des .com et vous souhaite bonne continuation ! Vivons cachés, sarcasticstar

  • Les forums ça me gave et franchement que vous fermiez votre site soit, mais que vous nous asséniez un forum en remplacement, alors là c’est le comble du mauvais goût.
    Ca tourne soit au bureau des pleurs "non pas ça, ne nous abandonnez pas" ou soit aux condoléances "paix à votre site, vous nous avez fait bien lire et bien penser, etc etc..."

    Vous le coupez ou vous ne le coupez pas le cordon ombilical avec votre site ?

    Bon, enfin, on vous aime bien quand même.

  • tout doit avoir une fin..tant pis. Je me souviendrais du jour où fatiguée devant mon ordi, je tape une connerie "grosse fatigue" sur un moteur de recherche et tombe sur ce site sur lequel je vais régulierement (faut dire que dés le début en lisant Lang est un con, je me suis sentie un peu moins seule à le penser)
    je ne peux que vous souhaitez une bonne continuation, en espérant qu’un jour las de ce silence , vous repassiez sur le web pour l’abreuver d’anecdotes et de moments de vie.
    Merci pour les rires et sourires dont vous avez été quelques fois la source, et quelques mots qui laissent encore à réféchir
    Ciao et peut être à un de ces jours...

  • ouep, bien dommage d’une part, logique d’une autre, c’est quand même avec regret que je vais copier tout ca, histoire de pouvoir relire quelques bons moments dans les mauvais.
    bonne continuation grosse fatigue, repose-toi bien.
    ciao.

  • Merci pour toutes tes chroniques pleines de subjectivité la disparition de ce site va laisser un vide sur la toile........

  • "FTP" resistance cela me rappelle quelque chose. Au fait, je ne pense pas que tu aies perdu ton temps mais c’est "subjectif".

  • Qu’est-ce que je vais m’ennuyer sans ce petit territoire d’intelligence , je n’ai jamais rien lu d’aussi bien sur internet et pourtant j’ai cherché ; merci en tout cas pour ces morceaux d’anthologie Mr Fatigue.

  • Et, bien, cette réverence emportée a des relents de pieds de nez bien sentis.

    De dieu, au moins un épitaphe, ou que sais-je un délai, que l’on puisse, une dernière fois, vous prouver (ou se prouver) le contraire, vous démontrer maigrement que la poésie des bits, peut se déployer, du moins un peu.

    Que vos textes ont résonné...et nourri de sens certains "kayakistes amateurs" du fleuve internautique. (Rah, les petites îles isolées de la Loire...les barbecues improvisés, les discussions à batons rompus, les moments éphémères dont on tente de conserver la substance...)

    Derniérement, j’ai même cité un de vos textes pour un exposé : celui intitulé "De nos lettres d’amour".

    Laissez moi juste le temps d’apprendre ce qu’est un aspirateur de sites...

    ça a bon dos de denoncer (pardonnez vous êtes plus subtil) de suggérer la vacuité du net, l’obsolescence accélérée, mais laissez nous le temps, ou la possibilité de nous constituer une mémoire...

    Et oui, Monsieur le sociologue *, tare des jeunes générations, l’on garde une espérance, un horizon...on a envie de croire, la nostalgie, la désillusion, elle pointe son bout de nez par intermitence, mais...on reste compulsivement et peut être naïvement confiant. (On a envie de croire à une possible appropriation de l’outil...)

    *D’ailleurs, je ne souscrit pas à votre analyse sur ce bon vieux Bourdieu. Et, je ne suis pas, pour préciser, un petit fumeur de joint étudiant à mi-temps en licence de socio en Province.

    Donc, juste un délai, pour que je puisse, qui sais-je dans 5, 10 ans relire vos écrits, me replonger dedans.

    En vous remerciant pour tous ces moments où j’ai goûté et réfléchit par vos textes.

  • On ressent un fatalisme assomant dans vos dernier mots.. que vous est il arrivé Grosse FAtigue ? dites le nous au moins ! je venais à peine de vous decouvrir il y a quelques mois. Et vous me quittez, ainsi, le jour meme de mon anniversaire. Que ferrez vous des textes que vous continuerez d’écrire (car on ne s’arrête jamais) ?

    Un dimanche qui plus est !

    Vous aurriez au moins pu disparaître... comme ca. Sans mot dire. Qu’est ce qu’on aurrait pu vous regretter encore plus, vous seriez sombré dans les légendes virtuelles de l’internet au moins. Ca aurait été un beau "merde" général. Mais non. Vous, comme moi êtes trop imbu de votre personne.

    Ôde à votre site. Ôde à votre site. C’que t’es moche un site.

    Bâtard !

    F.

  • " Mais noooon, m’sieur, faut pas ! "

    Je l’aime bien, MOI , ce site.

    (Même que je le trouve super chouette.)

    (Même que je le trouve giga tip top.)

    Alors .... !!!!

    Pff !

  • Non, tu arretes la ? t’es pas drole...
    Vous en faites pas il fait l’enfant, le capricieux, il revient dans quelques
    jours, je sais pas ce qui lui prend de prendre des vacances au mois
    de mars, mais il va revenir, il m’a dit l’autre jour : "J’ai besoin
    de me sentir aime et il faut qu’ils me supplient de revenir..."
    Bon allez t’as gagne, ca va, arrete de faire le fier, reviens, on va faire des
    pates, on va causer, parler des filles....

  • L’avantage du départ c’est qu’il autorise le retour. L’emmerdant avec ’définitif’, c’est qu’il interdit le remord. L’éternité vue comme ça, c’est court, mais bon, tout a une fin, même les débuts.
    Bonne suite à la fin et à plus.

  • LA VACHE !
    Mon coin de "ouaib" préféré qui s’en va ... Non c’est un coup de tête : il n’y aura pas d’erreur 404 et toujours une nouvelle page de temps en temps dans "seconde vie".
    Quoi qu’il en soit, Merci pour ces moments de lecture "en ligne" ou "hors connexion" (une impression de vos textes figure en bonne place dans mes toilettes) .
    Encore Merci et à bientôt !

  • Je continue à te dire que t’es vraiment un vieux con quand tu t’y mets !!

  • GF ne fait que succomber au syndrome des bloggeurs, c’est habituel et normal, mais toujours un peu dommage.

    Je parle de son abandon, même si sept ans c’est beaucoup plus long que la moyenne.

    On devine une certaine tristesse du monsieur... Et je ne vois hélas pas ce qui pourrait être dit pour apaiser son blues.

    Bonne chance pour la suite GF, il y a certainement d’autre choses interessantes à faire.

  • Kafka

    écrivain tchèque de langue allemande

    Il avait le désir d’aimer mais ne savait pas. Souvent lui venait l’envie de dire : Bonjour, homme mon frère, mon semblable, mets ta main sur mon épaule, porte un peu mon chagrin, viens chanter dans mavie.

    Mais quelque chose l’en empêchait, et il disait : Bonjour, monsieur Odradek,. Espérons qu’il ne va pas pleuvoir.

  • Nous autorises-tu au moins à mettre le dernier fichier PDF de tes écrits en téléchargement, sur nos coins de web à nous, lorsque tu te seras bel et bien barré ?

    • Faut pas exagérer, tout cela n’en vaut pas tant la peine. Copiez, collez braves gens, il en restera quelque chose. Je me demande bien de quelle manière je peux autoriser quoi que ce soit, sur un média où tout est autorisé. C’est là que le bât blesse. C’est un avantage comparatif évident, et une tare indépassable.

  • Il est bien difficile de dire adieu au seul homme qui sur cette terre arrive avec ses 10 doigts (si on part du principe que pour une fois, il utilise les 10 !) et son cerveau à faire bander autant d’hommes et jouir autant de femmes.

  • Bon, ben c’est pas le moment... J’ai connu ton site grâce au NON à la Constitution... et là, au tout début du printemps, alors que les jeunes semblent se réveiller... tu décides de nous quitter...

    Qu’est-ce qu’il t’arrive ?

    Moi qui passe le plus clair de mon temps devant mon ordinateur... t’étais un peu ma récré.

    Tu vas me manquer... comme un frangin un peu anar qui nous engage à résister.

    Amitiés,

    Michèle

  • Bravo !

    C’est malin ça.

    C’est ça, casse-toi, dégage.

    Qu’on ait bien l’impression de vivre dans un monde de merde où tout ce qui pense à côté est voué à l’échec, à la désolation, à l’abandon, au néant. Laisse nous avec les tf1.fr, lemonde.fr et tous ces blogs de merde de l’autre côté.

    Lâche l’affaire, vis ta vie, dans le vrai monde réel rempli de merdes qui puent fort.
    Putain, ça me dégoûte.

    Mais bon je te comprends. À ta place... à ta place je me serais même pas casser le cul à écrire des tas de textes et mater mes stats pour voir si c’est lu ou pas. (Quoique...)

    Pour ce que ça sert...

    Enfin bon, bon vélo, bonnes balades, bons pétages d’endorphines à mater des femelles de l’espèce humaine bouger devant toi, bon vent.

    Et putain, c’est pas l’envie qui me manque de même pas envoyer ce commentaire débile, mais quitte à faire le débile, autant y aller à fond.

    Que Dieu, dans son incommensurable et profonde inexistence, te garde.

    Voir en ligne : EOF

  • Oui, c’est vraiment dommage, moi j’adorais lire tes textes, car ce sont des vrais textes tes écrits, yavait tout ce que j’aime, la rêverie littéraire, l’anarchie, l’humour, la mauvaise foi, des coins de vie, et ça me réconfortait de savoir que dans un petit espace de cette masse informe et indigeste yavait grosse fatigue qui me parlait de choses qui me concernaient aussi !
    bon ben tant pis, j’peux pas dire mieux, je te souhaite un bel avenir littéraire. ANNE

  • Évidemment, ma première réaction est l’affliction : une des premières choses que je fais le matin en arrivant au boulot est d’aller sur ton site pour voir si tu as mis un nouveau texte.

    Ma seconde réaction : depuis quelques semaines, je me suis pris à m’ennuyer à la lecture de certains de tes écrits, ce qui ne m’était jamais arrivé depuis plusieurs années que je te lis. Je croyais que ça venait de moi, déprime passagère, crise de la quarantaine qui approche. Finalement il s’agit de ta crise de la quarantaine. Je suis donc soulagé !

    Conclusion : je te propose de créer un autre site. Un site où tu exposerais tes photos. Mais attention, tes photos argentiques. Comme le numérique ne peut pas concurrencer l’argentique, chacune de tes photos n’apparaîtrait que son forme d’un texte ; un texte de toi qui parlerait d’une de tes photos. Un texte argentique. Voilà ce qu’il faut que tu fasses maintenant : le meilleur site photo du web, sans image, comme tu as su ces dernières années maintenir le meilleur site perso xxx*, sans yyy*.

    Et puis comment tu vas faire maintenant, gros malin, pour savoir que c’est pas parce que l’hyper près de chez toi n’a plus de foie de morue en boîte qu’on n’en trouve pas ailleurs ?

    * au choix :
    xxx = philosophique ; yyy = philosophie. xxx = sociologique ; yyy = sociologie. xxx = littéraire ; yyy = littérature. xxx = tout court ; yyy = sans te prendre au sérieux. xxx = érotique ; yyy = image de cul. xxx = drôle ; yyy = histoire de blonde.

  • C’est vraiment dommage mais bon qui suis-je pour le dire ?

    Un simple lecteur à la con, qui ne sait même pas écrire et qui aimait bien te lire.

    Bref un mec qui n’a pas voix au chapitre.

    Bonne continuation dans ta vie et bise à ton môme.

  • Chaque fois qu’un blog (ou assimilé) que je suivais ferme ça me fait un bien fou... en fait chaque fermeture de blog est un grand pas en avant depuis le bord du gouffre ou nous nous trouvons tous. Je vous tourne le dos...

    Voir en ligne : http://www.whitehouse.org/

  • En avril 2006, GF tire les conclusions de son echec, et annonce le retrait definitif de son site internet.
    Putain ca va me manquer.
    Je garde le PDF pour me consoler.
    Bonne continuation.

  • Merde t’aurais attendu encore cinq jours et je te souhaitais un bon anniversaire... Tant pis.
    Repose toi bien...

  • Que d’emphase théâtrale. Que de mépris aussi...

    Tu mérites bien ton pseudo ;-)

  • C’est quoi la musique de fin ?

  • moi je suis contre !

  • J’aimais bien votre talent et je regrette votre absence. Personne n’est indispensable, mais « à l’heure où le web est un centre commercial » vous n’êtes pas de trop pour l’enrichir autrement.
    Dommage pour une certaine idée du texte et du web, dommage pour la pédagogie à l’attention des (futurs) bloggeurs...
    Vous auriez pu laisser vos textes, nous laisser relire ceux qu’on a ratés, vous n’êtes pas tenu de faire la 8ème saison, mais pourquoi cet auto-dafé ? Sans doute pour être raccord avec votre accroche : le site des petites frustrations et amertumes quotidiennes. On supposera que cette fois-ci la vague a été un peu trop forte ; il paraît que ce sont les grandes marées.

    A ailleurs peut-être.

  • salut,

    ne me dites pas que GF s’est ... fatigué

    bon, il y a toujours ça

    et ton logiciel de télé, vlc(VideoLAN Client) qu’il s’appelle, sera bientot illégal pour contre-façon, parce que un ministre et l’assemblée nationnale ne savaient pas de quoi il parlaient en rédigeant/en votant cette loi, nommée DADVSI(Droits d’Auteur et Droits Voisins dans la Société de l’Information), charmant, hein. Et avec lui tous les logiciels libres. Bravo aux députés. Tu pourrais attendre la fin du Web avant de le quitter !

    Il ne me reste plus qu’ a lire linuxfr.org dont personne ne veut parler de ce carnage et qui s’essouffle un peu, non, beaucoup, et Tristan Nitot, qui voit tout s’écrouler autour de lui.

    mouais, moi, linuxien, et donc completement concerné par cette loi, voit aussi tout s’écrouler autour de lui

  • Tout a commencé par un texte sur David Vincent. Comme ça , directement. Faut pas chercher à comprendre .....les mystères de Google.?. Au fond d’une déprime noire , un anniversiaire un peu lourd à franchir , cher grosse fatigue , je t’ai demandé l’autorisation d’afficher tes textes. Bonheur inoui : "vas-y mon gars " que tu m’as dit, avec des douceurs et des sourires qui m’ont fait repartir .....que j’en ai encore l’élan.

    Plus tard tu t’es permis des privautés au sujet d’un certain fantasme = Jodie Foster. Nous avons été à deux doigts d’échanger nos témoins. Je venais de rerevoir Duellistes .

    Depuis l’automne je te sens moins....moins.

    Quand je viens te voir , de temps en temps , que je pique tes textes comme ça au hasard, c’est une fenêtre ouverte sur le dedans de ta vie que tu savais rendre humaine pour tous. Quel bol d’air , souvent. De quoi as-tu besoin ? Puis-je aider ? Je te dois bien ça , tu es celui qui m’as fait connaitre Frantzen . À ce sujet comment peut-on désormais accéder au site de critiques où je t’avais suivi ?

    Un départ , sec , comme ça sans raison affichée. Il faut bien admettre que ça a de la gueule. Va mon gars pars pour ta "virée tzigane" = mes chers amis.

    Salut , si tu reviens : on sera là.

  • Même pas vrai.

    Comme si tu ne nous avais jamais fais le coup...

    Ton départ ? Sûrement que ça finira par arriver : on lève tous les cannes à un moment.
    Mais tu nous as déjà trop annoncé ta fermeture définitive. survendue même. Un vrai Jospin sur son île de Ré :-p

    Donc non, je ne te crois.

  • Dis donc Grosse Fatigue, j’ai peur de comprendre un truc psycho-machin-chose.
    Si je comprends bien ton dernier texte, tu viens de réaliser qu’internet n’est pas un sanctuaire de la liberté d’expression et du partage de l’intelligence, qu’il est souillé par la téloche-pipele et le commerce du temps de cerveau disponible.
    L’icône est tombée de ton piédestal et tu te l’es prise sur le museau ?
    Tu t’étais mis le doigt dans l’oeil et en l’en sortant tu vois une trop triste réalité ?

    Tu trouves que je caricature ?
    Relis ton message, c’est à peu près cela que l’on peut y lire.

    Internet n’est qu’un superbe moyen de communication et d’échange, de mise en relation, ... mais il ne fait pas la liberté d’expression, la liberté d’internet n’est que celle que nous y plaçons, l’intelligence d’internet n’est que celle dont nous disposons, et tu y as mis de belles parcelles à en juger par ce que j’ai pu lire de toi.

    Ca ne t’amuse plus, tu n’as plus envie ?
    C’est ta liberté et ce n’est pas bien grave, tu n’es qu’une parcelle, un grain de sable, un joli grain mais un grain de sable tout de même, noyé dans la dune.
    Je le sais bien ce n’est qu’une image, un grain de sable n’arrête pas la mécanique, mais ça m’est bien égal.
    La télé sur internet, c’est juste un pavé parmi d’autres, mais sous les pavés ...

    Il y a tant de mécaniques infernales qu’il faudra pourtant enrayer.

    Bref, bon vent, sois heureux, et merci pour tes parcelles de grain de sable.

  • mais moi je ne l’ai même pas, ton adresse mail !!! Je suis arrivée après que tu as décidé de la supprimer pour qu’on ne puisse pas réagir, ce qui a d’ailleurs engendré beaucoup de frustrations !

    GF de mon coeur, j’ai souvent parcouru, en long, en large, en travers, tes textes, avec tout ce qu’ont dit les autres, je ne vais pas répéter, mais là, c’est dur. Tu vas me manquer. J’aimais te lire, et tes grosses fatigues, écho des miennes (des nôtres), berçaient nos divagations sur la toile.

    Courage et surtout, surtout, merci. Merci pour toutes ces réflexions partagées. Ta lecture était un point d’ancrage, un havre.

  • C’est qu’écrire là et attendre qu’il ne se passe rien m’enthousiasme encore.

    Bonne route,

    (le ouèbe est petit)

  • Je savais depuis longtemps que Monsieur Grosse Fatigue était l’ennemi des historiens : la moindre des choses ce serait de laisser tes textes se fossiliser... Quelle idée de tout détruire...

    Tends-tu au nihilisme ou as-tu peur de reprendre le costume Grosse fatigue un de ces jours ? S’agit-il de tourner la page ou plutôt de faire table rase de ces années ? Ou, last but not least, d’avoir des milliers de "nooon, pitié, comment vais-je vivre sans tes textes ? (ah tes méthodes de drague portugaise hein...)

    En un sens, tes textes ne t’appartiennent plus depuis longtemps, ils appartiennent à ceux qui les ont lus. Et puis pense à tes trois mômes andouille ! Il y a tant d’autres choses à détruire dans la vie ...

    • Mes mômes s’en foutent royalement. Euh, ils veulent savoir si la voisine qui nous emmerde quand on se gare est méchante. Je réponds qu’elle est folle et ça m’exaspère.

    • Histoire de fermer en beauté, j’aurai bien partagé avec vous une où 2 bouteilles d’un de ces petits vins qui fabriquent de l’humain un peu moins con. Et puis on aurait tapé le boeuf un quart d’heure, et on aurait levé nos verres aux étoiles.

      Un dernier constat, pour la route : en plus de tout le reste en commun, on a la même voisine con, semble-t-il.

      Ah, si, tout de même, une différence : vous écriviez, moi pas. C’était bien qu’un type écrive ma vie comme vous l’avez fait toutes ces années (nos vies se ressemblent tellement, vous ne saurez jamais). Merci pour ça, je me sent moins seul, y compris dans cet "au-revoir".

      Patrick

    • Je disais "Pense à tes mômes plus tard" (andouille) Tu as quand même écrit de beaux textes à leur naissance, etc.

      De toute manière je ne te supplierai pas. Je trouve ça bien bête, c’est tout.

    • Ah, mais pour les bouteilles, c’est toujours possible ! J’existe en vrai !

    • Ah, d’accord. Mais j’y pense maintenant aussi. Et j’imagine leur tête si, vers les 15 ans, loser et même pas has-been, je leur dis que ça fait 22 ans que j’écris sur internet sans une seule publication papier...

    • Mauvaises raisons. Internet n’existait pas (pas vraiment) il y a 15 ans, et dans 15 ans il aura disparu. On pari ? MAIS il restera quelques exemplaires (dizaines, centaines ?) de l’intégrale de GrosseFatigue en tirage papier dans les greniers pas virtuels de lecteurs du même métal. Là aussi, les paris sont ouverts.

      Notez que ça n’empêchera pas que vous passerez pour un loser auprès de vos gamins. Je le sait, j’en viens.

    • Les bouteilles "existent" aussi (en vrai), mais je ne suis plus trop sûr que le mail de GrossFatigue ne soit pas un bidule virtuel, genre "trou dans l’espace-temps", là, tout d’un coup.

      Enfin bon, pendant quelques minutes il m’a semblé lancer une invitation à bouchon de vrai liège. Qu’on se le dise...

    • Oui et puis toutes ces histoires de fesses là c’est sûr ça fait désordre.

      Laisse fossiliser et c’est marre.

  • Dommage pour le préavis un peu court. Pas eu le temps de downloader le pdf.

     :-(

    Allez, j’espère que t’es assis sur un joli stock de pélicule argentique et que tu te remets à la photo noir et blanc.
    Qui sait, à défaut de te lire sur un blog très perso, on pourra peut-être te regarder sur un site photo.

    Amuses-toi bien.

  • Annonce inattendue mais inévitable.

    Pourtant je suis contre. Je manifesterai aussi inutilement que samedi dernier pendant que mon ado restait avec ses copains à alimenter quelques blogs lol.

    Ainsi va finir la connivence avec l’inconnu dont le père semble si semblable ?

    Alors que nous avons renoncé à l’autodafé de notre site le Soleil se lève à l’Est, tombé en hibernation voilà deux années, tu annonces celui d’une partie de toi. Courage ou pleutrerie ?

    Bonne vie.

  • Non, non, non à la Fermeture !
    Oui, oui, oui à l’Ecriture !

    Passer sous Spip pour annoncer la fermeture, ce n’est presque pas digne d’un gros fatigué non ? Où alors, c’est pour nous permettre de le supplier de rester...

    Je supplie mais ne rompt pas
    ...
    ...
    Merci quand même de ces textes drôles, tristes, cyniques, poignants, modernes, désuets. J’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire.

  • Pour reprendre le titre d’une chanson d’un bon walt dysney bien mieleux, comme on les aimes finallement. Un de perdu dix de retrouvé comme on dit. Le web à cette force de se regénerer tout seul ! (Au niveau de l’industrie, qui n’est pas un exemple de réactivité souvenez de vous de ce coupage de tête de napster qui a aboutit à pleins de petits rejetonns ingérables avec lesquel l’industries du disques est encore en train de se battre). Grosse Fatigue s’en va. Pourquoi pas, c’est le choix de son auteur, le libre arbitre c’est important aussi ! Surtout si, comme un majortié de lecteur de ce blog ; on adhére plus ou moins aux idées intrinsqèque diffusés via ce media.
    Grosse Fatigue s’en va. OK. Mais il y aura certainement un remplacant, allez on n’a qu’a imaginez une Grande Foire qui se lance (ça fait les même intiales c’est plutot partaique)

    Voir en ligne : GF

  • Ca fait une demi-heure que je cherche un truc intelligent à mettre, j’y arrive pas. Donc je vais faire plus simple : j’ai les boules. Voilà. Merde.

    Tant qu’il y aura des textes comme les tiens quelque part, sur le ouaibe ou ailleurs, il y aura de l’espoir.

    Bonne chance à toi et aux tiens pour la suite, merci et bravoi pour tout, exemple à suivre.

    • Exactement pareil que la personne du dessus. J’ai encore moins d’inspiration qu’elle à essayer d’écrire un truc gentil.

      Donc : Allez ! Il n’y a donc plus rien à voir, et rendez-vous tous en Enfer ! (au moins, il n’y aura pas TF1, là haut. Positivons un peu, que diable !)

  • Et merde !
    Ils ont tout dit !

    Et moi et toi qui cherche encore dans l’epaisseur du trait, autre chose qu’un trait de génie, une figure de style, une bricole au fil de l’eau qui donne envie de se retenir debout, de faire meme par ci par là un pas pourquoi pas.

    Tu sais ? Ce genre de conneries qui fait sourire, genre un angle pas encore abordé, ou une connivence en echo, ces trucs qui aident à rebondir, un plan de frangins quoi, entre les lignes, entre les mots, ces mêmes choses qui font qu’il y a des matins, on traverse la ville et que les gens nous sourient ou que l’on arrive à tendre l’oreille ou la main, encore un peu.

    Encore un peu, jusqu’au bout ... ok dac, chacun sa boite à outils, c’est toi le patron de la tienne, tu faich !

    Amitiés, virtuelles certes ; sincere autant que faire se peut !

    TaF

  • Ah ben là chapeau vieux , comme emmerdeur tu te poses là. Déjà que j’ai du télécharger un logiciel de peep-to-peer la semaine passée avant qu’il y en ai plus (je sais fichtre rien ce que je vais bien pouvoir en foutre de cette saloperie) v’là qui faut que je dégotte un aspirateur de site maintenant !un vrai petit pirate. Je vais voir chez framasoft ,à moins qu’ ils soient en prison , si ils ont ça en stock.Excuse les fautes d’orthographe et de synthaxe mais avec tes conneries qu’il y a fallu que je te reponde et de fils en aiguille et caetera, j’écris maintenant, moi môssieu , dans la presse locale non-subversive oû je commente le bal du 14 juillet, la foire aux nouilles et la visite de sa sainteté chaque fois qu’il vient à la pêche.Je te rapelle que quand je t’ai connu , je nettoyait les fonds de citernes à mazouts ,résultat d’une audacieuse réorientation professionnelle qui m’avais vu quitter une carrière de manoeuvricat maçonnique de plus de 10 années , pour embrasser la carrière du cambouis.Donc , je suis bien content parce que d’abord maintenant le sous-préfet il peut me serrer la main vu que j’ai plus de marteau-piqueur et ça c’est le résultat qu’ un jour ou je venait de changer mon amstrad cpc contre un truc de maintenant, après un bref interlude technologique à base de houblon de 22ans , je tombe sur toi , sans doute que je cherchait si on pouvait changer l’image de fond du bureau ou se qui se passait si on cherchait gros nichon sur google.Alors là ,je me relache en me souvenant que c’est en t’écrivant que j’ai appris a mettre l’accent circonflexe et a appuyer sur shift pour ouvrir les guillemets .Je crois bien que c’est toi qui m’a mis la puce à l’oreille pour les logiciels libres,(si ce n’est toi, c’est donc ton lien), sûr pour Rezo.Et maintenant l’aspirateur à site, la boucle est bouclée.Maintenant , faut dire que je te comprend.Voir Thiéfaine militer pour les DRM, ça secoue, c’est sûr, et ça donne pas envie de laisser des traces dans le cyber-monde.Bon, faut que j’essaie si ton adresse elle marche encore, à plus , vieux compagnon de pif-gadget ,t’as raison , occupe toi de tes gosses, moi, grâce a que je t’ai connu,je mettrise a fond dorénavrant la langue de ferney-voltaire ,et je me léve plus dans la neige à 6heures pour tourner la manivelle du machin radioactif qui fait les radios des soudures, je prose heureux et j’éléve mes gamines .Dommage que plus personne en profiteras non ? Allez ,laisse en ligne,non ?(c’est pas pour moi, c’est pour les autres...)
    Merci pour tout
    Thierce

  • Ca fait un bout de temps que tu fatigais pour de bon. C’est un choix honnête et franc, mais c’est guère étonnant en fin de compte

  • putain là c’est vache ! je rentre de mon super boulot éreintée par la cadance, supporter des collègues dans le même état, faire au mieux avec moins de moyens, l’impression véritable de se faire avoir et entendre les biens pensants dire ça vaut mieux que rien... au moins t’es fonctionnaire alors devoir se contenter parce que c’est juste ce qu’on nous demande et puis sourire parce que j’aime ce boulot et que je vais pas faire supporter ce que l’on me fait à d’autres... se placer cette limite pour ne pas devenir inhumaine ... je chialerais presque...grosse fatigue ouaip grosse fatigue ben là je chiale c’est malin enfin c’est un peu con mais la phrase que je déteste le plus en ce moment c’est : vie ta vie pense à tes gosses c’est ton choix de partir etc merde et si tout le monde part...

    tu vas me manquer

  • Si je comprends l’envie d’arrêter, il est dommage de ne pas tout laisser en ligne.

    Et puis Grosse Fatigue, ce n’est pas rien, cela n’a pas été inutile : "écrire là et attendre qu’il ne se passe rien" ??? Le non au référendum, ce n’est pas rien ! Y aurait-il eu un NON sans Grosse Fatigue, entre autres ? Le Web, quoiqu’il s’y passe, et Grosse Fatigue sont un des derniers espaces de liberté et de liberté d’expression, et seuls ont une chance de sauver la démocratie.

    Bon courage

  • Et pis, c’est le printemps : y’a des crocus et des tas de raison d’espérer... de vivre autre chose autrement :)

    Sans nostalgie embuée, mais avec amitié : prends soin de toi dans la vraie vie ! y’a que ça de vrai...

    A bientôt

    Scalepa

  • T’es chiant !

    En plus, quand tu auras un truc à exprimer, tu vas faire quoi ? Prendre la tête de ta femme et de tes gosses ? Pas charitable pour eux.
    "gnagnagna... y a trop de monde qui dégoise sur le Net !"

    Absolument, il y a surtout des tombereaux de daube auxquels il n’est pas nécessaire de laisser plus de place que ça.

    Donc, tu vas te faire chier. Pas tout de suite, mais bientôt, fais-moi confiance. Tu auras besoin d’écrire. Fallait pas ouvrir la boîte de Pandore il y a 7 ans. Maintenant, t’es baisé. Ou alors, le Net, la gratuité et le partage, c’est trop vulgos pour toi. Et demain, tu iras présenter ton bouquin tout beau tout payant chez Ardisson...

    Bon courage et bon vent !

    Voir en ligne : Le Monolecte

    • Vais-je me faire chier ? Non. Il y a longtemps que je ne m’ennuie plus. On s’ennuie quand on est gamin et qu’on n’a pas d’amis, et des parents trop vieux. Par contre, j’aurais besoin d’écrire, bien entendu. D’ailleurs, j’écris. Comme tout le monde. Si j’avais la chance de pouvoir passer chez Ardisson, ce serait formidable : je refuserais, bien entendu. Mais voilà la mythomanie qui reprend, typique du faux-monde du web. C’est pour ça que j’arrête, entre autres... Ecrire ici, sans comité de lecture mais avec des lecteurs, c’est troublant, ça dure 7 ans, mais ça n’est pas un vrai tremplin. D’autres ont réussi avec du talent (Frantico) ou en se faisant passer pour... (Le journal de Max). Moi, je n’en sortais plus.

    • Finalement, tu as raison.

      Ça me fait chier que tu partes parce que je suis égoïste.

      Mais tu as raison quand même.

      Ecrire sous l’oeil de ses lecteurs, c’est un travail sur soi, cela oblige à travailler le propos, à travailler sur soi aussi. Dans un premier temps.
      Ensuite, on se regarde écrire. On nourrit son lectorat. On finit par se mettre en scène et se croire important. On devient ceux que l’on conchie. Pas glorieux. Triste fin. Mais on n’arrive plus à lâcher la rampe. On étire son quart d’heure de célébrité. Démesurémment.

      Tu as raison. Ce qui me fait d’autant plus chier.
      Adieu.

      Voir en ligne : Le Monolecte

    • Adieu, c’est vite dit. J’arrête d’écrire en ligne, mais on peut continuer à discuter, quand même !

    • Rhoooo, l’Ôtre ! :-D
      Il lâche la rampe, mais veut continuer à clavioter en rond.

      J’ai ton courriel, et mon blog reste ouvert la nuit.
      Bises !

      Voir en ligne : Le Monolecte

  • Vraiment dommage. Très dommage, ça manquera.
    Theolonious

  • Que la loi DADVSI soit votée, on s’en remettra, mais que Grosse Fatigue ferme, ça ne va plus ! Monde de merde tiens ...

    Merci pour tous ces textes et bon vent, en attendant, qui sait, un autre mariage en Anjou (celle-là est un peu "private joke", que ceux qui ne comprennent pas me pardonnent).

  • M’enfin...

  • Dis que tu en as marre, mai pas que tu as perdu ton temps pendant sept ans ! C’est nous prendre pour des... En tout cas nous on n’a pas perdu le nôtre. Et puis t’avais qu’à pas la regarder, la télé - moi je m’en passe depuis quinze ans, et du coup le rouleur compresseur, il est passé à côté de moi !

  • Dommage...qu’il ne se passe rien, c’est ton impression, mais en réalité tu ne peux pas le savoir : on peut éventuellement maîtriser ce qu’on fait, mais tout ce qui peut se passer à partir de lâ on n’en saura jamais rien...Il n’y a que les media pour nous faire croire le contraire. Et ils ont tort.

    Merci pour tout, parole et silence

  • L’année commençait mal et elle continue grisâtre...

    Ceci dit je ne reproche rien je passe exactement par la même phase... auto-exaspération/impression d’être devenu un stérétotype figé/lassitude.

    Mais bon contrairement à moi t’écris très bien, c’est dommage, mais c’est ta vie, c’est toi qui choisit, mais la dose va me manquer...

    Bonne continuation et merci pour tous ces textes egrénés au fil des années qui m’ont fait sourire, réfléchir et repartir de plus belle, rassénéré...

  • Ben en tout cas ta fermeture a le mérite de nous faire sortir de nos tannières...je nous savais pas si nombreux à capter ton onde, et ça me fait très plaisir de vous lire tous. Comme quoi.....bel hommage à ta fatigue !

  • Et puis avec quoi il va remplir sa maison-page, le Portail des copains, maintenant ?

  • Ah et bien si, j’en porte un moi de manteau. Je n’aime pas la mode et encore moins sont qui en sont accros.

    J’ai pris grand plaisir à vous lire, bonne continuation M. GF.

  • Merci pour tous ces moments d’ humanité non partagée mais bien chaleureuse néanmoins.

    Heureusement qu’ y a le printemps qui se réveille (?) , t’as le bonjour du printemps.

    La perspective d’un poulet aux asperges et mousserons me titille les babines et hop, retour au potager.

    Bon vent avec ou sans toile.

    Hughes

  • « Je revends tout sur Ebay. Je ferme d’ici quelques jours. Je veux dire : je ferme totalement. »

    Vendre sa boîte sur Ebay, c’est le pied pour la pub
    Comment se faire connaître de millions d’internautes et de repreneurs potentiels pour le prix d’une paire de chaussettes ?

    Lire la suite...

    Voir en ligne : Libération

  • Et oui, voilà bien un moment, que je ne lisais plus. sauf le portail : à quoi bon, j’en suis meme arrivé à ne plus causer de ce monde qu’avec mes amis qui sont d’accord avec moi. pour le reste on me prennait pour un fou, un illuminé ou un monsieur je sais tout, alors basta. et comme je te comprend, qu’il est difficile de supporter cette connerie généralisée, cette ambiance de zombie, Bravo à toi et heureusement il reste encore de bon livres (rares) à lire
    Angel

  • Vraiment dommage cette décision : du lard en moins dans la bouillie insipide qu’on se farcit tous les jours.
    Bref, le régime sec.

    Je vais me faire un peu plus chier du coup.

    A+ et merci

  • J’hésite entre colère et désespoir, peut-on envisager une pétition ?

    Et j’en profite pour demander aux lecteurs : quels sont vos texte préférés de GF ?

    • ...mais difficile de trancher, ya la première fois sur un vélo, le temps qui passe, les rêves qui s’engluent dans un quotidien, les gens cons, les gens biens, les gens bons, et nos rêves qui planent pendant qu’on prend le TER tous les jours. Le texte de GF que je préfère c’est tout.

  • Ben v’la aut’ chose ! 2006 année de la crasse, s’en est une belle. Pour ta peine (je te tutoies parce qu’on se connaît bien), je ne t’enverrais pas le texte que j’ai écrit sur toi et que je vais enfin pouvoir finir. Pour une nécrologie, il faut un mort.

    Le radotage, c’est d’accord ! Mais deux de tes derniers textes m’ont ému aux larmes et j’ai cru y déceler une grande maturité dans la forme. C’est peut-être le problème, la maturité. Sept ans, l’âge de raison, comme disait ma grand-mère.

    Je porte un manteau et possède un aspirateur mais je respecterais tes dernières volontés pour garder l’essentiel, le souvenir.

    Chapeaux bas, salve d’honneur, merci.

  • Je sais pas trop quoi dire moi. Je me sens comme un client de McDo à qui on enlève tout à coup sa dose quotidienne d’hamburger et qui comprend pas pourquoi.
    Mon quatre heures à moi, c’était un p’tit coup de grosse fatigue et ça repartait !
    Qu’est ce que je vais foutre maintenant ? Y a bien bravepatrie.com qui me fait marrer de temps à autre mais bon, grosse fatigue y a (fuck ! faut dire "y avait" maintenant) de quoi discuter et puis les p’tits textes ciselés comme ça, moi, j’adore.
    Je me rappelle plus à combien de personnes j’avais transmis ton texte sur le non à la constitution. Ce dont je me rappelle, c’est que je l’avais même envoyé à mon patron et j’en étais fier.
    Maintenant, je sens qu’on va me sortir : "la fin de "grosse fatigue" est-ce que c’est pas un peu la défaite à retardement du non à la constitution, n’est-il pas ?"
    Alors, merde, laisse (nous) pas tomber ou j’sais pas moi, écris un bouquin et je te promets que nous, petits internautes à la noix, on te fait un bouche-à-bouche, euh, non, un bouche-à-oreille de tous les diables pour que tout le monde soit au courant.
    Bon vent.
    N.B. : ça me fait bizarre, c’est la première (et la dernière sans doute) fois de ma vie que j’écris une réponse à un texte sur le web.
    JBB

  • C’était bien, ce bout de chemin avec toi.

    Mais je comprends que tu en aies marre,

    alors bon vent... tout simplement

  • Comme on dit en Belgique, et bien, ça fait tout drôle...

    Et à quelques jours de nos anniversaires, puisque moi aussi du 25 mars, moi aussi quarante ans et qqes, moi aussi des gamins, (petits et beaux et malins), moi aussi raffolant des seins pointus s’agitant sous un chemisier aux premiers beaux jours, moi aussi la guerre, les boches, famille à l’histoire meurtrie et au souvenir envahissant du grand-père héros Nacht und Nebel, moi aussi plus beaucoup d’espoir pour ces jeunes que me semblent de plus en plus cons, (sauf mes gamins que je sauverai de la décrépitude consumériste), moi aussi à 17 ans soutenant la RAF, enfin, moi aussi maintenant un peu seul.
    Hasta ! Que vaya bien.
    BC

  • Ravis d’apprendre la fermeture de votre site.
    J’étais moi aussi fatigué de vos amalgames faciles, de la laïcité qui semble vous servir de religion sur tout et presque à propos de tout.
    Bref. voilà une excellente nouvelle.
    Ca fra un site alter-machin en moins sur le Web. cool.

    • Si vous n’aimiez pas ce site, pourquoi le consultiez-vous ? Vous êtes maso ?

    • Bien sur, Comme ca ton petit cerveaux ne chauffera plus. Tu pourra enfin t’endormir au doux son de ta TV, grace a de la bonne information qui fait plaisir a entendre. Tout va bien... Le Monde va BIEN. Les vaches a lait sont docile. La Matrice prends son rythme de croisiere. Ton reveil sera Brutal mais qu’importe......

  • Encore une mauvaise nouvelle.
    Pour une fois que je trouve une personne que je comprends, une personne qui dis des choses qui me touche.

    Un humour hors du commun, un sens critique tranchant et surtout un point de repere :

    J’avais l’impression de ne pas etre seul a penser de travers. Ne pas etre seul face a ce monde de bidochons qui gobbent toutes la desinformation qu’on leurs sert. Vous exprimiez ma pensé mais avec des mots que je n’aurais pas trouvé.

    Evidemment les réponses des internautes me manquerons aussi. Merci à tous.

    Bon vent et merci de m’avoir fait tant rire malgre le serieux et la gravite des sujets.

    Au plaisir !
    Corbeaux13(AT)no-log.org

  • Coucou,
    Je travaille sur mon ordi, ça m’ennuie, je me balade, je me perds et m’accroche à la toile, te découvre et reviens à chaque égarement ; une panne d’envie, une panne de sens, et hop monsieur GF est là pour donner le ton. En avant la musique, on a souri intelligemment, mon désespoir est justifié, l’apaisement est relancé ... Alors j’en ai envie de vous saluer et je le fais : merci.
    Et puis GF vous me faites penser à un pote prof, brillant et blasé, touché de ne pas rayonner davantage, humilié à l’idée de devoir dire à la postérité, ou leur fils si l’univers se rétrécit, qu’il n’a écrit que pour le web. Comment faire pour que la reconnaissance de la beauté du geste ne tue pas la justesse du geste ? Je sais pas.
    Bonne route.

  • T’es vraiment un imbécile : quand on est bon à écrire des textes courts, on arrête pas. Si t’imagines que tu peux être publié ailleurs, ça finira par te manquer ton petit public, parce que c’est mieux que rien.

    Mon texte préféré pour répondre à la question plus bas "same player shoot again".

    Voir en ligne : "Same player shoot again"

  • Bonjour Mr Grosse fatigue,

    Je vous ai découvert il y a 1 an ou 2 par un lien de Rezo, comme j’ai découvert sur cette toile un immense contrepoids aux médias généralistes que je fréquentais auparavant.

    Alors je respecte votre décision, mais je voulais juste vous apporter mon témoignage, je me suis parfois retrouvé dans vos textes, je suis de 1963 et j’écris aussi, mais sur un bloc avec un stylo et sans lecteur, et j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à vous lire comme à découvrir certains sites ou certains sujets par vos suggestions.

    Vos messages n’ont pas été vains, en ce qui me concerne, et je serais toujours preneur si un jour la Fatigue vous reprend, grosse ou non.

    Bonne continuation hors la toile.

    PéKa

  • Cher "grosse fatigue",

    non ca va pas ca . si toi aussi tu jettes l’eponge, qu’est-ce qui va rester ?
    tu etais mon alibi face a mes enfants , parents de copains de mes enfants, copains parents etc, pour justifier cet argument :
    voyez sur internet on trouve aussi des textes construits, originaux , qui ne sont pas réservés a un public trié sur le volet, en francais,
    amusants et spirituels.
    et ben voila , on va aller ou nous , sur amaz.com et tutti quanti ? si les bulles de libertés qui glissaient sur internet disparaissent, on peut laisser la place : marketing et fanatisme n’attendent que ça.

    mais c’est ta liberté aussi j’ai bien compris. merci pour toutes tes heures passées a la lueur de l’ecran.
    et a la patiente amoureuse qui désespérait que tu decroches de ton ordinateur.

  • UN peut de poesie, c’est le printemps, je debute sur internet, je ne voit pas ce que j’ecrit donc c’est aveugle que je prend ce premier et dernier contact d’après ce que je vient de comprendre.J’ai toujours eu de la chance ,J’ai internet par miracle, vivant en dessous du seuil de pauvreté,,glanant un peut de vieux matériels et hop !, un bon cite, et hop ! fini !,escuser moi de ne pas débattre mais c’est un peut tard,bonjour et adieu, j’ai du faire des fautes je n’y voit rien du tout,je me dépêche d’aller voir cette éspèce vouée a la mort,J’ai dessidément tout raté dans cette vie, en plus je suis une fille, et blonde,
    jhabitemarengo@yahoo.fr des pages qui tournent R.M.C

  • Depuis les années que je lis vos textes, j’ai tellement apprécié la justesse de vos floues et la douceur de votre aigreur, il est certain que votre vision du monde va me manquer.
    En lecteur attentif, je m’attendais à ce genre de fin prochaine, on en avait d’ailleurs discuté par mails à plusieurs en envoyant des idées de suite à cette oeuvre (romans, nouvelles,...)
    Comme il a été dit plus haut, il aurait été marrant de ne pas finir, de laisser simplement glissé les choses vers l’oubli,... fatigué.

    C’est même cette fin si visible qui me laisse penser que la chenille peut devenir quelque chose de moins lancinant.
    Il y a des textes de fulgurance sur ce site et beaucoup bien trop répétitifs pour être honnête.
    L’honnêteté en littérature porte un nom amusant : le travail.

    Jusqu’ici GF rassemble des textes inégaux qui ne peuvent être lus que quotidiennement ou alors en feuilletant au hasard. Cette oeuvre a ses qualités, merci de l’avoir créée.
    Il faut mettre un point, le voici.
    La suite : travail, tri, choix, collation, synthèse,...
    Il y a une telle vie chez vous, je ne me fais pas de soucis sur les possibles.

    Ce qui me fait soucis chez vous, c’est l’effort

    Sachez en tout cas, que je m’inscris pour être relecteur critique si besoin s’en fait sentir.
    Ce que j’attends, c’est que derrière ces textes, se cachent ce que cache chaque écrivain : écrire pour que la réalité change. Les grands livres ont fait changer les mentalités, les régimes politiques, les religions,... (Même Houellebecq a changé quelque chose dans ce si-bas monde).
    GF peut faire arrêter les filles de 20 ans de lire Biba ou tout du moins, faire arrêter les plus jolie d’entre elles...

    A un (très/lointain/impossible/...) bientôt
    Pierre

    PS : Les tentatives "grosse-fatigue" sur d’autres sites équivalents ne seront jamais que des répétitions grotesques, il faut tenter, encore une fois, d’aller plus loin.
    Même si ce n’est que faire un livre de plus... les plus grands romans, les plus belles sciences, ne sont jamais que des caractères noirs sur des feuilles blanches.

  • J’ai plusieurs fois hésité à envoyer un remerciement, une gentillesse, notamment après le carnet New Yorkais.
    Cette fois je n’ai plus le temps d’hésiter.
    Merci.
    J’ai aimé vous lire.
    Pleins de bonnes choses pour la vie qui vient.

  • Grosse déprime à la lecture de cette annonce.

    Mon monde va être un peu plus gris, maintenant.

    Dès ce soir, j’aspire tout, mais l’idée qu’il n’y aura plus rien d’autre, ça me navre.

  • Si vous faites un mix de tous les messages (a peut-pret) de cet gens vous obtiendrez ce que je pense de tout sa, bon vent

  • J’avais troué ce site en tapant "je m’ennuie" sur google un jour de déprime... Comme quoi maintenant je n’ai pas fini de m’ennuyer...

  • Merdalor, où est-ce qu’on va aller traîner ses guêtres numériques les jours de déprime ?

    Plein de bonnes choses pour la suite.

    Eric

  • Bon,

    J’hésitais à dépoussiérer mon script Perl une dernière fois pour régénérer un chti PDF, mais bon... De toutes façons ça n’était pas fidèle aux textes, à leur mise en page, et il y a toujours le risque que ça mange un bout de phrase et une photo. Ça serait quand même dommage que ça soit ça qui reste à la postérité...

    Bon vent cher GF, et à tes ptits aussi...

  • J’ai souvent eu des étonnés dans mes toilettes : - C’est de toi ces textes dans les toilettes ? - Non, c’est grosse fatigue. - Quoi ? - Rien.
    Mes invités diarréhiques se contenteront désormais de la liste des capitales et des rois de France.

    Voir en ligne : http://itineraire-periurbain.over-b...

    • C’est pour les constipés surtout, les textes dans les chiottes, les diarrhéiques n’ont pas le temps de lire.
      Et tes amis ont de la chance : la liste des capitales et rois de France va beaucoup mieux les aider, ce sera enfin chiant !

  • Dommage, dommage... Voila bien le genre de chroniques qui me manquera mais en un sens je peux comprendre cette décision.

    GF, je t’avais découvert en 2001 sur les forums de Libération sur lesquels j’ai longuement et longtemps sévi il fut un temps et que j’ai depuis en partie abandonnés à la fois par lassitude (moi aussi...) et pour des raisons bassement matérielles. Quoiqu’il en soit je me souviens avoir rapidement repéré tes brèves mais incisives contributions qui sortaient décidément du lot et dont je me délectais avec un sourire complice et sincère tant je ressentais de connivence, même si je n’étais pas toujours d’accord (quoique fort rarement...)

    Je me souviens d’ailleurs d’une anecdote : aprés avoir visité ton site je m’étais fendu d’un petit courriel de félicitations et tu m’avais remercié en m’indiquant que j’étais le 100ème visiteur (ou 1000ème, je ne me souviens plus très bien...) ce qui constitue une anecdote numérale qui marque le souvenir.
    Depuis j’ai conservé le lien via "rezo.net" qui sélectionne généreusement et régulièrement tes articles (c’est bien le moins !)
    En plus j’ai cru comprendre qu’on était quasi-voisins (je suis en Touraine)

    Enfin, bref. Comme tous ceux qui ont répondu ici (et leur nombre est réjouissant) je ne peux dire qu’une chose bien banale : tu nous manqueras.

    Tapioca

  • Faut arrêter de délirer avec Grosse Fatigue, il a écrit le Voyage au bout de la nuit ? non ? bon alors ....

  • Merci d’avoir été là (J’aurais dû... vous le dire plus tôt). C’était généreux, mon semblable, mon frère (je ne vais pas tomber dans le pathos, mais c’est un peu beaucoup tristounet quand même). Je ne sais pas pour le vaste monde, mais à moi, sur un autre continent, vous allez me manquer.

  • Salut GF.

    Moi aussi j’étais là depuis le début et je me rends compte qu’on était bien nombreux, foule muette, à savourer tes petites perles comme elles méritent, en silence ; un des ces amours qui ne se déclarent pas en stéreo mais se vivent solidement.

    L’ultime déprime arrive et nous défilons comme à l’enterrement, jeter chacun une poignée de mots sur le couvercle que tu proposes. Respectueux jusqu’au bout de ta douce déprime nous chuchotons à peine une rebellion contenue contre cette mort du site que nous avons tous aimé.

    J’ai envie d’etre de ceux qui craquent et crient que non ce n’est pas possible, que non cela ne peut pas se finir ainsi. Sutout qu’ils ont bien raison plus bas qui disent que c’etait un des derniers espaces qui nous faisaient encore croire que.

    Mais nous serons bien peu à craquer. Les autres hocheront une tête comprehensive et resteront adultes et la vie continuera. Chienne de vie.

    Si c’etait un film de l’autre là, la scène se finirait pas la fermeture définitive du couvercle du cercueil. Vue de l’intérieur.

    Clang.

    Ecran noir.

    Générique.

    PS :
    Le plus ironique pour moi c’est que je venais de rejoindre le troupeau beuglant des bloggeurs, te citant pour justifier que j’ouvrais aussi mon bavoir au monde point blog.

    La maintenant je ne sais plus si cela vaut le coup.

  • J’espère que tu n’arrêteras pas de nager à contre-courant ... il reste tant de choses à construire ici.

    Bonne route et merci pour tes textes

  • Je dis c est pas bien de faire un coup pareil, je sais qu il manque un peu de négation dans ma phrase mais ce n est pas pour consentir à moitié à cette triste disparition.
    Merci pour le plaisir de lecture procuré par vos textes, merci pour le bon sens qui les régissent et l intelligence qui s en dégage.
    Un mail signale que vous n êtes pas l auteur du Voyage au bout de la nuit, je vous en remercie, un facho de moins c est toujours appréciable.
    Encore merci et si vous revenez sur votre décision, sachez que ce sera une joie inestimable pour ma famille et moi-même.

    merci et au revoir

    DL

  • Ahhhh, certes, tu vas nous manquer. On va être obligé de se rabattre sur le blogue insipide qui prolifère.
    Mais je me demande si c’est pas à toi que ça va manquer le plus. Ca va être dur le sevrage du compte d’auteur. En même temps, c’est peut être l’heure pour toi d’aller voir un vrai psy, pour parler de ton père, de tes enfants qui sont nés pendant tes sept ans de web, de ton boulot dont t’as honte, de toutes les femmes de ta vie, de ta carrière avortée de batteur légendaire ou des sacs plastique et de la Guadeloupe. Bon, ça va te coûter plus cher c’est sûr et ça va en rajouter dans le tiroir à questions. Mais tu seras en direct avec toi-même, sans écran.
    Allez, t’as bien mérité un peu de repos, depuis le temps que t’es fatigué. Tu vas voir le temps que tu vas gagner, ta RTT.. Quand j’ai fermé mes pages perso en 2001 après quatre ans de ménages, et que j’ai plus répondu à mes 50 mails par jour de lecteurs anonymes, j’ai récupéré au moins deux heures quotidiennes que je n’ai pas réinvesties dans la télé, mais, euhh, plutôt dans les bars à bobos en centre ville à goûter le crû qui va bien. J’ai retrouvé les vrais gens de la vraie vie, ceux qu’on peut regarder et toucher quand on leur parle... et pis je suis retournée au cinéma, plus souvent... j’ai changé de fatigue.
    De toutes façons tu sais que tu n’arrêteras jamais d’écrire. Alors...
    Je t’embrasse familièrement, t’as su créer du lien comme ils disent. Même sur la bande passante qu’est devenue un vrai trottoir de Manille.
    A la revoyure, mon favori de la première époque. On peut garder ton mail, tu fermes pas ce compte-là ?
    Sylvie

  • Cher Grosse Fatigue,

    Vous voyez, vous avez gagné la possibilité de tapisser vos chiottes de nos bonnes intentions à votre égard.

    Alors, ce forum s’auto-détruira-t-il également fin avril 2006 ?

    Une abeille qui passe sa vie a essayé des clefs.

    • Devant la pression, je vais peut-être laisser le site intact mais retirer le pdf, incomplet.

      Euh ?

    • et moi qui vient de faire 200 fois "enregistrer la cible du lien sous...enregistrer la cible du lien sous...enregistrer la cible du lien sous..." (aspirateur de site,mon cul,oui).C’est malin...

      Thierce.

    • Re cher Grosse Fatigue,

      Vous êtes un ange, mais sans aile alors impossible de vous envoler comme ça.

      Je ne parlais pas de votre site, j’avais compris que l’affaire était pliée menue, mais vous semblez flancher...
      Je parlais de ce Forum, est-ce que oui ou non il s’auto-détruira fin avril 2006 ?

      Une abeille qui butine avant de se fondre invisible dans le frémissement de l’essaim.

  • Merrrrrrrrrrrde !merde ! tu fais chier !
    mais c’est toi qui a raison , il y a plus rien à dire sur ce monde de merde !
    tirons la chasse !dommage !
    Salut et à la prochaine !
    @micalement patrick (83)

    • Dommage !

      Apres tout tu vas peut être faire de la place à ceux qui savent écrire.
      Une voisine est la seule raison de ce départ ?
      Est-elle jolie au moins ?

      Rentrons nos mouchoirs GF !

      Salut l’ami !

  • Soleil soleil,

    Finalement il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Vent tout n’est que poursuite du vent. Tout ce qui est aujourd’hui était déja hier. Et ce qui sera demain ne sera même pas un souvenir pour les générations qui suivront.

    C’est la permanence séculaire du nombrilisme humain. C’est de la vanité.

    "Au revoir" comme aurait dit un illustre individu.

    Bye l’ami
    Nur.

    • C’est ça, oui. Vanitas vanitatum. Après nous avoir réchauffé interminablement un « tous mes jours sont des adieux » à la Chateaubriand, Grosse Tarlouze nous quitte tel un vulgaire Giscard mettant en scène la chaise vide de son ego.

  • T’imaginais peut-être que Le Monde et Libé et France-Inter et Télérama allaient en parler ?
    Tout le monde s’en fout que tu fermes, c’est pas une centaine de posts qui changeront la donne.

    So long...

    • heu, juste à titre perso moi je m’en fous de ton t’en fous ! ça t’intéresserait si je te disais que je m’en fous de ton libérama ? Non, alors...soso !

  • Bon débarra

  • A mon tour de venir signer le registre de condoléances.
    Je suis furieuse contre vous et désespérée du monde un peu plus. Mais j’aurais du savoir depuis toujours que la vie virtuelle était également passible de peine et de mort.
    Je ne comprends rien à vos arguments qui vous font sombrer dans le définitif. Enfin, un petit peu, car par ailleurs je pense moi aussi à quitter la vie un de ces quatre parce qu’il y a plein de choses qui me déplaisent dedans. Mais Internet n’est pas la vie, restons raisonnables et comparons ce qui est comparable.

    Rimbaud aussi s’est arrêté d’écrire et le monde ne s’est par arrêté pour autant, d’aucuns disent qu’il n’avait pus rien à dire et si ça se trouve sa vie d’après était peut être bourrée de poésie ??. La comparaison va vous gêner (vous êtes en bonne voie cependant pour l’édification du mythe...) d’ailleurs je suis de mauvaise foi puisque vous avez dit que vous n’arrêteriez pas d’écrire. N’empêche, on le saura comment ? et qui nous dit que vous écrirez encore ?

    Je pense à tous ces journaux, à tous ces groupes de musique qui s’harakirisent en plein vol, pour cause de grosse fatigue justement ; et on continue à vivre, ça fait de la place pour autre chose, on peut trouver plein d’arguments pour rester POSITIF ; eh bien moi je ne m’y résouds pas, ça me met en colère.
    On aurait dû vous le dire avant, qu’on vous aimait, que ce que vous écriviez nous aidait, vous soulager dans votre fatigue. Mais il n’y avait que les initiés qui avaîent le code de votre porte. On s’affiche mais on se protège, on veut mais on veut pas.

    On fera donc avec c’est à dire sans.

    Merci pour ces magnifiques textes, j’en imprimerai quelques uns pour me shooter plus tard à la mélancolie. Merci pour vos coups de foudre, (je n’aime toujours pas Pauline Croze, mais j’ai essayé parce que c’était vous, la musique c’est dans les entrailles et dans la moelle, on n’y peut rien) merci pour ces beaux moments de fraternité virtuelle.
    Je vous souhaite un bel envol, et je souhaite à vos petits mômes de grandir auprès d’un père qui leur apprendra que le renoncement est parfois la plus grande sagesse. (N’empêche, vous auriez pu attendre un peu avant de devenir sage)

    m. pierre

  • Je me demande encore aujourd’hui pourquoi Desproges est mort d’un cancer. Alors même qu’à chaque fois que je le relis, je suis plié de rire. Le rire, c’est bon pour la santé ? Alors pourquoi un cancer ? Le cancer, c’est la maladie du mal-être, du mal-vivre... il vivait mal alors ? Il ne faisait pas attention à sa santé, alors qu’il pouvait passer à la télé, gagner plein d’argent avec ses livres et tout et tout... c’est sans doute ça. Ou alors, ses acariatries, il les pensait vraiment. Il était vraiment affligé par la connerie du monde. Mais il n’était pas capable de le dire autrement que de façon vaguement burlesque. Une sorte de dépression larvée.

    Et toi (tu permets que je te dises tu ? ou tu trouves cette forme de familiarité trop conne ?), je te vois dans le même trip’, sans le burlesque. La capacité à pointer les choses en oubliant d’être aussi bonnement burlesque que l’autre cancéreux. Ce n’est pas un reproche, ni une déception, juste un constat.

    Voilà :-)

    Bon courage pour les chimios.

    ...

    ...

    Enfin...

    (j’avais mis là un conseil à la con, dégoulinant d’empathie, parce que j’aime ça l’empathie... mais j’préfère terminer sur l’autre phrase là au dessus. Ca fait plus spirituel et c’est plus dans le ton.)

    • Je ne crois pas que le cancer soit une maladie psychosomatique, malgré ce qu’a pu en dire Fritz Zorn dans son magnifique bouquin "Mars". Je ne crois en rien. On m’a donné ce genre d’argument lamentable pour mon gamin, et l’on se retrouve face à de la superstition sous couvert de psychologie de mes fesses.

      Pour anticiper ma chimio (je ne fume pas, bois peu), je fais 200 kilomètres de vélo par semaine, et je ne mange pas de viande rouge, de plats cuisinés, ni de hamburger, tout en balançant mes épluchures dans mon compost. Desproges aurait fait pareil qu’il serait mort quand même.

    • Nous parler de tes fesses sans nous les présenter... est-ce bien raisonnable ? Tu n’avais pas été aussi léger pour ton nombril !

      Bref.

      Ca m’étonne en fait, le ressentiment que tu sembles avoir contre l’anonymat de la chose, contre le fait que les lecteurs passent et semblent oublier. Moi ça me plait cet anonymat. C’est pour ça que depuis que je participe plus assiduement à des blogs, je ne mets pas de mail, ni de site, ni rien permettant de remonter à mon autre identité sur le web (celle que j’ai depuis 99). Pourtant, qu’est-ce que je participe ! Et j’ai aussi mon petit coin rien qu’à moi où je publie régulièrement... mais là bas aussi, je mets presque un point d’honneur à ne pas nouer de contacts directs par mails. Comme si la seule chose qui m’intéressait était l’échange en public.

      Ca me semble récurrent chez toi ce regret d’on ne sait quoi. Je ne connais pas ton oeuvre par coeur, j’ai lu souvent en diagonale... Ce reproche du rouleau compresseur omniprésent, le refus de rentrer dans le moule, et le fait qu’au final, tu sembles reprocher à la majorité d’être attirée par le médiocre sans espoir de pouvoir y changer les choses.

      Ca me fait pareil, moi, avec ma petite entreprise. Je me dis que je ne ferais jamais partie des grandes multi-nationales (ou même des petites PME), parce qu’il y a pleins de compromissions que je refuse... mais en même temps, je me lamente parce que je me ferme l’accès à pleins de choses, des choses que je ne pourrais jamais vendre, donc par force que je ne pourrais pas utiliser, apprendre, faire...

      Non, ce n’est pas pareil. Mais un peu quand même. Et je me dis que je vais la fermer ma petite entreprise. Rentrer dans le moule. Devenir consultant dans une grosse SSII, palper plein de fric et raconter des conneries aux dir’inf’ de grosses boites. Mais non, ce n’est pas pareil bordel !

      Il faudra que tu expliques plus. Juste comme ça. Pour partager autrement qu’en romançant. Et parce que c’est intéressant.

    • Expliquer plus :
      Je sais depuis quelques années que l’autopublication remplace à moindre frais l’auto-édition des écrivains médiocres. On se gargarise d’un public, disons, 200 personnes fidèles, mais, au final, ce n’est pas ça. L’un de mes meilleurs amis me disait qu’il fallait un comité de lecture, faire des efforts, travailler, et envoyer des manuscrits, tout en étant surpris de mon lectorat. Dubitatif, il était. Le web sert aujourd’hui à ça : remplir l’espace des pas très bons écrivains (moi, entre autres donc...), et faire de l’événement bidon. C’est un outil extraordinaire, mais il ne sélectionne que par son public. Je suis incapable de juger réellement ma production. Les lecteurs ne suffisent pas. Je peux peut-être faire mieux, même à 40 ans. Et si je reste là, je ne vais rien tenter, parce que, comme d’autres sur la toile, j’ai trouvé un public. C’est là le piège. Les vieux de la vieille s’en sont aperçu assez tôt (je pense à Pierre Lazuly et à son vrai talent de critique politique, c’est lui qui m’a donné l’envie de faire pareil, d’ailleurs, on aurait besoin des chroniques du menteur encore plus aujourd’hui !). Un papier sur le web n’est pas un contrepoids aux papiers officiels, il compte pour du beurre. L’activisme a sans doute payé contre la constitution européenne, mais dans des marges très étroites et pour des gens déjà convaincus.
      Je retire donc les doigts de l’engrenage, en essayant, pour moi, de faire de mon mieux. J’avoue d’ailleurs que, paradoxalement, je supportais mal que mes textes soient sélectionnés manuellement sur rezo.net. On les jugeait au lieu de laisser les lecteurs juger. C’est pourtant ce qu’il faut faire, mais pas sur internet.

    • C’était donc ça... près de 150 messages ici pour enfin savoir.

      Après une fourmilière renversée vous allez peut-être réussir à construire une ruche dans laquelle rentrer et sortir sans cesse.

    • Le débat que tu ouvres, par force, est passionnant. Et je t’avoue que je ne comprends pas tout ce que tu conclues.

      Je comprends que tes ambitions ne te permettent plus de continuer. Et pour la plupart, je crois que nous allons regretter ton point de vue. Ce n’est pas tellement une histoire de qualité littéraire, mais de qualité humaine. Et voilà, ça ne t’intéresse pas qu’on s’intéresse à celles-ci. Ou en tout cas, ça n’est pas ce qui te fait avancer. Donc, tant pis pour nous :-) Et merci pour ce que tu as partagé jusqu’alors. Je crois qu’en fait, ce qui peut être regrettable, c’est que tu n’ais pas donné à ton public le moyen de plus partager avec toi, en retour. Il y avait le mail. Mais c’est trop intime à mon avis, pas pareil. On en revient à mon goût de l’anonymat et de l’intervention "publique".

      Je ne suis pas convaincu que tes ambitions soient contradictoires avec ce que tu as fait jusqu’alors, ce partage. Mais si l’un t’empêche d’accéder à l’autre. Alors forcément. Le choix est vite fait. Enfin. Il se comprend. Bref.

      Merci pour tes explications.

    • L’humour est un pied-de-nez au cancer... de Desproges à d’autres... ça se vérifie assez bien...
      Quand à l’explication psychologique de maladies dont on peut se dire que l’environnement est un facteur constamment oublié, c’est pas très loin de la physiognomonie...
      Le mal être est en aval du cancer, bien souvent... et l’auto-dérision est une défense comme uen autre face à l’absurdité de la maladie.

      150 000 personnes meurent d’un cancer en France...chaque année... tous dépressifs ? pas d’amiante, pas de gaz dégueu dans l’air, pas de tabac et pas de saloperies carcinogènes dans l’alimentation ? pas de facteurs génétiques ?
      Ces salauds de déprimés s’élimineraient donc tous seuls, dès la naissance pour certains, plus tard pour les plus fourbes ?

      Haro sur les cancéreux ! Ces rabats-joies qui nous emmerdent... à se déliter et à crever quand les beaux jours se ramènent...

      Vraiment...
      Moi j’avoue que mes cancers (3 en quatre ans qui dit mieux ?), une fois les douleurs maîtrisées m’ont libérées de pas mal de pressions sociales etc... Je me retape une adolescence à vingt ans de distance et j’ai gagné en liberté. Je vais crever, comem tout le monde, et ptète un peu plsu vite, mais chusi en vie en attendant ; et je je me fais du bien, et je résiste à l’apathie, à la souffrance morale, que j’ai dégustée à l’annonce de tous ces crabes dans mon panier.
      Les psycho moralisateurs qui viennent m’expliquer l’éthologie de la maladie par les bobso au coeur ou à tel autre bobo de vie, me font désormais rire... les gens causent de ce qu’ils ne connaissent pas. Si ça leur fait plaisir, c’est pas ça qui me tuera.
      En attendant leurs métastases (la roue tourne et le crabe est démocratique - mais on sera là pour les soutenir) je cultive l’extase.

      Lacrabeuse amoureuse

    • 200, à mon avis tu es modeste. Et puis, si tu voulais que l’on t’aide à « faire mieux », il n’y avait qu’à demander. On aurait pu critiquer tes arguments, ton style... Je comprends bien que tu veuilles sortir de cette routine dont tu ne vois pas bien où elle te mène. Mais ne sous-estime pas ce que tu as fait en 6 ans : rendre des dizaines de personnes heureuses pendant quelques minutes plusieurs fois par mois, ce n’est pas rien.

      Tu es manifestement doué pour écrire sur le web. Je veux dire que le format te convient : tu nous l’as prouvé depuis 6 ou 7 ans. Et je crois que tu te trompes en pensant que tu réussiras mieux sur un autre média. Ce qui fait la réussite c’est de se vendre bien. Et pour cela, il faut en avoir envie. Et là, je ne te sens pas... Ton site aurait pu avoir une audience beaucoup plus importante si tu avais passé du temps à en assurer la promo. En gros, je pense que ce n’est pas le média web ni ton talent qui sont en cause (pour le talent, il n’y a qu’à lire le moindre article de société dans la presse hebdomadaire pour se rendre compte que tu es largement au niveau). Ce qui est en cause, c’est ton incapacité à la compromission et ton non conformisme (si fort que celui-ci tournait parfois à la réaction par esprit de contradiction). Et c’est pour cela que l’on t’appréciait tant.

      Mais j’espère me tromper et te souhaites une grande réussite pour la suite.

      Juste une question pour terminer, comment reconnaitra-t-on tes futurs écrits ? Comment signeras-tu ?

    • Juste une question pour terminer, comment reconnaitra-t-on tes futurs écrits ? Comment signeras-tu ?

      Je n’en sais rien. Faudrait déjà que je sache quoi faire, quoi écrire. Pour l’instant, rien.

    • Bon c’est vrai, tu n’as jamais été doué en explication (et c’est tant mieux) mais celle-ci me laisse dubitatif. Il faut un comité de lecture, faire des efforts, travailler.

      Si je le tenais ton ami.

      Cela me rappelle (1) l’histoire de l’âne croulant sous sa charge devenu sa raison de vivre à force de pesanteur. « IA ! IA ! » ne cessait-il de répéter. Je le veux, il me faut faire des efforts, travailler, je me sens vivant ainsi. C’est aussi le destin tragique des révolutions que de réclamer leur propre répression, la liberté est trop légère pour qu’on en sente le poids réconfortant. Il y avait des signes précurseurs dans tes textes, un claudiquement de fatigue : ce sens pervers de la hiérarchie (le Jazz vaut mieux que d’autres musiques parce qu’il réclame des efforts) cette peur du vide (les jeux vidéos) cette peur de devenir (à 40 ans tout est joué) et surtout ce satané besoin de reconnaissance étrangement rendu à rebours et non-contradictoire avec le troisième point, le jeunisme inversé.

      Un comité de lecture parviendra certainement à réduire le dernier point mais sera-t-il une béquille appropriée pour les autres ? Je ne le souhaite pas, ce léger boitement te va bien. Et puis, surtout, il ne faudrait pas que les chirurgiens du Comité ne se mettent à farfouiller partout. C’est fragile et délicat un GF, prends un second avis, choisis soigneusement celui qui détiendra tes textes, ne lui fait pas plus confiance qu’à ton miroir.

      Mais finalement, bonne nouvelle, le mort n’est que malade. Bon rétablissement et puisses-tu retrouver la Grande Santé (TM) entrevue.

    • Une gagueure pour vous deux !?

  • Alors, GF, tu t’en vas, comme ça, sans explosion atrabilaire ni un vrai "je vous emmerde" ? c’est de la provoc’ ?

  • Mouais, allez, il bluffe. On dirait qu’il blufferait. C’est vrai quoi, l’hiver qui n’en finit plus, pas de nouveau texte depuis quelques semaines, on voyait bien que ça allait pas. Déprime. Alors il nous fait le coup de "je m’en vais, vous ne me reverrez plus jamais, je m’en vais très loin, vous êtes tous très méchants et vous serez tous très très tristes"
    Regardez moi tout ces messages d’amour. L’amour sur un blog, t’y crois ?Du jamais vu !

    Arrêter, oui bien sur, pourquoi pas, après tout moi j’avais oublié qu’il y avait quelqu’un en vrai derrière tout ça et que ça pouvait très bien s’arrêter.

    On verra à l’eclosion des premiers débardeurs avec des vrais morceaux de filles dedans , au printemps. S’il ne nous pond pas un truc emoustillé.
    Remarque oui, il peut très bien garder tout ça pour lui, il en a deja assez fait.

    Ah, je ne sais pas. Tu me fais bien chier, grosse, avec tes histoires.

    Après tout tu peux très bien arrêter quand tu veux, c’est toujours mieux que si t’étais vraiment mort.

    Moi j’y crois pas

    A+

    PS : En tout cas, rien que pour les quelques messages plein d’insondable fiel (?????) qu’on voit ici, ça valait le coup que tu tire ta révérence. Non mais t’as vu ça ? Le petit mec qui écrit bon debarra, en tout anonymat ? Trop fort !

  • Bon et puis si c’est vraiment la fin, et bien un grand merci parceque c’était vraiment bien.

  • Magnifique !
    Changer de vie.
    Quitter ce web inutile.
    Passer aux choses sérieuses.
    Faire du vélo. Attendre les premiers papillons.
    Et pourquoi pas ecrire un vrai bouquin en papier qui sent la cellulose.
    Bravo ! Que de bons moments passés à vous lire.
    A bientôt dans un bon fauteuil avec des vraies pages et de l’encre.
    Laissez ce web aux cons. D’ailleurs j’en ai assez moi aussi des écrans et des ordinateurs.
    Vingt ans que je tapote. ras le bol.
    ca va rouler j’en suis sûr.

  • Des années que j’attends ce moment là.

    Casse-toi ordure !

    Mais non, j’déconnne. Enfin casse-toi quand même, de toute façon t’es fatigué, t’es un has been, et dans trois mois tu nous ouvres un blog sous un autre pseudo.

  • Solution de remplacement : tu ne touches plus à ton site. Tu l’oublies. Pendant six mois, un an, qu’importe. Tu te déconnectes mentalement sans pour autant tout fermer (ce qui, techniquement, ne sert à rien, à cause de multiples caches et autres archives - rien ne meurt sur le web). Et puis un jour, tu te diras : "tiens, j’aimerais bien parler de ça". Et hop, sans tambour ni trompette, tu recommences à écrire, parce que tu en as envie, parce que ça te fait plaisir.

    Enfin, quoi, merde.

  • snif je v etre obligé de bosser maintenant, tu fait chier.
    J’etais pas toujours completement d’accord avec toi. Mais au moins tes textes donnent a réfléchir et à rire aussi.
    ciaos et bonne chance.

  • Merci pour ses moments passionnés et passionnants.
    Profite de ta vie hors web ! Mais reviens-nous un jour !

  • J’avoue être très étonné par ce forum. Je ne savais pas qu’un blog pouvait avoir autant de lecteurs ! Je viens de découvrir par hasard ton site sur google, et ça me fait bizarre.

    Ecris-tu ailleurs ?

  • Je repost ici un message du forum de Kitetoa :
    c’est regrettable. On le regrettera.
    DocMartine
    Thu Mar 23 05:57:10 2006
    RE à : Grosse Fatigue est fatigué - Nicob (Wed Mar 22 15:26:26 2006)
    RE de : Re:c’est regrettable. On le regrettera.
    >Et ainsi va la vie ...
    >
    Et merde.

    Il faisait un site vraiment différent des milliers de blogs qu’on a vu fleurir ...
     :(((

    Je le regrette déjà. Si tous les gens qui font des sites qui sont des sites vraiment différents du reste du web démissionnent, alors que va t’il rester pour contrer l’uniformisation bloguesque et le web des pointcomme ?

    Hein ?

    Je vous le demande ?

    Grosse Fatigue, si tu nous lis, réfléchis, tu es un pilier du web non conventionnel, non formaté et à ce titre tu as des responsabilités : défendre la différence, défendre la qualité, défendre l’esprit, défendre le droit à faire ce que les autres ne font pas encore, ne feront jamais parce que cela demande d’oser une originalité qui n’est plus de mise sur ce web.2

    Où sont les preux et fiers chevaliers qui voulaient défendre le web indé et non commercial ?

  • Bravo.

    J’ai pourtant la moitié de ton âge, et je suis moi-même déjà en train de m’éloigner de plus en plus du web, alors même que c’est l’objet central de ma formation (licence multimedia blabla). Pendant longtemps j’ai cru qu’on pouvait faire des choses grandioses avec l’informatique et malgré mon athéisme profond, j’ai finalement cru en L’Internet.

    L’année dernière, je n’ai ni étudié, ni travaillé. Je n’ai rien fait pendant un an. RIEN. A part lire, m’informer, sortir, manger du fromage, faire l’amour. Vivre.
    J’ai totalement changé. Je ne met plus les pieds en supermarché, je ne lis plus télérama (j’ai honte.), je ne crois plus à l’utopie informatique quand bien même elle serait libre.

    Mais surtout, surtout. Je suis heureux.

    Alors même si ta démarche n’est pas forcément la même, je tiens à apporter un soutien sincère à ton geste.

    Moi, de la "génération numérique" et gnagnagna, je le dis haut et fort :
    Vive l’argentique.
    Lisez Jacques Ellul.
    Le luddisme, c’est ludique !

    • « J’ai pourtant la moitié de ton âge » : ça c’est vraiment salaud. Même après ce qu’il vient de faire, GF ne méritait pas une telle remarque.

    • ...Et t’as appris la nouvelle par signaux de fumée ???

      Tierce

    • "en train de m’éloigner"
      ça veut bien dire ce que ça veut dire. Que ce n’est pas finit. Une trop grande partie des gens pensent que tout peut se faire en claquant des doigts, c’est ridicule. Lentement, mais très très sûrement.

  • S’il avait du exister deux Grosse-Fatigue sur le web, ils auraient existé. Or, Grosse-Fatigue est unique. Ce n’est pas de la télé, ce n’est pas du blog, ce n’est pas du narcissisme ni de l’exhibitionnisme. Grosse-Fatigue, c’est le web dépendant du temps qu’on y passe, le web dépendant d’un effort pour sortir du préformaté.

    La mort du web indé et dé c’est cela : les démissions.

    On avait perdu Guillermito aussi, on l’a récupéré.
    Alors, pourquoi pas Grosse-Fatigue ?
    Pourquoi ne pas laisser ce site en l’état et prendre une année de cyber-repos ?

    DocMartine AKA webmaster de Quellesconnes.com qui a parfois aussi de très gros coups de fatigue ... mais mais mais... la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

    Voir en ligne : Les archives de GrosseFatigue survivront

  • A force de chercher des mots pour convaincre, remercier, encourager, trépigner, on en revient toujours au même : reviens Léon !!!!!

    Mais ça a l’air définitif, comme décision ...

    Alors ne reste plus qu’aux pleurnichards dont je fais partie à se prendre par la main, et à créer quelque chose d’autre. Non-non-non, le ouaibe indépendant ne repose pas sur les épaules d’un seul, fût il un génie.

  • J’ai bien réfléchi : je préfère que vous restiez.
    J’ai passé deux jours avec votre fermeture définitive : je n’ai pas aimé. Ca m’étonnerait que ça s’arrange, même avec l’habitude.
    et avec-le-temps-tout-s’en va-

    et vous ? ça (vous) va ?

    Et à part vous ficher la paix, on peut faire quelque chose ?

    Merci à DocMartine, au passage, en espérant que ça va s’élargir sur la droite (pour une fois...)

  • J’écris chaque semaine une chronique pour une radio locale associative.
    Quand je cherchais des idées, je venais m’inspirer.
    Et puis je faisais autre chose, mais avec ce ton qui m’imprégnais.
    Quand je vois qu’il y a 171 réactions à votre Fermeture définitive en quelques jours, je me dis que votre "radotage" vaut mieux qu’un désabusement.
    Le web n’est qu’un tuyau. On savait depuis le début qu’il deviendrait marchand.
    Vous ne suiviez pas le courant. Vous ne suivez pas le courant. Vous pagayez.
    Ça fatigue, c’est sûr. Mais la fatigue n’est qu’un symptôme non pas du découragement mais bien de l’aspiration à d’autres possibilités.
    Construire les possibles, vous y apportiez votre contribution ne serait-ce que grâce à l’éveil des consciences de vos lecteurs. Laissez vos textes en ligne, s’il vous plaît !

  • La banalité de Mouloud tenait en ceci que, comme tous ses congénères il supportait difficilement la fin de l’été dont il tenait généralement l’automne pour responsable. Bruno-Bruno partageait le point de vue de son chien. C’était d’ailleurs l’unique chose qu’ils partageaient depuis que Jennifer, la Terre-neuve islandaise avait décidé de refaire sa vie avec un braque à poils ras. Ce qui est stupide, car tous les braques ont le poil ras. Il était presque midi. Son ventre avait faim

    Quand il l’entendit pour la première fois conclure la soirée par un énigmatique « une bonne pipe et au lit », il était loin d’imaginer que le capitaine Adhoc serait son partenaire à l’atelier d’échecs, même s’il en rêvait. Et dieu sait si les rêves sont parfois très cons. Pourtant, il était persuadé que le cul du barbu empestait l’Amsterdamer et, malgré tout, l’idée de lui chiquer le croupion tressaillait littéralement sa libido. Il en avait des vertiges et maudissait terriblement son oreille interne dans ces moments là. Surtout dans ces moments là d’ailleurs. Le tirage au sort lui donna les blancs. Il flatula d’émotion sans écarter nez en moins la responsabilité des choux de Bruxelles. La nature aléatoire du processus d’évolution est ainsi faite que les intestins ignorent bien souvent les règles élémentaires de la bienséance. Il est d’ailleurs remarquable que ceux qui écartent l’hypothèse darwinienne dans les manuels scolaires américains sont ceux qui soutiennent le plus ardemment la théorie du Dieu créateur comme si Dieu lui-même n’avait pas suivi un long processus d’évolution pour être capable de survivre dans un monde où la science a mainte fois démontré l’imposture de tous les axiomes religieux concernant l’origine et la place de l’Homme dans l’univers.

    Comme tous les Asiatiques, Tchang avait la queue fine et jaune, mais surtout fine. Et un peu courte. Trop courte, en tout cas, pour songer sérieusement entamer une carrière dans le porno. De toute façon, il n’avait pas imaginé un seul instant faire partie de ces types certainement très cons qui bandent autour d’une piscine en serrant les dents. A l’heure des nouveaux canons de la beauté masculine incarnés par Fabien Barthez ou Alain Juppé, sa mèche à la Brian Ferry était de toute façon au mieux très vulgaire et au pire carrément insultante. En définitive, il n’était pas fait pour ça. Tout simplement.

    L’idée de rejoindre Katmandou par l’autoroute avait un instant effleuré BrunoBruno mais la perspective sinistre de doubler des Renault Scénic pendant 7000 kilomètres avait fini par l’en dissuader. Il pris un billet Degrif’tour, nettement suffisant, songea-t-il au moment de composer le code secret de son AmEx, pour constater le décès d’un niaqwé qui, somme toute, n’avait jamais su partager son enthousiasme pour les clubs à partouze lesquels, il est vrai, n’étaient apparus que très récemment dans ces pays où la religion arrive malgré tout à fédérer quelques types autour de Richard Gere et du Dalaï Lama. Les hommes ont de tout temps chercher à voler. Avec plus ou moins de bonheur. L’aviation a engendré l’hôtesse de l’air et l’hôtesse de l’air a engendré le vice. Dans les hautes couches de l’atmosphère (ionosphère puis stratosphère), la pression est nettement moins importante qu’à la surface de la terre. C’est pour cette raison qu’elle est maintenue artificiellement à l’intérieur des avions. Pendant qu’il enculait Platon, Aristote pensait à son mémoire de physique qu’il comptait enrichir d’un chapitre sur les phénomènes observés dans la colonne d’eau. « La nature a horreur du vide » songea-t-il tout à coup en bourrant une dernière fois le cul de son maître. Torricelli fut le premier à démontrer l’existence du poids de l’atmosphère. Il fut par la même occasion le dernier Italien à avoir fait preuve de talent dans une compétition internationale jusqu’à ce que Platini expédie la Juventus de Turin en demi-final de la coupe des champions.

    Le yeti ? Rien de plus qu’un babouin anabolisé et pédophile, pensait BrunoBruno. A la différence que les babouins sont de gauche, notamment a propos des femelles qu’ils mutualisent copieusement avant de les enculer. Le soir tombait dans la grisaille d’un trait de fusains délavés. Il se branla fiévreusement. La route sera longue, pensait-il...

    (D’après Les parties de cul et les menteurs)

    • J’ai bien fait d’éviter de m’intéresser à lui. Ca m’aurait fait chier de l’engraisser.

      Est-ce qu’on peut écrire une loi du genre :
      - Quand on cause d’un livre à la télé avant que celui-ci ne sorte, on est presque sûr que c’est de la daube (oui, y doit bien y-avoir des auteurs à qui on fait de la pub malgré eux...).

    • J’ai bien connu Bruno Bruno. De son vrai nom Bruno André. Terminale B au lycée x, à Troyes, en 1986. Fanatique de bandes dessinées, avec cet espoir dérisoire et adolescent de clamer haut et fort à la gueule du prof de français de l’année d’avant que ça valait bien Balzac, ce qui faisait rire les filles deux ans plus tard en Hypokâgne kâgne. Lui qui n’était jamais seul avec sa main droite. Fauché comme les blés, il piquait des BDs à la FNAC avant de se faire prendre à son propre jeu. Deux vigiles le rappelèrent à l’ordre républicain du tu ne voleras pas et lui collèrent une bègne dans la gueule, ce qui lui donna pendant dix jours une tronche de voyou et fit craquer la charmante Sophie qui s’offrit pour qu’il la dépeça lentement. Mais, à l’époque déjà, il banda mou. Alors bandana et tutti-quanti, départ en mobylette pour Katmandou, aventure avec Richard Gere et premier guide autopublié sur le "tour du monde en mobylette d’un frustré sexuel". Introuvable aujourd’hui. J’aimerais que cessent les rumeurs sur ce type.

      Où es-tu, Bruno ?

    • "comme tous les Asiatiques, Tchang avait la queue fine et jaune, mais surtout fine".
      t’es vraiment une pauvre tache mon gars à faire vouloir donner des images stérotypées des autres communautés.Moi je suis asiat , ramene ton cul , je vais te montrer que j’ai pas une petite queue comme tu le penses .Aller je te laisse dans tes fantasmes de l’homme des cavernes !!!!

  • Lorsque je jouais à faire de la radio pirate, en 1979, je savais déjà que le temps nous était compté avant que les financiers ne dressent l’antenne.

    Ils nous ont copié comme les salauds qu’ils sont et s’en sont foutu plein les fouilles. Mais on le savait : c’était couru d’avance et on a fait autre chose.

    Il y a eu le Net. Nurse Jones a écrit le premier livre en ligne en 1991, Costes a chié dans la colle en 96 en même temps que Lorgane, GF en 99, etc. etc.

    La Spirale est en rade, mon Sitacyp aussi.

    Millénaires a bouclé, bien d’autres boudent.

    On se fait peut-être mousser, mais avant tout on donne.
    On donne, on donne, oui mais à qui ? Et pourquoi ?

    Est-ce que ça vaut encore le coup ? Est-ce qu’ils donnent, les autres ?

    Le Net est une chose du passé, une technologie ringarde hyper volatile, lourde et pas fiable. Elle suppose en plus d’avoir suffisamment de thunes pour y avoir accès. Et puis elle est très facile à contrôler.

    Alors comme GF je crois que je vais passer à autre chose.
    Je n’ai pas viré ma télé à la benne pour qu’elle me retrouve ici.

    Amitié

    Cyp

    Voir en ligne : Le Sitacyp

    • GF et citacyp...
      décidement, pas une bonne journée...

    • Valérie,
      Je ne sais pas si tu dois te réjouir, mais j’ai gambergé à mort ces jours-ci... et j’ai décidé de continuer quoi qu’il en soit.

      Tout simplement parce que je ne sais faire que ça, écrire, ou à peu près.
      Et puis j’ai repéré la cause de mon merdoyage récent.
      Je m’étais par trop éloigné de l’idée initiale du site. A savoir qu’il ne davait être rien d’autre que le prolongement de mon clavier... une sorte de machine à écrire publique et rien d’autre.

      Donc j’ai remis ça sur le gaz en virant tout ce qui n’allait pas : compteur, e-mail de contact, stats et tutti-quanti.

      Le Net est basé sur l’interactivité, j’ai décidé de faire tout le contraire. Et toc !

      Au plaisir, donc.

      Cyp
      En ligne et à l’oeil

      Voir en ligne : Le Sitacyp

  • A parcourir les commentaires, il me vient une question : quel effet ça fait ?

    Je veux dire : qu’est-ce qu’on ressent à laisser entrer le lecteur dans sa vie d’écriture ? le cadre est certe bien délimité, cirsonstances -> discours de clôture, moyen -> forum modéré, mais l’expérience semble tout de même rarement accessible à l’écrivain (celui du papier relié, couverture dos-carré-collé), d’où ma curiosité.

    Un peintre (un sulpteur, un photographe) peu rencontrer les gens venus voir sa création. Un musicien (un acteur) perçoit directement les réactions des spectateurs. Mais un écrivain ? le chiffre de vente de son livre ne renvoit rien des humains qui l’ont lu, à part de quelques critiques estampillées dont les réactions peuvent précisément influer sur ce chiffre. Mais le lecteur ?

    Vous qui vous étiez placé volontairement dans la situation isolée de l’écrivain papier (les stats de fréquentation remplaçant les chiffres de vente. Voir "l’avenir des weblogs"), et nous, fidèles lecteurs pour beaucoup, nous voici acteurs consentants d’une sorte de happening d’écriture.

    Qu’est-ce que l’écrivain provocateur de la chose en pense ?

    • Je ne suis PAS un écrivain. Voilà ce que ça fait. Faut pas confondre. Je ne suis pas capable d’écrire plus d’une page, un écrivain, c’est autre chose !

    • Par exemple :

      "Monsieur Baudelaire, excusez-le mais votre oeuvre des fleurs du mal (composée principalement de poemes de moins d’une page) n’est pas necessaire pour vous caractériser d’ecrivain."

      Depuis quand on evalue sur la quantité et non sur la qualité. Pour moi, un ecrivain c’est une personne habile dans l’art d’écrire. Et donc jusque là, nous sommes d’accord de dire que tu es un ecrivain.

    • Bon, d’accord, mais une page plus une page plus une page... pour beaucoup de gens ça finit pas faire un bouquin, même si... Mais bon, puisque vous le dites.

      Sur le quantitatif (« une page », c’est bien du quantitatif, non ? ) : à partir de combien de notes était-on musicien ? un standard de 3 minutes où une symphonie ? quelle taille doit faire un tableau pour que l’auteur soit qualifié de peintre ? un poème, ça fait combien de pages ? et un recueil de poèmes, est-ce un livre ?

      Mais je vous taquine, vous ne voulez pas être qualifié d’écrivain. C’est tout. Soit, c’est dit et je comprend ça, même si... Mais bon.

      Amitiées, même si...

    • Pas un peu trop orgueilleux GF quand même ? c’est quoi un écrivain ? c’est quoi un lecteur ? surtout un "bon"...encore plus difficile à définir ! moi j’adore tes écrits, mais aussi les chroniques d’Alexandre Vialatte ("et c’est ainsi qu’Allah est grand....’ !). Ca te va chroniqueur ? Mirbeau aussi a fait d’excellentes chroniques en son temps pas écrites pour la postérité mais qui finalement le sont restées. Parcequ’il y avait des lecteurs, parceque elles étaient modernes et visionnaires (comme les tiennes, ouioui). Et tant d’autres encore. Le support ? la qualité "es" ? moi tout ça je m’en balance, ce qui compte c’est le regard. Et t’as un regard sur ce monde...précieux. Contrairement à bien d’autres qui se prétendent pourtant écrivains...!

    • Ah mince alors ! une fille chiante a doublé mon commentaire de quelques instants. Mais c’est pas grave : nous disons les mêmes choses, formulées différement. Vachement pédagogique, comme démarche, finalement.

      Répétez donc après nous : « je ne suis pas écrivain ! » , comme ça, pour rire un peu. Si, si, vous allez voir, ça décoince les zigomatiques. « je ne suis pas écrivain ! »

      Pfou ! ça fait du bien de rire, parfois.

    • je suis sure qu’il serait capable d’ecrire en Arial 24 " je ne suis pas un ecrivain". Histoire de...

      Joli commentaire patrick !! et ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à le penser.

      Mais le plus difficile, serait de lui faire dire "oui, vous avez raison" et même si on y arrive il rajoutera mais...

      Parenthèse : C’est vraiment un vieux con !

  • Un commentaire, une question.

    Le Web indépendant et gratuit existe. J’ai même tendance à croire qu’il n’a jamais été aussi réel. Il a changé de nature. Est devenu plus professionnel. Peut-être. Enfin non. Le Web gratuit qui a essayé d’imiter le payant, il est mort celui-là. Ce web qui essayait de faire comme si c’était possible de suivre le rythme des "nouveautés" imposé par le payant... Du genre "je dois faire de nouveaux articles, à tel rythme, je dois vérifier mes infos, je dois je dois je dois". Je ne dis pas que le web gratuit actuel est moins rigoureux. Je dis juste qu’il tente de s’affranchir d’un certain nombre de contraintes inutiles.

    Mais nous ne devons pas avoir la même idée de ce qu’est un web indépendant. Pour ne pas être du même avis, c’est que forcément nous ne parlons pas du même concept.

    Ensuite. Ma question.

    Pourquoi fin avril ? Pourquoi pas fin mars ? Pourquoi pas maintenant ? Peut-on espérer un ou deux nouveaux articles, vue le délai d’extinction ? Ou est-ce que c’est juste pour voir quand le flot de réactions va se tarir ? Je pense qu’il y aura toujours des réactions. Que le site reste un mois de plus, six mois de plus. Moins souvent. Mais il y en aura toujours. Exactement comme il y a toujours des lecteurs dans l’uzine.

    Il n’y a pas qu’une seule question. Zut.

    • Pas d’accord : Uzine est un désert. Le bénévolat ne paye pas.

    •  :)

      Surtout s’il se prend trop au sérieux.

      A part cela, c’est le rôle du bénévolat de ne pas payer ni d’attendre d’être payé en échange de ses bons services. Normal qu’il ne paye pas.

      Mais la question est : si l’audimat ne suit pas, faut-il cesser de s’exprimer à sa guise ? Même pour une poignée de lecteurs cela vaut la peine.

      De toute façon, Statisticator l’a dit : les stats ne sont pas du tout fiables, surtout pas celles des blogs.

      Pas de fermeture à fin mars car ensuite il y a le 1er avril ?

      Voir en ligne : Connes un jour, connes toujours.

    • Les stats de Free étaient très fiables. A peu près 3000 visites par jour. Comptez la part du hasard....

    • Les articles d’Uzine survivent à l’Uzine. J’ai quelques exemples. Mais peu importe. Je n’y étais pas.

    • Les mots clefs doivent vous aider à calculer la part du hasard
       :)

    • J’ai mis une copie de mes statistiques officielles en date du 25 mars 2006. Voilà ce que raconte mon hébergeur...

      Voir en ligne : Stats officielles

    • Les mots clefs ?

      Avec quels mots clefs vos visiteurs arrivent-ils chez vous ?

  • Bon avant de se quitter, un dernier conseil avant de prendre la route :

    "Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton coeur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton coeur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement.

    Bannis de ton coeur le chagrin, et éloigne le mal de ton corps ; car la jeunesse et l’aurore sont vanité. "

    et puis aujourd’hui on est jeune longtemps, faut d’autant faire plus gaffe...

    Nur

  • Bonjour,

    Je lisais tes réflexions par intermitences. J’appréciais. Etrange coincidence mais ce que tu écris là me rappelle ma propre expérience d’il y a presque 2 ans. J’ai tout bazardé : téléphone portable, ordi (alors que je suis développeur) et tout ce qui fait bip. Etrange coincidence car j’ai pris connaissance ce matin de ta fermeture (éclaire ... ouais bon...) alors que j’ai retranscri (c.f. lien) cette nuit cet espèce d’overdose technologique d’il y a 2 ans.
    J’en suis revenu. Et je réfléchi aujourd’hui aux autres possibilités offertes par toutes ces ressources.

    Bon vent en tout cas et certainement à un des ces jours.

    Voir en ligne : http://www.kubernan.net/index.php?2...

  • Merde alors, je vous aimais moi ! Je vais me sentir encore plus seule. Vous ne nous ferez plus rire (même si souvent cétait jaune). Vos textes je les attendais avec impatience. Un boufée d’air frais dans le café du commerce. Et puis vos textes sur la photo. Je me sentais concernée. Mon fils suit des cours en cinématographie à l’INRACI et il leur est interdit d’utiliser des appareils numériques pour préparer leurs dossiers. Jusqu’au jour où on ne trouvera plus d’appareils argentiques que chez les brocanteurs, où à des prix exhorbitants pour les pros. Et puis vos textes sur les filles au printemps, leurs jupes, leurs décolletés. Et nous les filles comment on fait pour parler des hommes au printemps ?

    Allez donc faire toutes ces choses inutiles que vous aimez : compter les pois noirs sur les ailes des coccinelles, faire des légos avec vos mômes, vous promener dans les bois pendant que le loup n’y est pas (quoique !).

    C’est avec tristesse et frustration que je vous dis au revoir et merci ! Revenez-nous svp plus tard ici ou ailleurs.

  • Salaud tu peux pas nous lacher comme ça !!! :(
    avec tous ces lecteurs quotidiens, tu t’es fait une belle clientelle ;
    change de mise en forme et fais nous un bon petit roman !

    +

  • Bon ben Salut mec.
    Si ça se trouve on s’est déjà croisés dans une gare. Je serais passé à côté d’un vrai gen. Si ça se trouve on se croisera quelque part et je passerai à côté d’un vrai gen. Je ne sais pas qui tu es mais je saurai que tu as existé. C’est déjà ça.
    Heureux d’avoir un peu fait ta connaissance, bonne route à toi.

  • Bon vent, et merci de conseil de profiter encore avant la liquidation, ça sera avec joie mais mélancolie.

    Voir en ligne : Citoyens du Monde

  • J’adorais vous lire, parce que j’était le seul au monde à connaitre votre existence.
    Je suis un peu triste de ne plus vous lire, ça faisait du bien, étrangement.


    Voila, je suis un peu moins unique sans nos rendez-vous.

  • Dommage, dommage !!!
    J’avais l’impression d’ avoir trouvé un peu un frère (si, si !!).
    Je pensais les mêmes mots, les mêmes phrases au même moment...
    ( étrange, parfois ...)
    Je vais me retrouver un peu seul dans cet obscur foutoir .
    Reste l’humour et peut-être des retrouvailles incertaines ?
    The beat goes on .
    Salut, jumeau inconnu, et bonne route sur ton nouvel espace !
    Michel

  • va où le vent te mène
    peut-être pour d’autres façons de dénoncer notre connerie

  • euh c’est rien , c’est juste pour être le deux centième message.

    A plus,

    Tierce

  • Bon bah... Que dire de plus... J’ai eu l’honneur de lire tes lignes, c’était bon, c’était intéressant, bien écrit, il y avait tout et j’apprend soudainement que tu veux passer de tout à rien... Tristesse.
    Bonne suite.

    Voir en ligne : http://zglubb.centerblog.net

  • Le côté "comité de lecteurs" me fait faire la moue. Ce n’est pas un comité, des spécialistes, des critiques, une professionnalisation de l’écriture qui va faire que ce que tu écris soit bon. Il y a énormément de livres publiés ou de films distribués et peu qui laissent une marque sur soi, ou simplement nous accompagnent. Internet est un autre support, et il y a des grosses merdes comme il y a des trucs géniaux, mais on n’est pas obligé de vendre ou de compter les stats. On n’est pas obligé d’être très nombreux. On peut juste vouloir créer. La douceur de la lumière sur le papier de fibre... C’est bien que tu arrêtes d’écrire sur ce site, du moins pour l’instant, parce que tu étais bon et tu as cessé de l’être. C’est à toi de voir si tu as encore des choses à dire et sous quelle forme. Il y a des auteurs que je suis et que j’aime vraiment mais tous leurs livres ne sont pas aussi bons. J’aime les conteurs d’histoire, peu importe le support, l’histoire qui vaut la peine et celui qui sait la raconter devient une expérience intime, une part de soi. C’est notre richesse de perdre notre temps à nous raconter des histoires, pourvu que ce soit une bonne histoire, une qui nous fait vivre, pour de vrai ou pour de faux. N’écris pas pour les comités de lecteurs, écris parce que tu as du désir. Les critiques et les corrections viendront plus tard. Bonne route.

    PS : 1. Serge Lefort va se coucher
    2. Le monde n’est pas forcément une horreur peuplé de monstrueux abrutis, genre nous sommes les seuls rescapés intelligents de l’espèce humaine, moi civilisé-toi sauvage. Peut-etre que la voisine le pense aussi.

  • Triste, triste nouvelle. Ces petits papiers, à la régularité plus ou moins hératique, mais aux mots justes, rythmaient depuis un petit moment déjà les plages de glandouille que me laisse parfois mon planning. Dont acte, il faudra se faire une raison...

    A quand l’intégrale papier ? ;-))

    • Evidemment, je me réveille encore trop tard !!
      J’ai pris connaissance de ce site il y a trois heures :(

      Voir en ligne : bregman

    • NoNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!

      Que vais je devenir...Décidemment tout fout le camp !
      Et mes coups de blues, et mes soirées à me fatiguer les zyeux devant l’écran, et tout ce temps comment l’occuper désormais ?! avec qui partager tout ça ??

      Je me meurs à cette idée, mais j’aurai bien profité.
      Mille mercis d’être désagrégé, IL FAUT CONTINUER !

  • A défaut de lire ta prose, on peut en discuter indéfiniment ailleurs, comme sur le lien ci-dessous.

    Voir en ligne : Le monolecte de l’éthologie

  • Et pourtant, lui , il avait 50’000 visites par jour. Un véritable sacrifice.

    Alors, GF, tu ne veux pas nous les montrer les mots-clefs par lesquels tes 3’000 visiteurs par jour arrivaient chez toi ?

    ça serait sympa, avant ta disparition définitive, fais un petit geste pour assouvir la curiosité de certains faux sceptiques dont je suis.

    Voir en ligne : 50’000 visiteurs par jour ...

    • Quand je vous dis que j’ai déjà tout dit... C’était il y a deux ans. Rien de bien nouveau sous le hasard.

      Voir en ligne : Un dernier plaisir

    • Eh bien merci ....
      La bonne question, par rapport aux stats, étant : sur internet la qualité ou la quantité ?

      Je crois pouvoir affirmer que pour quellesconnes, le 99% des mots clefs amènent des gens par hasard, certains reviennent peut-être, et d’autres pas. Bah, c’est pas cela qui est important. Je fais ce site surtout pour moi, pour mon plaisir et ma fierté est qu’il dure depuis 6 ans et que j’espère qu’il vivra encore au moins aussi longtemps.

      Les stats, bonnes ou mauvaises, ne font que compter le nombre de personnes qui passent devant la vitrine. Mais je pense que certains entrent dans la boutique et j’ai fait de belles rencontres grâce à ce site. Rien que pour cela, je vais continuer à le faire. Pas pour la gloire ni pour un quelconque idéal. Rien que pour me faire sourire à l’idée que des gens rient de bon coeur en lisant mes pages. C’est pour ceux-là que je continue.

      Mais libre à vous de ne pas vouloir continuer. Chacun fait ce qu’il veut sur ce net. Et celui qui veut la fermer peut la fermer, mais comme disait le vieux Léo, dans ce cas là, il faut bien fermer sa gueule ... écoutez-les, toutes des concierges ! ... Le silence armé c’est bien, mais il faut mettre un peu de martini dans ton coktail-molotov ... L’insoutenable légèreté de l’être est souvent lourde à vivre, au quotidien

       :)

      A+
      et joyeux mois d’avril 2006

      DocMartine

      Voir en ligne : Quelles connes !

  • merde c’est con.

  • Oh ben merde, faudrait quand même me laisser le temps de tout lire. J’viens d’arriver ce soir par hasard, en cherchant les paroles de "je suis sous" et puis, j’arrive plus à décoller. C’est génial
    ccil

  • Bon, je vois que sur GF tout a été dit : la justesse du flou, la douceur de l’aigreur, mais merde moi je vous aimais, personne saura jamais comme on avait la même vie... et que ça change rien... reste plus qu’à la fermer alors ?

  • 20 minutes que je suis devant cette fichue fenêtre à ne savoir quoi écrire.
    Nous ne nous connaissons pas, tout juste un ou deux mails échangés quand vous avez ouvert ce site et pourtant ce que vous écriviez avait de l’importance pour moi depuis toute ces années (à mon âge 7 ans c’est beaucoup !). Merci, jamais vous ne saurez ce que vos mots m’ont apporté....

    J’essaie quand même un dernier truc : VOULEZ VOUS M’EPOUSER ???? (ou à défaut, me dire quel est votre prénom, c’est une question que je me suis souvent posée)

    So long...

  • je m’ennuie
    c’est par là que je suis toujours arrivée ici
    et maintenant, je n’oserai plus jamais chercher à me sauver de l’ennui par "ennui"
    Ne veux pas être déçue
    Tant pis
    Il ne reste qu’à fantasmer des frustrations et amertumes quotidiennes seule
    Mais peut-on remplacer le plaisir éprouvé à la lecture des ces petites acidités ?
    A.

  • Je sais pas si bonjour est une entrée qui convient.

    Je viens de tomber par le plus grand des hasard sur votre site, et pas par n’importe quel bout, svp, par la page sur la greffe de l’anus !
    Je trouve ce site absolument merveilleux, g envie de tt lire d’un coup, comme proposé, mais bon, g malheureusement autre chose à faire.
    C’est alors que je lis l’indicible : ce site ferme !
    O tempora o mores, que dis-je, mais qu’a donc pu motivé qui que ce soit pour fermé une page telle que celle-ci, et ds si peu de tps !
    J’ai envie d’écrire que, néanmoins, je ne me fais pas d’illusion, que mon mail ne suffira pas à éviter l’inévitable et qu’une réaction à chaud ne vaut certainement pas une decision découlant d’une mûre reflexion ; cela dit, je suis un éternel optimiste, et persiste à esperer.
    Par ailleurs, j’ai eu le temps, avant de me jeter sur cet article, de lire la page concernant votre identité, et tiens à vous dire que pour conserver, on dira pas votre crédibilité, mais le truc qui fait le peu que g lu,il vous faut garder votre non identité de persone, mais surtout de tout le monde !
    Sur ce, je vous laisse et espere, comme dit la forme consacrée, que vous reflechirez bien à votre decision, pour vous comme pour vos millions de lecteurs !

    à la prochaine, comme on dit
    un nouveau mais eternel fan

  • Salut,

    sans avoir été un fan — une de mes ex l’était (et l’est peut-être toujours, d’ailleurs, pour autant que je sache), et c’est à travers elle que j’ai appris l’existence de ce site — je suis passé par curiosité de temps en temps, en essayant de voir ce que provoquait une production littéraire (appelle-la comme tu le souhaites) appréciée sur un état de fatigue généralisé — a priori ça ne t’a pas suffit. C’est à la fois dommage — peut-être aurais-tu pu finalement devenir un de ces connards qui semblent éternellement optimistes, d’ailleurs la porte n’est pas close... — et encourageant : tu sais bien que tu ne peux pas en rester là (retour aux connards mentionnés auparavant).

    Et au cas où un petit Flaubert te tenterais, je me permets de te conseiller "Bouvard et Pécuchet" — ça ne te fera sans doute pas rire, mais il serait dommage que tu en gardes l’image du con qui compare l’Afghanistan à "Madame Bovary"...

    Sisyphe et Atlas, ça fait beaucoup pour un seul homme, tu ne penses pas ?

    Tous mes encouragements pour la suite

  • A lire certains messages ici, je me rappelle pourquoi j’aime le style de Grosse Fatigue : limpide, clair, tranchant, direct...Et, pourquoi ça va décidément me manquer !

  • Et ben merde. C’est vrai qu’à voir d’où viennent les visiteurs, je comprends que t’ais eu les boules. Mais bon, quand même, t’avais des fidèles. Pas 3000 lecteurs différents tous les jours, faudrait pas exagérer - ni te prendre pour Morandini. En tous cas, moi c’était depuis Sydney, Australie. Tu me condamne à me coucher un peu plus tôt parce qu’à part Grosse Fatigue, il n’y a pas grand chose d’autre qui ai pu me clouer pendant de longues demi-heures devant mon écran.

    Mais bon, au moins j’aurai l’oeil moins glauque. Et ma femme t’en sera reconnaissante, c’est certain.

    Merci pour tout. Et prend bien soin de tes enfants, parce que c’est bien eux qui comptent le plus.

    Boris

    • une fan de 70 ans vous remercie pour les heures de jouissance infinie que vous lui avez données.Quelle tristesse,misère de misère,que l’idée de la fermeture !bon vent à vous !
      jac.

  • Je crois que grosse fatigue va me manquer, j’ai l’impression d’un vide, mais ça ne reste que du plus ou moins virtuel, le trou se comblera de lui-même...
    apres tant de temps...
    bonne continuation...

    Voir en ligne : le site de la pauvreté intérieure

  • Dire que c’est ce grand machin qui m’a donné le virus Internet

    Voir en ligne : Damned !

  • Eh ouais, je crois comprendre : le spectacle fait chier, le commentaire sclérose...
    De l’air.

    Bonne route et... merci !

  • En relisant, de temps à autres, les articles du PDF 6, je me dis : "Quand même ! On aura eu de bons moments..."

    Tu arrêtes ?

    Bon ! C’est ton choix et nul autre que toi n’en peut comprendre les raisons.
    Et encore....

    C’est la vie, rien ne dure. Et il y a bien d’autres lectures passionnantes, ici et là.
    Non qu’elles te remplacent parce qu’elle tiennent d’autres places.

    L’entropie règne et il ne sert à rien de ramener le sable sur la plage, d’espérer redresser la Tour de Pise ou de croire qu’une recette de madeleines va ressusciter Proust.

    Certaines espèces, animales ou végétales, ont disparu sans qu’on ait même connu leur existence.
    Toi, au moins, on sait que tu as existé, et ça rassure un peu de se dire qu’il n’y a pas que des jeanfoutres dans cet univers virtuel, pas que des marchands, pas que des donneurs de leçons, pas que... rettes ?

    Juste pour la mémoire (et aussi pour le plaisir) ce serait bien que tu nous concoctes un PDF 7 avec les derniers textes absents du 6.

    M’enfin... tu fais comme tu le sens.

    Bon vent, bonne vie et n’oublie pas de laisser pisser le mérinos de temps en temps, ça soulage.

  • Snif !
    (mais mon message doit contenir au moins dix caractères, donc...)

  • Tout passe, tout lasse. Mais non.

    Peut être pas la nostalgie, la fatigue et les yeux baissés de la fin de journée, les jupes de printemps et les pluies de decembre.

    Et puis grosse fatigue de temps en temps, le coup de soufle sur le moral qui va mal, qui donne le sentiment ôh combien salvateur d’être moins seul dans le quotidien.
    Voila donc un site qui part sans que je n’aie eu le temps de completement le découvrir, (vite, rattraper le temps perdu...) un des râres digne d’interrêt depuis bien longtemps. Depuis ma decouverte du web à tout bien réfléchir.

    En hommage a GF j’irai a la grainerie et je sèmerai quelques poignées de pétales a tous les horizons.

    Bonne continuation.

  • bonjour, je ne vous connais pas, je suis tombé sur votre site par le plus grand des hasards.

    ce que vous faites me plais beaucoup, et j’ai l’impression de me reconnaitre dans vos dires. vous envisagez une fermeture définitive, faites comme vous voulez, même si je trouve cela dommage, et, comme dirait un grand philosophe dont j’ai oublié le nom, gardez la banane en l’air. bonne chance

  • Bonjour,

    Peut-être qu’il ne faut pas attendre qu’il se passe quelquechose...

    Il y a encore des choses à faire.

    Voir ce site : http://www.therapie-sociale.com

    Amicalement,

  • Et zut, et crotte et flûte !

    J’aurais dû lire avec plus d’assiduité...

    Il me reste combien de temps pour lire TOUT ce que je n’ai PAS ENCORE lu ?

    Finie alors la recherche déjà enchantée de ce site où, de temps à autre, je savais pouvoir lire ce que j’aurais moi-même tant aimé savoir trouver les mots pour l’écrire ? Finis les pincements de ventre ponctués de gloussements revanchards à la lecture des portraits brossés si finement que l’on reconnaît touTEs son/sa voisin/e (qui sommeille en nous aussi)... ?

    Quoi qu’il en soit, merci !
    Et j’espère un jour acheter une publication dans laquelle vous aurez pu glisser votre plume.

    J’ai cru avoir lu que les textes existaient quelque part sous format pdf ?

  • 1er avril, mais non ce n’est pas un poisson, vite alors je sauvegarde tout, que cela ne reste pas qu’un souvenir.

  • T’as raison, à quoi ça sert de continuer à tant s’aigrir ?
    Amène plus d’amour et le monde ne tournera que mieux...

    Bien aimé certains de tes textes. Méchants mais drôles. Même si desespérés..

    Relis Romain Gary et continue à rêver de fraternité. A force de la rêver elle finira bien par se réaliser..

    Bonne suite mon frère :-)

  • ..."jusqu’à épouser un grand silence prochain"

  • Ose-je croire que tu me lira... je viens de découvrir tes écrits, ça mérite une édition papier, bien plus que pas mal de "livres" d’auteurs à la mode (genre tube de l’été), peut-être qu’avec justement cette petite étincelle de foi que tu désires sans te l’avouer, peut-être aurais-tu l’envie et la fidélité suffisante pour produire des ouvrages avec un début, une fin, et une histoire entre les deux... Tu as du talent, et je ne suis pas bon public. J’aime ce ton sincère et cette profondeur dans l’humour, j’aime lire entre les lignes. J’ai "pogné" ton fichier PDF, m’autorises-tu à le mettre sur mon site avec bien sûr les précisions sur son auteur ?

    Je ne sais rien de plus sur toi, n’ayant pas encore lu les 662 pages de ton oeuvre, je ne peux que te souhaiter si ce n’est le succès, au moins un peu plus de joies simples et de goût de vivre.

  • Bonne continuation et merci pour ces bons moments passés à vous lire.

  • Mais au fait ! As-tu gagné un peu de pognon avec ce torrent de verve ?
    Un parti politique ou un candidat autoproclamé t’as-t-il fait un pont d’or pour que tu te mette à écrire pour lui ?
    As-tu une nouvelle compagne (ou un nouveau compagnon) qui soit si habile au déduit qu’elle extirpe de ton âme le peu de de morgue qu’il puisse y rester ?
    En tous cas, ce fût indéniablement utile, parfois futile, mais néanmoins indispensable.
    Au boulot maintenant, il faudra certainement imaginer d’autres armes pour se faire entendre afin de barrer la route au populisme prétentieux habillé de bleu marine.
    Bon courage avant la retraite.

    • Non. Rien. Bien sûr. J’espérais encore. Naïf. Imbécile ! Et prétentieux aussi. La faute un peu à Télérama, qui m’a donné 2 pages et demi et la grosse tête, dégonflée en 6 ans...

      C’est pour cela le départ, tu penses bien...

    • Oh la la c’est une vraie grosse fatigue ça !
      Allez GF tu feras autre chose de ta vie que d’être écrivain. Tu as eu du plaisir, non, pendant ces 6 ans ? Alors c’est toujours ça de pris ! ;-)

      Tu satures ? Repose-toi, Grosse Fatigue.

      Autre chose c’est aussi bien. En tout cas ça peut l’être. Et tu l’as été, écrivain (ah écrivain !), pendant 6 ans, c’est déjà pas mal, non ? Un nouvel écrivain des temps modernes...

      Repose-toi Grosse Fatigue, tu verras bien comment... et merci pour tes textes

      Fraternellement

      Héloïse

    • Voilà que je tape http://grosse.fatigue.free.fr histoire d’enfin vérifier si la bible de mon idole est si digne d’idolâtrie que ce dernier veut bien sans cesse m’le prétende , et là je découvre un site ouaib dans le coma, sur le fil de la fin.. avec seulement un faux-rhum (dommage, un vrai n’aurait pu que m’satisfaire) pour pouvoir jouir de toutes ces supplications d’internautes aservis qui EUX, pendant 7 ans ont pu lire et relire vos sarcaseries.

      Bref pour faire court, j’vais m’empresser de copier tout ces PDF (arff, plus que 2Go de mémoire) et enfin déguster à souhait ce dont on m’a si souvent rabâcher le mérite.

      J’ne te connais point (encore). J’y remédie de suite.

      Ju.

  • Je crois que je te lisais depuis le début. Par intermitance mais avec insistance. Le web c’est bien, ça permet de se sentir moins seul au fond de sa grotte. Toi et moi on s’est échangés quelques mails il y a des années. C’est vrai que ça ne sert à rien tout ça, mais ça faisait du bien de te lire.
    Bon vent, bonne route. En espérant que tu regretteras ta décision et que tu reviendras. Je te laisse méditer cette pensée d’un certain Jospin : "Mais qu’est-ce que j’ai pas dit là comme connerie ?!"

    Voir en ligne : Grosse Fatigue, petit repos (putain, je suis drôle !)

  • Tes textes sont effacés. Si jamais tu publiais vraiment quelque chose, on le saurait comment ?

  • C’est encore moi

    Les choses ont fait que je n’ai pas pu me reconnecter depuis ma derniere ( mais premiere ) visite, et voilà, je trouve porte close.
    J’ai lu en peu les mails qui précedent celui-ci, et j’ai de plus en plus l’impression que la fermeture ferme et definitive de ce site est le drame qu’elle m’apparait ; cela dit, ils ont raison, votre choix n’appartient qu’à vous comme il nous appartient de le respecter, aussi m’inclinè-je.
    J’aimerai néanmoins pouvoir lire le contenu du site, qui est je crois en format PDF, car ce site survivra à sa fermeture et on parlera encore longtemps de " Grosse Fatigue ", aussi serait-il peut etre bien de laisser tout ce travail, qui ne merite de toute facon pas d’avoir été vain, accéssible en ligne - je pense que c’est ce qui était prevu dans la rubrique " ce qui a été dit " mais le document est endomagé.
    Je reessairai donc de me procurer les textes par le biais du site lui-même, cela-dit, si quelqu’un peut me les envoyer...

    Donc voilà, je vous souhaite à mon tour une excellente continuation, et tacherai de ne pas couler dans la nostalgie d’un heureux temps révolu.

    PS. mon adresse pour les textes => Dogzilla_fr@hotmail.com

  • Octobre 1984:Suicide de Brautigan.
    Avril 2005 : fermeture du site.
    Qu’est ce que je vais devenir ?

  • Il est vrai, quand bien même votre site figure dans mes favoris sous le nom de "TA GUEULE", que je ne l’ai pas souvent ouvert, mais comme "Le Plaisir" il faut y soumettre un peu d’abstinance !
    J’aurais aimé écrire pour exprimer moi aussi mes sensations, voire mes sentiments mais vous le fîtes si bien et me reconnaissant parfaitement dans vos débordements du cadre analytique mondialiste, humanoïde, que je sous-traitais sans m’en rendre compte et sans qu’il y ait eu une quelconque forme contractuelle de cet échange.
    J’ai considéré miennes vos émotions et la syntaxe "luccinnienne" de vos phrases me faisaient jouir.
    L’horizon prend des couleurs fades et même si la parade fait joie ce ne sont bien que des façades.
    Merci pour ce bon moment passé ensemble.
    Jean-Claude

  • C’était le seul blog que j’avais plaisir à lire régulièrement.
    Merci en tout cas pour votre humour.

  • Il est regretable de vous voir partir
    Bien que je ne connaisse vos écrits que depuis peu (environ 6 mois) j’en suis tombé amoureux. Ce "blog" comme certains le nommerons était à la fois drôle et émouvant, remplis d’idée extrémistes, de mots choquants, ce qui apportait le charme de chacun de vos articles.
    En vous exprimant ma gratitude de nous avoir fait partager ces moments de votre vie, je vous souhaite bonne chance pour votre futur ... Ne changez rien, et n’hésitez pas à nous revenir si l’idée ne vous traverse l’esprit ne serait-ce qu’une seconde.

    • ben c’est bien dommage de ne plus avoir à vous lire... pour sûr, je vais vraiment m’ennuyer ferme maintenant !!!!!!!!
      mais j’ai pas envie d’acheter un livre, si jamais il devait paraître d’ailleurs.
      non, c’est plus amusant de venir sur internet, quand je m’ennuie et que j’ai besoin de quelqu’un qui dit, pour une fois, des choses intéressantes et amusantes...
      bon... tant pis... merci quand même !

  • Cela faisait maintenant quelques mois que nous ne lisions plus vos coups de gueule, cependant, ils nous ont accompagnés pendant quelques temps !
    Mon mari vous lit depuis plus longtemps que moi, mais me faisait toujours part de vos réflexions... La première fois que j’ai lu votre blog je suis tombée sur l’article suivant : "A force de regarder mon nombril, en quête d’ailleurs , j’ai décidé il y a quelques temps d’ouvrir mon bavoir au monde entier, au milieu des colifrichets et des marchands du temple, coincé entre les poncifs.com et les dépressifs point à la ligne...".

    Ca a été le coup de foudre, enfin quelqu’un qui va à contre courant j’aimerais tant avoir autant de recul et l’oeil aussi averti que vous...

    Quand nous en avons discutés notre réaction a été : Fait chier ! Vous lire m’aidait, si un jour vous hésitez, surtout revenez ! Mais bon vent et bonne route.

  • Le PDF semble s’arrêter à septembre 2005. Six mois de vide, qu’est-ce que cela peut bien représenter dans une oeuvre ? Et puis ne vient-on pas de retrouver des partitions inconnues de Vivaldi ? C’est pas comme si Vivaldi venait de nous annoncer : j’arrête. En PDF, ça ferait combien l’oeuvre de Vivaldi amputée des six derniers mois ?

    663 pages, avec table des matières et tout. 3,3 Mbytes de prose. J’aime pas tout mais je vais malgré tout mettre tout ça dans un coin de mon portable histoire de me sentir moins seul si un jour je me retrouve sans papier dans les chiottes. Sans papier, un des drames du XXIème siècle.

    Une des sources du portail des copains s’est tarie. Heureusement, il reste libé et figaro (madame ?). Entre autres. Ce qui me tarabuste davantage c’est l’insupportable question du futur "J’ai de la chance" de fatigue sur goggle. Doctissimo va-t-il sauter Pratique.fr sur la ligne ? En tout cas, même google a du mal à s’en remettre et laisse grosse.fatigue trôner au bout de la recherche miraculeuse. Tant pis pour les "vrais" insomniaques. Tant mieux pour tout ceux qui savent que la fatigue est surtout cérébrale.

    Ce qui est bizarre avec le PDF, c’est que ça permet d’estimer le poids relatif de ce qu’on aime et ce qu’on aime pas. On voit tout. Il y a bien 30% de texte qui ne m’amusent pas ou alors 95 % de tout bon. Sur le web, cela n’apparait pas. On lit ce qui botte, et pour le reste on prend Ctrl+End puis une pizza de gauche ou de droite selon l’humeur. C’était quand même mieux. Cela permettait de se dire qu’on est fort d’accord avec le mossieu, qu’on est pas tout seul pour du vrai et tout. 30% de texte pas lu ou à peine et qui ne le sera pas davantage cela fait une différence. Peut-être une de celles qui font la différence avec de l’édition en vraie vie ?

    Mais je m’égare (pas en infraction). Qu’est-ce que je voulais dire encore ? Ah oui...

    Merci.

    Voir en ligne : LapSuske

    • Si j’ai le temps, je ferais un pdf des six derniers mois, tiens, après tout....

    • Tiens, au fond, maintenant que cela n’a plus d’importance.. La pizza... Au choix ou aux anchois ?

    • Moi je suis pour ! Un p’tit pdf des 6 derniers mois, bon c’est pas grand chose mais c’est mieux que ce vide qui m’épuise...

      J’ai essayé aujourd’hui de voir si tu n’avais pas (permets moi de tutoyer, je te connais depuis tellement longtemps) changer d’avis mais bon comme dirait Corneille "Ô rage, ô désespoir", il n’y a rien de neuf sous le soleil de Grosse Fatigue.

      Merci encore à toi et continue à écrire, même si nous n’en profitons plus.

      JBB

  • SVP, le pdf de la totalité des écrits.... allez, juste pour le plaisir, le souvenir... Une trace comme quoi ça existe.. : autre chose que la pensée en boîte, autre chose que le contentement béat de la société de cons sans sommation qui fait des victimes chaque jour (même et sutout les enfants ! Pas de pitié !)... une trace imprimable, archivable, montrable pour les générations futures...

    Allez quoi, juste ça pour les retardataires, pour les 6 derniers mois aussi. Sinon, le retour au clavier ?? Hum ??

  • Tiens ! La hasard et mon désoeuvrement m’amènent sur ce site juste après avoir écouté l’interview de François-René Duchâble, sur France Culture, le grand pianiste qui a laissé tombé une riche carrière de concertiste parce qu’il étouffait. C’est intelligent, ce que vous dites : le succès, même modeste, rencontré sur le net, peut vous enfermer, vous réduire à plus-grand-chose, au brin de talent qui suffisait pour se distinguer d’autres blogs. Bonne route.

  • Merci pour ces trois minutes de bonheur quotidien (en moyenne, hein).
    Et oui, si vous êtes devenu un sujet d’article pour Télérama, je comprends votre acte, vous étiez au bord du précipice......

    Bon vent

    • Ma femme a décidément raison ... Je me réveille toujours trop tard ;)

      Je suis dans la blogosphère depuis deux mois et ça ferme déjà partout ! (bon, je sais, j’exagère, mais quandmême, ce blog avait l’air terriblement bien !)

      Voir en ligne : la relève de ceux qui se couchent ...

    • C’est un pilier du web qui disparaît...
      Cette fichue mode du blog t’as degouté ?
      Bon vent GF et revient nous vite en livre de poche.
      Comme tout bon écrivain du www. tu seras reconnu à titre posthume...

  • Il était temps. Le soufflé des blogs va bien finir par retomber. Ne restera qu’une infâme tambouille au banquet des suceurs d’étrons. Mieux vaut abandonner le terrain devant l’envahisseur. La terre brûlée, ça a fait ses preuves...
    Et puis, il n’y a pas que ça. S’il était temps, c’est aussi que l’inspiration s’en est allée. Alors on se drape de la toge du mépris et on tourne le dos au centre commercial, en sentant bien qu’on n’a pas vraiment le choix. Pas qu’on ait peur de radoter, non, mais encore faut-il pouvoir le faire avec panache.
    Ces derniers temps, mon cher GF, vous étiez constipé du clavier. Gros labeur, petit résultat. Je ne vous lisais plus trop. Vous aviez bien encore quelques éclairs de lucidité, quelques formules heureuses, mais aussi rares qu’un bon livre dans un hall de gare.
    Bah, cela fait si longtemps après tout que je me nourris de votre prose que c’en était inespéré. Le meilleur des romans a une fin. Je n’ai jamais pris la peine de vous écrire alors je vous le dit in extremis : merci.

    • Je ne comprends rien à vos 5 premières phrases (mais compter je sais faire), que sont des suceurs d’étrons ?
      Pourquoi la terre brûlée ? Est-ce moi qui suis complètement ignare ou bien est-ce votre manière à vous de me donner l’impression que je suis une m...
      Panache, labeur, éclairs de lucidité, faut-il juger, jauger sans aucun fait à l’appui ? On ne juge pas ce qui est donné, on le prend ou bien on le laisse.
      Moi j’en ai pris, j’en ai laissé chez GF.free.fr, je ne sais pas si j’ai réussi à donner.

  • Je rentre de vacances - pause à la campagne, déconnectée - une impatience : lire Grosse Fatigue et voilà : je suis fracassée...
    GF, je voulais juste te dire quelques mots, même s’ils ne valent rien...

    Oui, tu m’as apporté un regard différent sur le monde, quand bien même je ne le partage pas toujours...
    Oui, c’était pour rien, mais tu sais j’aurais pris un abonnement si tu l’avais voulu...
    Oui, j’avais envie de t’écrire un jour, comme ça, pour te dire que j’aime te lire, et que la nuit parfois,
    je rêve d’être dans le même train que toi... rien qu’une fois.
    Oui, tu m’as apporté du plaisir, du rire, du désir.

    tu vas me manquer...

    Je voudrais te retrouver, dans quelques mois, dans quelques années... Un livre certainement... mais sous quelle sigature ? Dis-le, je ne veux pas te rater.

  • C’est l’histoire du grain de blé.

    Pour qu’il puisse donner la vie à une plante il doit mourir dans la terre.
    Ainsi la fin n’est finalement qu’un début. On passe donc à autre chose, dans la continuité de ce qui a été.

    C’est vrai pour la nature, peut être est ce vrai pour l’informatique...et certainement vrai pour nos vies. Apprenons à compter nos jours afin d’acquérir la sagesse.
    Je connais quelqu’un qui s’appelle l’Alpha et l’Omega, le début et la fin...sa sagesse ressemble à une folie...pourtant il est vrai. Y a des personnes commes ça, quand on les invites chez soi, elles ont le don de vous bouleverser. c’est comme ça.

    Bonne continuation
    Nur le foulosophe.

  • Triste départ vu de Mon PC. C’est en te lisant que j’ai voulu écrire. On-line.
    je suis triste donc. Une tristesse égoiste. Je me dis que si ton talent ne t’as pas mené plus loin nos maigres talinoux ne nous mèneront guère ailleurs.

    Je pense à cette jeune fille qui lisait Cosmo.
    En l’épousant je ne pensais pas à mal.

    Je pense à la fatigue devenu trops grosse ou trops lasse.
    Ta belle fatigue padre.

    Heureusement que l’on est vendredi.
    Un lundi cela aurait été dévasteteur pour le dernier de nos biens : le droit d’en chier 5 jours avant l’éphémère issue.

    Voilà.
    Puisse ton énergie et ta passion animer d’autres pores de ton être crevé mieux encore qu’ils ne firent briller ce html.

    Bonne route "papa" :)

    Nico
    Nuesblog

    Voir en ligne : http://blpwebzine.blogs.com/nuesweb/

  • Alors MERCI

    Ca faisait quelques années que je suivais ce feuilleton. Je me sentais moins seul alors que je bosse de l’internet, je drague sur internet, et je cause sur internet : j’avais un garde fou, le dernier. A vous lire j’etais sans doute irrécuperable, mais j’adorais rire.

    Je racontrai aux enfants comment était internet à son début, et quand il a changé.

    En tout cas, vraiment de tout mon coeur, merci et bon vent....

  • Et quand un vieux du web se met au spip il se dit que c’est la fin des pages perso.
    C’est injuste. Je suis un peu jeune mais je le sais depuis longtemps déjà.
    Je croyais être un des seuls à connaitre ce site. Je regarde la fin du message, et il y a 3 demi tonnes de commentaires, tantôt élogieux, tantôt vulgaire mais toujours dans le ton du site.

    Je vis la fermeture de manière démesurément émotive. J’ai par conséquent lancé un disque de Cat Stevens pour écrire la suite et fin du message.

    Je vous aimais bien pour 2 raisons. (peut être pour plus même mais disons 2)
    - Je vous avais trouvé parce que vous aviez laissé traîner votre commentaire sur macgeneration. Un mec qui pense différent assurément. Un MacUser est souvent un chic type.
    - Vous avez donné envie d’écrire. Prouvé qu’agrégé ou pas, on avait le droit d’être radoteur, méchant, triste et mélancolique. Vous avez la verve populaire. Vous faites rêver les politiques dans une certaine mesure. Un représentant d’une élite littéraire qui écrit avec proximité. Alors, aussi maladroit que l’on puisse être, on se permet un peu de gesticulation, de remuer notre pré carré.

    Je vous ai toujours assimilé à mon ancien prof de français. Lui était un peu plus joyeux. Mais dans le fond c’est le même réalisme / abattement / anéantissement qui vous réunit. Des regrets d’anar’ mélé aux exaspérations concernant une jeunesse qui se suffit à penser que la maitrise du marketing mix et des diagrammes de PERT suffisent pour faire carrière. Au diable la culture, au diable l’ambition de changer un peu ce monde. Ces jeunes là, vous les détestez. Quelque part, je me déteste aussi. Je vous aurais détesté également. Je vous vois déjà nous apprendre la vie parce que vous avez été 68ard et que vous êtes désagrégé de lettres.

    Mais sur le net, c’est différent. Ces amertumes quotidiennes, aussi extremes soient-elles, étaient un excellent éxutoire. Les autres en parlent encore mieux.
    Parce que vous êtes du web rtc, vous nous abandonnez avec ceux qui font de l’internaute un téléspectateur et avec les nouveaux riches du web 2.0. Sachez que vous avez quand même votre place. Tapez "amertume" sur del.icio.us vous verrez.
    Vous nous abandonnez alors qu’il y a maintenant 4 millions de skyblogs qui ne sont que des albums photos parsemés de fautes d’orthographe comme autant de traces pubertaires. A l’époque du blog livré tout cuit, on avait encore un irréductible qui construisait son site perso.

    Le jeune ici présent boude.
    Parce que vous pourriez au moins ne pas utiliser une argumentation des plus spécieuse pour justifier votre départ.
    Si c’est la télé qui vous remue, vous auriez pu prendre une abonnement chez Ozone (pour peu que vous habitiez Paris)
    "ADSL 2 +, L’AVENIR DE L’INTERNAUTE : TÉLÉSPECTATEUR ?"
    http://www.ozone.net/AnnADSL2.html
    Il n’y a pas que des adéessellistes triple-play dans le marché.
    Soyez gentil pour une fois, admettez que vous partez parce que vous voulez vous occuper de vos petits enfants ou parce que vous êtes philatéliste en voyage initiatique au Népal.

    J’en aurais d’autres choses à dire, mais je prends de la place.
    Et puis je suis décousu dans mon expression.
    Et puis j’ai un blog, un truc détestable.
    Et puis l’album de Cat Stevens est presque terminé.

    Finalement, je voudrais surtout vous dire merci.
    C’est fait.

    Atchoupitchou. (non, ce n’est pas un pseudonyme)

    Voir en ligne : restranscription ailleurs qu’ici. (parce qu’après avoir fermé un site, il peut aussi fermer la fermeture)

    • Quand je suis fatigué, je tape sur google une recherche avec "fatigue".
      Je m’interroge et lis ton texte, j’aime tes nouveaux mots.
      Bien sûr, tu es libre de faire ce que tu veus.
      Reste calme, et ne regarde pas le monde.
      ...Et merci pour ce moment de bonheur

      Un ami, qui te veus du bien.

  • tres chere personne.
    je n’ai pas grand chose a dire, j’ai juste lu un petit bout de vos textes, et bon, la seule chose que j’aimerai vous dire c’est que c’est tres chouette ce que vous ecrivez.
    voilou c’est tout. juste un petit message en passant.
    au revoir !

  • "Éloignez-vous à un jet de pierre sur la droite ou sur la gauche
    de cette route bien entretenue sur laquelle nous marchons, et
    aussitôt l’univers prend un air farouche, étrange..."

    C’est gentil de laisser le pdf,

    au moins,

    façon clef sous le paillasson.

    J’ai eu peur en arrivant.

    Je comprends maintenant.

    Merci pour ces bonnes années de lecture,

    merci de m’avoir incité indirectement a répandre

    mes propres épanchements de sinovie et

    remontées de biles sur le net.

    Bon courage alors.

    Bonne route.

    J’imprime le pdf.

    Putain un arbre au moins

    Toujours ça que les chenilles auront pas.

  • Pour une fois qu’il y avait quelqu’un qui avait des choses intéressantes à dire, pas du prêt à penser ou autres conneries du même genre ... tant pis.
    Juste pour dire que c’est vraiment dommage et que c’était extra.

    Alors adieu grosse fatigue.

    • dommage ... à peine je découvrais votre merveilleux site, un comme j’aime à en trouver par hasard sur internet, qu’il ferme une semaine plus tard .

      enfin, on va dire que c’est le destin, merci encore et d’avance pour les bons moments que je passerai encore grâce aux archives que vous avez eu la gentillesse de mettre à disposition .

      si vous ne vous sentez plus le courage d’écrire là où ça n’a aucune répercution, essayez de garder toujours une vision des choses différente ... qui sait, peut-être qu’un jour il y aura assez de personnes à penser différemment pour changer le monde ...

      ... ah ! que c’est beau de rêver !

  • ... je reviens tous les jours pour voir si, on ne sait jamais, tu avais changé d’avis. Je sais que c’est idiot et qu’il y a, comme tu dis, tant de choses à lire en vrai, mais j’ai un mal fou à m’y faire. Et si tu revenais quand même ?

  • Salut GF,

    C’était bon, c’était bien.

    Grosse Fatigue est mort, vive Grosse Fatigue !

    Et puis la photo, ça demande du temps et de la disponibilité... ;o)

    ( perso, je me suis mis à la chambre, non pas que je sois convalescent, mais photographique, le drap noir, le plan-film, l’image inversée, la pause longue, le temps, long temps... faudrait que je te montre ça, tiens. )

    Bonne route à toi où que tu ailles,

    A bientôt,
    ici ou là !

    Dam

  • Hou la la, mais qu’est ce qu’il y a comme monde, et ça discute, ça échange, ça vit tout ça... que de mots ronds envoyés, que de pensées intelligentes.
    Moi, j’avais mis ton site en favoris, entre la banque et le boulot, il y avait grosse fatigue. Entre le découvert et les fautes de mes minots de cm2, il y avait toi et puis un site d’astro aussi, j’aime bien lire mon avenir avec l’accent québequois. Mais ça fait moins branché. Et puis, comme je prends le train souvent, j’espérais ne jamais tomber sous ton regard perçant, j’aurais pas aimé que tu peignes la nana seule avec ses deux filles qui sûrement ne croit plus en grand chose et qui pense à quoi au fait ? Elle lit Mac Orlan. Et Djian aussi. J’aurais pas aimé mais j’aimais bien lire, c’était un miroir qui me faisait sourire, j’aimais bien aussi te voir bricoler, imaginer ta femme, que tu as l’air d’aimer, un type intelligent, beau gosse qui aime sa femme et qui a des idées sur notre aquarium. ça fait rêver. Je l’imagine pulpeuse et douce. Charmante. Tes enfants ont des prénoms à consonnance italienne. Une lointaine origine romaine ? Je fais ce que je veux avec mes images.
    J’étais loin d’imaginer qu’il y avait tout ce monde là entre nous. J’aime pas cette idée, ce mille feuilles dans mon dossier. Tu me trompais donc ? J’aimais pourtant bien rentrer chez toi par la fenêtre.
    Et puis ce mystère... mais qui est donc cet homme chez qui je me balade ? Mais à qui est ce vélo sur le porte bagages duquel je suis assise (non, je ne suis pas lourde) ?
    J’aimais bien aussi enquêter sur la région, j’ai pensé à Bordeaux, les lacs, Nantes, Brest ? Non, pas Brest...
    Chez moi, tu vois, les fenêtres sont ouvertes, l’école de musique d’à côté distille ses notes de piano hésitantes, les ballons rebondissent, mes filles crient en jouant avec les voisins dans les rues piétonnes. Je trouve d’ailleurs souvent qu’elles crient trop fort. Ma machine à laver tourne enfin, c’était le poids, tu sais, juste l’énorme auréole qui tient tout le machin. On l’ a réparé avec du gros fil de fer attaché au moteur. Elle n’a plus le droit d’essorer à plus de trois cents tours mais elle tourne. Ce soir, je vais faire une tarte à la riste avec une salade. Huile d’olive et vinaigre balsamique. Vinaigre balsamique, il y aurait de quoi écrire sur le vinaigre balsamique.
    C’est mercredi et je te rendais une petite visite comme ça. Et puis voilà, à la place de toi, par la fenêtre, j’ai vu tout ce monde que tu avais invité sans moi. Je me sens un peu vexée, et je comprends rien. Trop de références que je n’ai pas. Moi, ce que j’aimais c’était le quotidien écrit, la vie en mots. Pas de jugement, juste une tendresse pour l’humain, des histoires sans lendemain, un autre regard que le mien, l’espace d’un instant dans mon cerveau de gigoteuse. J’aimais bien que tu rentres dans ma tête. J’aimais bien ta pensée. Mais, j’aime pas pas être la seule. Je suis en décallage constant.
    Le décallage des cerveaux solitaires. Le décallage des voyageurs, ceux qui ont vécu ailleurs, à qui il ne reste plus que l’inestimable sentiment de penser autrement, d’avoir vu autrement. Pensée juste. Regard acerbe. Extra lucidité. Rien de moins pour vivre mal. Et voilà. Tout ce monde. Hou la la. Comme tu es connu et apprécié... ça te fera des jolis souvenirs tout ça. Voyage statique dans le mouvement mais au lire de tous ces gens, tu en a pris des termainisons nerveuses pour réussir à faire écrire tout ce monde... Voyage dans l’espace maintenant, rencontre et vis. Bon vent bel ange.

    « Les souvenirs de voyage ressemblent un peu à la connaissance de Dieu, connaissance que l’on affaiblit en la confiant à d’autres, en la mêlant aux explications. La plupart de ceux qui reviennent au port sont, sinon tristes, du moins enclins à le devenir. On ne s’est pas aperçu de leur absence et on les accueille comme on accueille un ami qui revient d’une fin de semaine passée sur une plage normande. Alors le revenant de Colombo ou des sources de l’Amazone se replie sur sa tige comme certaines fleurs craintives quand vient la nuit.
    Je me rappelle un conte d’Oscar Wilde : il s’agit d’un jeune homme rêveur qui habite un petit village sans nom ; chaque soir il raconte à la veillée ce qu’il a vu dans la journée : tantôt un serpent de mer, tantôt une naïade élégante, en bref ce que son imagination lui suggère ; un jour, au bord de la mer, il voit, à n’en pas douter, une sirène, une authentique sirène enrobée d’algues ; le soir à la veillée, les gens l’interrogent : « Aujourd’hui qu’est-ce que tu as vu ? -Je n’ai rien vu », répond le poète en baissant la tête.
    Ce que l’on peut rêver de mieux pour le retour, c’est de revenir au point d’où l’on est parti, un jour qu’une jeune fille de Chiaia chantait : Catari Catari
    Pecchè me parle e’ocore me turmient Catari
    Nun te scurda...
    et de revoir cette même jeune fille à la même place et d’entendre la même chanson. »

    Pierre Mac Orlan in Quais de tous les départs

    C’est un peu long, mais je te devais bien ça. Tu l’entends chanter ? Écoute bien. Écoute mieux.

    Emma

  • Dans ce concert de louanges, il en faut bien une (après tout, Debussy...) :

    J’ai beaucoup apprécié ce site. Les premières lectures m’ont incité à y aller de mon bavoir personnel et virtuel.

    Les lectures suivantes m’ont incité à finalement replier le bavoir. Enfin, pas tout à fait, mais je suis moins bavard.

    Merci pour l’oeuvre de salubrité publique.

    Bordel, qu’est ce que je vais lire, maintenant, pendant mes heures de CNE de nuit ? En ces temps politiques, j’évite l’info et veut du style.

    Du style, du style !

    Où c’est que je vais trouver ça, maintenant ?

    Connaissez vous cette histoire, je pense de Toulouse, d’une femme tellement belle qui ne pouvait plus supporter les regards ? Quand elle voulu se cacher, on la força à se montrer tout de même, une fois par semaine.

    La comparaison serait peut être trop élogieuse (ça va les chevilles ?), mais elle me laisse rêveur.

  • Bon ben tant pis. Tout ça pour se faire désirer, pour avoir des centaines de messages de fans désolés. C’est vrai qu’on ne lui a pas dit souvent merci pendant 6 ans. On aurait dû.

    Sinon, y’en a un très fatigué qui devrait penser à fermer boutique aussi.
    Je suis sûr qu’il y aura moins de monde sur le forum de elysee.gouv.fr pour réclamer son retour.

    G.

  • mais par contre, je sais pas trop quoi dire. Dans ces cas là, c’est toujours difficile de choisir entre se taire ou pas. Alors bon je me tais pas, et je dis ce dont je ne suis pas convaincu. Vous m’avez donné plusieurs fois envie d’être amoureux pour la première fois encore, et ce fut bien agréable, puis vous m’avez aussi donnez envie d’écrire, mais je ne sais pas si je dois vous remercier pour celà. Voulez vous mon texte "péter au bain" ? (le voilà : Ah putain, péter au bain ... ..putain.. ca craint.)

    Un joli livre en cadeau, pour ceux qui ne le connaisse pas : Eureka street, de Robert McLiam Wilson.

    Et bonne route à tous.

  • Boule de Laine, un homme que j’aime beaucoup, m’a dit un jour de très très grosse fatigue que son divan et lui continueraient à essayer de remettre des hommes debout - que chaque homme debout était pour lui comme un anniversaire. Je l’ai trouvé alors chrétien et chiant.

    Vous semblez effectivement très fatigué. Mais pour beaucoup peut-être, vous avez été un souffle de commerce équitable dans un web de merde. Sans doute.

    Bon courage,
    c’était la première fois que je lisais votre mélancolique prose,
    elle m’a plu.

    Alix

  • Coluche s’est tiré et toi aussi tu te tires ?

    S’il n’y a plus personne pour gueuler, ça va être d’un triste !

    Et bien moi je reste et je continurais à gueuler contre les cons et tant pis si je suis le seul.

    Bon vent, merci pour ta vision décapante de la vie et bonne route

    Marc

    Pour ceux qui se sentent des envies de poursuivre, allez là (ce n’est pas chez moi...), vous verrez qu’il y a encore des détours intéressants sur le net :

    http://perso.wanadoo.fr/metasystems/Organisations.html

  • pffff...
    je n’ai qu’une chose a dire... c’est pas bien finnot... un peu comme les type sur leurs lits de mort ( un lit de mort finalement ce n’est qu’un lit de mot sans r )... : - merde !
    oui c’est vulgaire... mais bon j’assume...
    merde parce que c’etait bien..
    merde parce que c’etait vivant au moins..
    merde encore parce que la lassitude ça sonne comme un abandon ...
    et que finalement dans l’abandon qui c’est qui y gagne ? ben c’est pas nous ... par nous j’entends ni toi ni moi !
    et merde toujours parce que c’est pas juste... non ce n’est pas juste de nous priver ainsi d’une voix... ainsi d’une voie ... ainsi d’une parole..sous pretexe que finalement ça sert a rien et que monsieur à ses etats d’ames... je vais être violents cinqs minutes... mais finalement tes états d’ames ... nous lecteurs on s’en fou !( t’as vu je dis on est ça n’a rien d’innocent.. ) tu comprends ça ? nous lecteurs ... tes positions sur le monde fnalement...( ça se peut...) on s’en fou ! Nous ce qu’on aimait c’était un regard porté sur le monde ... et ce regard là ...quelque soit l’être qui le porte...j’entends par là quelques soit les abymes de l’âme, si tant est que l’âme existe... ben ! ce regard là ! cette voix là ! elle va nous manquer ...par manquer j’endends un manque réel... c’est à dire quelque chose qui nous aidais à vivre...
    Ainsi finalement que tu vives mieux sans écrire j’en suis ravis... mais sans te lire moi je vivrais moins bien et finalement je suis ravis ... mais ravis à une voix qui me permettais
    de supporter le monde.
    Je doute que tu survives à l’écrit... mais finalement je te le souhaite... d’être comme on dit un imbécile.... Heureux !
    En attendant tu vas me manquer... et pas qu’un peu... je veux dire par là : tu vas me manquer vraiment !
    Je te souhaite tout le meilleur de ce que le monde peut t’offrir...c’est à dire pour résumer d’être toujours pleinement vivant et en accord avec tes choix...
    et merci...
    merci sincerement pour ces mots...pour cette parole...merci d’avoir exister en quelques sorte...
    merci et bonne route....
    et à bientot !

    ( j’ai fait ce que j’ai pu...c’est à dire :- j’ai dit ce que j’ai pu !)

  • pffff...
    je n’ai qu’une chose a dire... c’est pas bien finot un peu comme les type sur leurs lits de mort ( un lit de mort finalement ce n’est qu’un lit de mot sans r )... : - merde !
    oui c’est vulgaire... mais bon j’assume...
    merde parce que c’etait bien..
    merde parce que c’etait vivant au moins..
    merde encore parce que la lassitude ca sonne comme un abandon ...
    et que finalement dans l’abandon qui c’est qui y gagne ? ben c’est pas nous ... par nous j’entends ni toi ni moi !
    et merde toujours parce que c’est pas juste... non ce n’est pas juste de nous priver ainsi d’une voix... ainsi d’une voie ... ainsi d’une parole..sous pretexe que finalement ca sert a rien et que monsieur a ses etats d’ames... je vais etre violents cinqs minutes... mais finalement tes etats d’ames ... nous lecteurs on s’en fou !( t’as vu je dis on est ca n’a rien d’innocent.. ) tu comprends ca ? nous lecteurs ... tes positions sur le monde fnalement...( ça se peut...) ons’en fou ! nous ce qu’on aimait c’etait un regard porter sur le monde ... et ce regard là ...quelque soit l’être qui le porte...j’entends par là quelques soit les abymes de l’ame, si tant est que l’ame existe... ben ! ce regard là ! cette voix là ! elle va nous manquer ...par manquer j’endends un manque réel... c’est à dire quelque chose qui nous aidais à vivre...
    Ainsi finalement que tu vives mieux sans écrire j’en suis ravis... mais sans te lire moi je vivrais moins bien et finalement je suis ravis ... mais ravis à une voix qui me permettais
    de supporter le monde.
    Je doute que tu survives à l’écris... mais finalement je te le souhaite d’être comme on dit un imbécile.... Heureux !
    en attendant tu vas me manquer... et pas qu’un peu... je veux dire par là : tu vas me manquer vraiment !
    Je te souhaite tout le meilleur de ce que le monde peut t’offrir...c’est a dire pour résumer d’être toujours pleinement vivant et en accord avec tes choix...
    et merci...
    merci sincerement pour ces mots...pour cette parole...merci d’avoir exister en quelques sorte...
    merci et bonne route....
    et à bientot !

  • Hum ... C’est comme faire le tour de ce petit parc que j’aimes bien et que je ne rate jamais quand j’ai le temps et que je passe pas loin. Y’a quelques arbres tristes, de jolies fleurs, parfois des enfants qui jouent ou des ados qui fument et jettent leur mégots par terre (mais bon, on va pas jouer les vieux cons et peut être qu’ils seraient capable de m’insulter ...). Parfois cela rallonge car j’aime prendre mon temps a regarder l’église à cote avec ses gargouilles ... j’imagine pas qu’un jour MON parc sera fermé définitivement ...

    Et là, j’arrive entre deux tâches de boulot insignifiantes en me disant "tiens, y’a du soleil à la fenêtre. Allons sur le site ’machins et petites frustrations’, cela fait longtemps". Tu m’as eu, là avec la chaîne sur la grille et les arbres (avec des chenilles ...) coupés.

    Merci à toi pour le temps passé et bonne continuation.

  • Zut alors, j’ai bien aimé vous lire

    NicNoc

  • "Reviens Grosse Fatigue, revieeeeens
    Car la France, elle a besoin de toiiiiii"

    (sur l’air de JPP reviens des marionettes de l’Info).

    Les chats ont sept vies ; GF peut bien en s’en payer une troisième.
    Car tout de même, qui ne serait pas tenté de déblatérer sur l’actualité du jour ?
    Tous les ingrédients sont là pour battre des records d’audience.
    Et même Jack Lang se lance en campagne...que demande GF pour faire son grand retour ?

  • C’est triste, envie de pleurer. Et je pleure. Comme si quelqu’un était mort.

    • Est-ce que tu sais ce que c’est quand quelqu’un est mort ?
      C’est être triste, triste de se rendre compte qu’on avait encore des choses à lui dire et qu’on ne pourra plus.
      Ici ce n’est pas le cas.

  • Mine de rien, ce site met du temps à prendre feu !

  • J’ai découvert ce site avec Rezo.net
    Ce fut l’objet d’un billet... il fallut ça pour augmenter les visites, ma prose géniale fut insuffisante à attirer les foules...
    En tous cas c’est dommage que la fin soit proche (même si c’est comme dans les films, long...long...long...)

    Juste un dernier geste et un PDF à jour, merci mon gars !

    Qu’importe où et comment, bonne continuation !

  • J’ai lu quelque de tes articles. J’aurais cru avoir le temps de tous les lire, mais deja il y en a beaucoup et le site va fermer. En tout cas je tiens a dire que tes textes m’ont remonté le morale dans mes coups dure, certains m’ont fait rire. Enfin tu ecris vraiment bien, tes textes m’emportent dans un autre monde, c’est indescriptible. Je te tire mon chapeau (meme si j’en ai pas =|) et bonne continuation ^o^

  • Je ne bavouillerai donc pas... Mais grande tristesse que votre disparition !
    Bonne continuation et qui sait, peut-être reviendrez-vous. J’ai l’audace de penser que je ne serai pas la seule à vous chercher de temps en temps.

    • Je viens de tomber sur votre site et par pitié non ne le fermez pas. Enfin quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux mais qui écrit des choses intelligentes. Merci.

  • Ce n’est pas le moment de capituler....ce n’est jamais le moment, d’ailleurs. "La vie "n’est pas "un long fleuve tranquille", c’est une bagarre dont on ne verra pas la fin, personne n’en voit jamais la fin....Il faut lutter sans espérer de miracle mais sans se décourager non plus.
    Je suis un silencieux sur votre site, mais la gueule ouverte tous les jours dans mon bled. Vous n’êtes pas SEUL au monde, beaucoup vous lise, vous estime et vous appuie même silencieusement...Un jour, la roue tourne...Pensez-y très fort avant de tout plaquer.

    Merci d’être avec nous

  • [...]

    quand j’ai découvert Grosse Fatigue, c’était la première fois que je voyais sur internet un truc vraiment libre, à la fois désintéressé et futile, tout en racontant des choses bien plus intéressantes que la plupart de ce qu’on peut trouver sur le réseau (ou même ailleurs). Pas de ligne directrice, sans trop chercher à convaincre ni à apporter un quelconque service bêtement concret, pas ou peu de liens avec les copains, savourer le plaisir d’être seul maître à bord et pouvoir hurler des gros mots à la face du monde. Et tandis que l’hôte nous livre sa prose avec persévérance, on se laisse emmener par ses histoires, on apprend à le connaître, on s’y reconnaît parfois, on aperçoit ses failles, ou bien les nôtres, on se sent moins seul finalement. Cet art-là, c’est le sien unique, et au fond il en vaut bien d’autres auxquels certains mettent une majuscule.

    [...] Mais voilà ce que c’est que la vraie liberté : on commence le truc pour s’amuser, on continue tant que ça nous plaît, et puis un jour on n’a plus envie, alors on arrête. C’est tout, il n’y a pas besoin de raisons, d’arguments objectifs ou non. Quand on suit cette cette idée de ne pas répondre à un besoin, à une attente, juste lancer des morceaux de liberté en l’air, sans savoir s’ils toucheront un jour quelqu’un, on n’a aucune obligation vis-à-vis de personne, au contraire : si on en avait, la liberté n’y serait plus. Alors moi je trouve que c’est la grande classe de partir comme ça, sans en faire des tonnes, au moment où on l’a décidé, sans se préoccuper du reste. Comme a dit Brel lorsqu’on lui posa la question "Mais après quoi courez-vous ?" : "Je ne cours pas derrière, je cours devant !"...

    Eh bien moi ça m’a donné envie de m’y mettre, finalement.

    Voir en ligne : Le "blog" d’Ermo

  • Voila.

    J’ai fini le pdf il y a deux semaines, et en survollant les textes récents je n’en voit plus que je n’aie pas lu.

    Snif.

    Juste quand j’ai découvert grosse fatigue, j’ai aussi découvert plein d’autres sites tellement bien, pour la plupart morts, où sur le point, ou plus très vivaces.

    Ca me laisse rêveur des possibilités du web, des options qui ne sont pas prises, du temps passé et du temps perdu a faire des choses plus ou moins inutiles, futilités, et de ce qui est pris par les commerciaux.
    Mais non pas pris. Il suffit de ne pas regarder, vendre sa télé, de rester dans ses favoris.
    Il y a quelque part la dessus, là derrière, un peu d’intelligence, il faut la chercher.

    Grosse fatigue, tu m’as offert un temps de reflexion, quelque chose.
    Oh, ca a pas changé ma vie hein, je vais pas partir aux antilles demain pour voir les petits vieux cramer, et je vais surement pas acheter un vélo en carbone.
    N’empêche, je vends mon dinax 5 pour un FM2.

    En tous cas, pour ce temps offert, pour cette pause de futilité dans un monde un peu trop serieux (ou l’inverse peut être) , merci.

    Me reste plus qu’a finir de lire Guillermito, c’est aussi bientôt fait.
    Et pour après, il a plein de lien vers des trucs intelligents, d’autres, encore de quoi passer du temps et des sourires solitaires (?) devant l’écran.

    On verra bien ce que l’avenir du web nous réserve. Et ce que je vais faire de mes nuits somnanbules.

    Peut être, à un jour prochain dans la vraie vie. On se reconnaitra pas, peut être qu’on s’aimera pas. Tant pis. Les écrits, j’aime bien.

    • J’ai au moins servi à te convertir au FM2. C’est une bonne chose. Aujourd’hui, un FM2 d’occasion vaut le même prix ou presque qu’un F4. Un peu moins cher qu’un F100. C’est très étrange.
      Il faut en profiter.
      Par contre, le M6 ne décôte pas...

  • hello !
    j’ai découvert ce site via skipass, quelqu’un avait mis un lien. Skipass, pour les amis de la glisse en tous genres, c’est aussi fort plaisant quand on s’ennuie, que les petits font la sieste ou qu’il pleut, ou que les oeufs cuisent.
    voilà, j’ai bien aimé certains textes, que j’ai lus cet hiver entre deux sessions de montagne. bonne chance pour la suite !
    Em.

  • Je me suis assez demandé ce que je pourrais bien m’écrire, un jour. Je veux dire : mon double.
    Perdre une identité, récolter le double, une sorte de faux rejeton rencontré au hasard d’un casino cheap j’imagine, complexerestaurant4ambiancesdévariées : Mediterraneo/Asia/Texas/Pizza.
    Je choisis l’asiatique. Décor gondolé de mauvaises laques et dragon-bougie de rigueur.
    Poissons-chats hépatiques dans un bocal carré, visqueux, néons bleus au plafond.
    Doute substantiel sur la nature du Wung-fu p.5 de la carte : "chat y es-tu ?"
    Baguettes jetables. Comme-les-appareils-photo-à-usage-unique. Concept nippon. Ah ? Pardon, c’est un restaurant sino-vietnamien, pas japonais. Je confonds toujours.
    Restaurant asiatique, donc. On-ne-sait-qui me propose d’opter pour les sushis, deuxième ligne poisseuse en haut à gauche, juste en dessous des nems, "Menu Découvertte".
    Le garçon est poli, un tantinet pressant, mais poli. Moue dédaigneuse quand je décline sa carte des vins. Un côtes-du-rhône cépage piquette à vingt-trois euros cinquante-cinq, je ne suis pas œnologue, mais faut pas déconner. Eau plate suffira. www.leproces.com. On m’apporte une bouteille d’Évian. Un autre m’apporte, disons. L’autre comprend encore moins le français que l’autre. Et encore moins les réclamations. Bien entendu, je laisse faire.
    J’imagine que je regrette après-coup et que je ne me ferais pas avoir la prochaine fois.

    C’est sûr.

  • Dommage Man... Une si jolie plume... Et pour te faire marrer, j’ai découvert ton site avec les mots "enlarge your penis"

     ;)

    Voir en ligne : http://c.jai.free.fr/

  • Dommage Man (bis repetita) : j’aurais voulu découvrir ce site avant.. je l’ai découvert avec les mots "j’aurais dû"...

  • UN CON disparait ...

    d’autre on deja la place

    flagada, degonfleurs.. et j’en passe

    TOUT ne peut pas etre mis en ligne sans consequence..

    et c’est pas en s’attaquant au 10 % de 4x4

    mais au 90% des VL restant qu’il faille t’en prendre(au fait.. sur ma carte grise c’est noté VL aussi ;-) )

    c’est sur

    vaut mieux taper sur une minorité

    quand on veut monter ..

    ou raconter des conneries(style le 4x4 , le bourre pif dans une station !! qui croyerait ca !!sans depot plainte gratos ...mensonge par omission ??)

  • Ca ferme ?

    Eh ben, franchement, ça me fait chier, comme qui dirait, pour être poli. J’aimais bien tes textes, GF, ils me faisaient marrer. Il va me manquer quelque chose, sûr...

  • ben je viens juste de trouver ton site en tapant "faux cul" sur google haha
    ça avait l’air sympa, j’aurais au moin eu le temps de lire quelques chronique...

    • Ma qué ! vaï

      tu ne vas quand même pas fermer ce site

      pense à l’internaute, explorateur de la toile, perdu dans les méandres qui recouvrera l’espoir en découvrant ton weblog, tel un cairn en montagne.

      chaque pierre a son histoire, ce serait domage de perdre ces histoires...

    • hoy

      à titre perso, j’enregistre le site, mais quid des futurs internautes qui n’auront jamais connaissance de l’oeuvre ?

    • Je sais comment j en suis arriver la !! mais une chose est sur ! ce site , c un site de taré ... ou de certaines personnes qui ont besoin de vider leur sacs . On y trouve de tout et n importe quoi !!! voila moi suis en arret suite a un accident de voiture , je me fais plus ou moins chier , la preuve que je sois la ..... en tps normal j ai bien autres choses a faire !!!! voila , bonne lecture a tous et bonne continuation....

      ps : passez a autres choses sinon si vous etes pas deja fou ! vous allez le devenir...

  • Oh noon...

    D’un autre côté, je vous comprends tout à fait et vous admire déjà d’avoir tenu si longtemps face à l’avénement du grand "je m’étale partout"...

    ...et votre refus d’y être associé ne peut que vous honorer.

    J’espère seulement qu’un tempérament comme le vôtre trouvera d’autres biais pour exprimer (ailleurs ? mieux ?) sa grande lassitude...

    Bon courage ...mais ne vous reposez pas trop : nous sommes si nombreux à nous reconnaître dans votre Fatigue...

    Voir en ligne : http://valentin.villenave.info

  • Ok, tu arretes, soit, et tu fais quoi apres ? Rien, parfait.

    Sans rancune, moi aussi j’ai envie de mettre la clef sous la porte et prendre des vacances.

    J’arrive aux memes conclusions, et depuis aussi longtemps que toi : indecrottables.

    Et je m’inquiete pour mes momes, de la meme facon.

  • Vu que je risque de m’emmerder sévère je me suis pris ton site (et ton PDF pour mes chiottes)...
    Je me ferais chier avec toi donc, en pensée.
    Un petit jeune de la World News Company et qui change de portable tous les ans.


    PS : Je suis peut être vulgaire mais j’ai un profond respect pour les types comme toi. Merci pour la lecture.
  • Il y a des jours comme ça ou l’ennui rôde et envahit mon être. Ces jours là, je me retrouve évidemment devant internet, à ne rien chercher. Et à chaque fois que je cherchais ce rien, je tombais ici. Pas besoin de Favoris. Un moteur de recherche, des mots clés tels "je m’ennuie", "je m’emmerde", ou, mon pour premier pas ici : "grosse fatigue".
    Je ne venais pas souvent, mais j’y restais longtemps. Quelques heures perdues, mais pas gâchées, à visiter le monde d’un vieux grognon nostalgique, qui joue toujours juste avec les mots.
    Tu es mon écrivain préféré.

  • J’arrive après la bataille... dommage mais je dis : bravo Monsieur Grosse Fatigue !
    Dommage mais c’est normal, je ne suis pas une acro d’internet. Je n’ai jamais surfé, sauf aujourd’hui, vraiment, parce que je voulais le trouver ce site.

    J’ai déjà quelques uns de vos textes, fournis par un pote. Il me les a distillés au fil de nos conversations et j’y ai pris grand plaisir. Je les ai retrouvés ici, mais sortis de leur contexte ils me font l’effet d’une orange pressée ; il y a la peau, il y a la pulpe mais plus de jus. Alors, je vais l’inviter à continuer à me les "livrer" à domicile, à son choix, en fonction des circonstances, des humeurs, des humours, du moment, des vérités pas bonnes à dire, du temps qui passe, de l’amour, de la colère, de la peur, de la bêtise universelle, de l’ennui, de l’espoir aussi...

    Décidément, j’aime beaucoup votre écriture.

  • Dommage... j’arrive trop tard, comme il se doit en pareil cas. Bonne fatigue et merci pour l’ennui, j’ai apprécié !

  • bonsoir je ne connaissais pas votre site il est arroivé lors d’une conversation msn .Je suis venu voir et j’ai aimé c’est tous.

  • Je ne sais pas quoi dire...
    Votre écriture était importante, on en trouve pas partout et encore moins sur internet.
    Les mots justes, les tournures justes et plus vrai encore, les idées justes.
    Vos articles me manquerons...

  • Grosse fatigue s’arrête, et je réalise que ses coups de gueule, son indignation va me manquer
    C’était comme un privilège, de connaître cette adresse, ce blog pas comme les autres . Grosse fatigue nous parlait de désir, de la vie qui passe et qui fait parfois mal, de ce qu’il lui arrivait et qui était important dans sa vie.

    Grosse fatigue s’arrête et nous interpelle par cet arrêt. Arrêtons nous aussi quelques instants, quelques jours, quelques semaines... faisons un tas, brûlons nos vieux habits, nos habitudes, toutes ces choses inutiles qu’on accumule , et retrouvons ce qu’il y a d’essentiel , une vitalité qui fait défaut dans notre monde hyper technologique

  • Où l’art d’arriver juste quand le patron ferme le bar. Tout moi, ça !

    Pourquoi ? Comment ? Bah, presque rien. Une grande lassitude. Une accumulation de stress suite au divorce de ma fille. Alors, tout à coup, un geste FOU : google vite, je tape "sale con". Apparaît une liste, et le premier site est celui-là : "grosse fatigue". J’y vois comme un signe... Alors, je lis, je lis en me disant que, c’est sûr, cet article est consacré au mari de ma fille. Je vais trouver son nom là-dedans. D’ailleurs la description est excellente. Oui, c’est bien lui, je le reconnais, la transpiration, le portable et tout et tout...

    P’tain... pas vu son nom à cet enfoiré, il y aurait donc plusieurs mecs comme le mari de ma fille ? Oh, je m’en doutais bien un peu, mais, à ce point de connerie et de méchanceté, ça me faisait du bien de penser qu’il était seul dans son cas et que ma fille n’avait vraiment pas eu de chance, et ses deux amours de petites filles non plus.

    Ca ferme, dommage, je me sentais bien ici. Tout moi, ça !

    Joli Papi.

  • Je suis passé régulièrement avec ce plaisir renouvellé de découvrir de nouveaux mots, de nouveaux textes.
    toutes ces petites situations de vies tellement réelles et pour ainsi dire communes et partagées.

    dommage de perdre cà
    et merci

  • 20 ans. Un jour dans mon IUT informatique, je m’ennuis. "Caca boudin" dans google, et je tombe sur un texte de grosse fatigue sur les crottes de chien dans la rue...

    C’est dommage d’arréter ! Ou du moins de fermer ...

    Bonne continuation ailleurs alors !

    De loin mon préféré :

    " Un jour, on emmène une vieille Noire américaine dans le ghetto, ville de province française. Elle voulait voir les ghettos français. On réfléchit, on trouve un coin craignos.

    On tourne.

    Elle nous dit "Oh ! Flowers !". Qui plante les fleurs ici ? Les habitants du ghetto ?

    Bah non, les services municipaux.

    Ah. I see.

    Elle nous dit "Oh, buses and post-office". On lui dit, bah, normal, "service public"...

    Elle nous ask : "Is it expensive to live here ?" On lui répond, bah, pas trop, c’est des HLM, et puis y’a la CAF, les Alloc, tout ça.

    Elle répond : hum, I see.

    Elle nous dit : OK, mais la school is loin and not affordable je présume ?

    On répond : non non, c’est public school mais c’est free pour all, et voilà voilà.

    Elle nous dit : But why que les mômes d’ici se plaignent et cassent tout ?

    On lui answer : well, pour faire comme aux Etats-Unis ma chère, ils ont la panoplie, faut qu’ils aient l’action, non ? "

  • Sans rivaliser avec la richesse de ce site et le talent de son auteur, ceux qui veulent tuer le temps entre personnes civilisées peuvent toujours se retrouver sur expressio.fr

    Dommage quand même que ce site ci ait été tué par le temps, par les temps qui courrent c’est courir le risque de se faire tuer tout court !

    Voir en ligne : Expressio.fr

    • Ben tiens, on y va ! J’espère tout de même que ce site-ci restera encore un peu ouvert, pour me donner le temps de le découvrir, sans pour autant tuer le temps de cette manière...

  • Ce soir j’ai tapé sur mon clavier " mon père est mort " et je suis tombée sur votre lette . J’ai pleuré. Merci.

  • Dommage, fini vos chroniques acérés sur un monde en décadences.....

    Bon courage pour la suite, et merci pour vos analyses acides

  • Bonsoir ou bonjour, je ne sais plus, il va bientot etre tres tôt en tout cas.

    Comme beaucoup, je suis tombé par hasard sur votre site (aujourd’hui d’ailleur) et je suis très content de cette découverte. Du peu que j’ai lu (80pages), je trouve vos réflections sur l’existance,souvent justes, droles ou étonnantes. (pour ce que ma courte expérience de la vie m’en à appris, j’ai 23 depuis 2 jours)

    j’espère que l’on va bientôt voir votre verve réaparaitre sous d’autres formes, je crois d’ailleur que l’écriture est une drogue trop dur pour pouvoir décrocher si vite.

    Laissez encore votre site en ligne quelque mois, que je comble mes nuits d’insomnies volontaires ou plus s’implement que je puisse satisfaire un plaisir solitaire incoercible :

    la lecture.

    Merci pour les moments que me donnent vos écrits, j’y reviendrais tant qu’il y aura de la lumière.

  • Dites donc, vous écrivez drôlement bien, et sans fautes d’orthographe en plus, miséricorde.
    Je suis arrivée chez vous en tapant "je m’ennuie", à minuit moins une, sur google, c’est marrant, non ?
    DAns l’attente de votre roman dans un vrai livre à emporter pour mes gardes de nuit,
    (et d’ailleurs, c’est votre vrai patronyme, grosse fatigue ? ; c’est pas très pratique, tout de même, comment je vais vous reconnaître en librairie, moi ?)

    A.Nonim

    • Et dire que je pensais etre le seul à taper je m’ennuie dans ma barre d’adresse !!!!

      A l’heure pret (4h00 duu matin) on est dans le meme cas !

    • Salut,

      en fin de compte on est beaucoup a taper je m’ennuie dans la googlebarre...
      Moi je réfléchissai au pourquoi du comment je n’accroche avec personne et vla t il pas que je tombe sur quelque chose qui m’accroche et qui va poutant fermer. Triste ironie du sort...

      A bientot sur la route la prochaine fois je viendrai plus tot...

    • Salut,

      en fin de compte on est beaucoup a taper je m’ennuie dans la googlebarre...
      Moi je réfléchissai au pourquoi du comment je n’accroche avec personne et vla t il pas que je tombe sur quelque chose qui m’accroche et qui va poutant fermer. Triste ironie du sort...

      A bientot sur la route la prochaine fois je viendrai plus tot...

  • Je suis batteur, je dessine et je bricole des petits trucs qui me plaisent et n’emmerdent personne, je me pose des tas de questions sur le monde et les gens, je faisais des maquettes d’avions, j’ai toujours tilté sur tes textes.
    En gros c’est ce que j’aurais aimé savoir écrire.
    Ta sortie est réussie.
    Comme le reste.
    Je continuerai de te lire (aux chiottes).
    Salut
    Pol
    PS si tu me réponds ça m’émeueueeuh.

  • Je vais enfin en pouvoir écrire. Sans concurrence. Quelle chance !!!

    Je découvre tes textes en recherchant des explications techniques sur l’installation d’un antivirus.
    Quel hazard !!!

    Pour le coup, je n’ai pas mes explications et je viens de perdre deux plombes à lire tes textes ou du moins une partie.

    Décidément c’est pas drole !!!
    Ce qui est moins drole encore, c’est qu’en quelques minutes j’ai pris une grosse claque face à certaines vérités.

    Je crois que je vais tout lire.

    Merci pour ce petit moment d’émotion et de bonheur

  • Tombée par hasard sur ce site, comme tant d’autres en tapant le fameux "je m’ennuie" sur google. Merci pour ces textes, c’est un véritable régal ! Je viens de passer deux heures à faire semblant de travailler en vous lisant : non vraiment, n’arretez pas...
    Je vous laisse, il me laisse 600 pages à dévorer ! ;)

  • amusant de jouer l’intelligent, non ? d’autres iraient cracher sur ta tombe...

  • j’avais pas vu tous tes fans... tous vos fans, pardonS ! continuez donc à ne point suivre le courant...

  • Je suis heureuse d’avoir pu vous lire avant que le message 404 ne s’affiche... j’aime votre manière d’écrire... Pourtant, j’ai vingt ans, je ne lis pas les magazines "pipoles"(y’aurait-il encore de l’espoir pour ma génération télé-poubelle ?) Aujourd’hui, alors que je subissais une de ces grosses fatigues qui, semble-t-il, vous sont familières, je suis tombée par hasard (merci google) sur votre site. J’ai beaucoup ris, j’ai admiré le style, et maintenant je me hâte de terminer ce commentaire pour pouvoir lire le reste. Si j’ai tout compris, j’ai sept ans de retard à combler !

  • Je vous ai découvert aujourd’hui seulement, et j’aime votre ton, vos analyses. Vos pensées et vos textes me procurent autre chose (enfin !) que frustration devant la censure internet, et fatigue devant une abondante bêtise humaine (non censurée, elle).
    S’il s’agit de "moyens financiers", puis-je vous aider, aussi modeste que je sois moi-même à ce niveau ?
    J’ai 47 ans, je suis prof de dessin/sculpture et maman célibataire de deux emmerdeuses de 7 et 13 ans.
    Qui êtes-vous, ainsi perdu dans la jungle de la bêtise universelle ?
    Salut, et j’espère vous lire.
    Mon mail : chapel.florence@neuf.fr

  • De grâce pas erreur 404 vous êtes mon coup de coeur !
    Amitiés

    Voir en ligne : http://nacmar.fre.fr

  • Je suis en retard. En retard, en retard. Je veux la tête du chapelier.
    D’un seul coup, ma planète s’éclaire. L’allumeur de réverbère est passé. Bonne nuit les Nounours. Je ne suis plus seul. Nous sommes des milliers, des milliers de petits lapins, à courir, notre p’tit cul blanc en l’air, dans le thym et la marjolaine.
    Mais non. Je parle à un cadavre. Yeux dans les yeux, la tête réponds-moi : comment fais-tu pour avoir tout ce talent, le temps de tous ces textes ? Comment fais-tu pour parler de moi mieux que moi, toi qui n’es plus que le souvenir de moi ?
    Pourquoi je suis toujours en retard à mes rendez-vous, moi qui suis seul au monde ? Clavier, réponds-moi !
    GFA, j’ai connu des bouquetins roux et des bouquins blancs qui s’appelaient un siphon, fon mon cher Tryphon !
    SPIP et Ouvaton sont dans un bateau : que reste t-il de nos amours mon cher coopérateur ?

    Supplique pour ne pas être enterré vivant :

    Est-il possible de laisser ce souvenir en ligne, pétrifié dans la glace de mon whisky, pour notre consommation immodérée et l’édification des futurs p’tits culs blancs que nous n’allons pas manquer de faire, nous autres, les balbutiés du verbe ?

  • Bof. Grosse Fatigue n’était qu’un des quelques sous-Desproges qui exercent sur le Net. Lui-même a dû finir par se lasser d’être ce qu’il est. Bonne fermeture et bon vent.

    • Tu ne l’as sans doute pas lu, ou pas assez. C’est facile de toujours comparer et de ramener à Desproges. Mais finalement, ça n’a pas grand-chose à voir. Grosse Fatigue c’est du Grosse Fatigue, et c’était bien !

  • Et maintenant où vais-je pouvoir trouver un truc drôle et méchant et intelligent sur la candidature de Ségolène ? Qui va pouvoir mettre en mots et en phrases intelligibles tout ce qui grouille ds mon esprit comme réactions allergiques et insupportables à cette surmédiatisation de cette victoire du rien ? Grosse fatigue tu me manques là !

  • Loin du radotage, votre site est un temoignage que les gens continuent à vouloir du vrai et à voir le vrai, avec pour vous une perspicacité et une justesse hallucinante.
    Je jubile en lisant vos textes... Et pourtant j’suis un "jeune" de 19ans, etudiant, a fond dans le mon de la consommation, de l’ephemere, puis ce matin je suis tombé sur votre site, et c’est un souffle, j’suis pas le seul... J’n’ai pas votre verbe, loin s’en faut, mais je comprend tout. Je n’ai encore lu que quelques textes,mais c’est une veritable bouffée d’oxygene, des vraies émotions de la vraie vie de tous les jours, et pas des romances aseptisées à la sauce love story...
    On ne peut vous forcer à continuer, si ce n’est plus un plaisir, mais ne faites pas disparaitre ces textes, par pitié !

  • Allez, merde, quoi ?!
    Jtekif.
    (comment resister à la passion d’un lecteur fumeur - pour l’instant, pas taper - frustré par ton absence et maîtrisant à la perfection la syntaxe et cette belle langue de François Villon ? Putain, reviens meeeeeeeeeerde.)
    On va pas laisser tout ça au web 2.0 et à Diam’s ?!
    Et l’argentique ?! ’Tain !

    Reviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeens !

    Même pas cap !

  • Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site. Je ne sais quoi dire mais j’avais besoin de vous parler. Je me sens moins seule. Merci.
    Soulagement. Découverte. Etonnement.

    C.

  • Bonjour,
    J’ai découvert votre site il y a 1 heure, et je leve la tete prenant conscience que comme tu l’as dit, c’est fini.
    T’as raison, le web, c’est un centre commercial (sauf mon site qui est une oasis de non-consommation, mais dont je tairai le nom pour ne pas denaturer mon petit mot), et tout y est déjà dit.
    N’empêche ! Il faut que tu trouves autre chose... Comme il y a 6 ans... C’est grâce aux précurseurs que ça avance, pas à ceux qui s’engoufrent ensuite dans le créneau.
    Je me suis retrouvé dans de nombreux passages... à croire qu’on a tous la sinistrose.
    Previens moi le jour où tu ponds un truc neuf, j’ai un site qui tourne bien, ça peut t’aider.
    Xavier (jean_fin AT laposte.net)

  • bon alors, c’est pas parce qu’il existe des géant casino, qu’on va plus bouffer...
    moi j’ai tapé "je m’ennuie" sur ma barre de recherche et je suis tombée sur ton site ... manque de bol, déjà fermé... mais ya à lire pour des mois ; on est un certain nombre à regarder les prix littéraires être décernés à d’autres et garder nos écrits sur la toile ou ailleurs : moi c’est dans mes tiroirs ... et alors ? t’a besoin de reconnaissance ? t’en a... de tous ces gens qui te laissent des messages ... tu vas pas faire "c’est ma dernière scène" quand même... Espèce de cabotin, va !!! allez je t’embrasse

  • Kusturica, qui avait decide de conclure sa carriere par Underground, reprend du service apres avoir vu le film de BHL : c’etait trop mauvais pour que le cinema en reste la ! Quelques jours apres la CONference ouebe-tri (selectif ?) de Loic JeMeurs (de honte) transformée en Nabothon pour malade chronique a la recherche desesperee d’un fauteuil croulant, Grosse fatigue nous revient, pour parler dans le vide et nous siderer. Hasard... ou necessite !?

    Et les enfants ? la sante ?

    Bis, encore !

    PS : Je viens de commencer le dernier Saramago sus-mentionne plus haut precedemment, c’est tout pile dans le sujet. Je me marre... de peur !

  • Bijour Missiou,
    et bien pour une fois qqe chose de beau et dans un sens non dénué de sens, tu nous file entre les doigts telle une étoile filante qui brille dans les confins d’un cyber espace sombre. ti vois, ti mi donne l’envie de philosopher. alors ti restes ?!

    Bisous. Hakim

  • Bonjour Messire Grosse-fatigue,
    Je viens juste de tomber sur votre site, celui de Vandale et le collectif Contre-courants... Tout cela me semblait bien sympathique... Malheureusement il semblerait que ce soit un peu tard... Tant pis... Je comprends votre décision du reste...
    Je vous souhaite donc bonne route en regrettant de ne l’avoir pas croisée plus tôt...

    Tang,
    Un collègue certifié non-conforme de l’être moderne... ;)

    Voir en ligne : http://tangleding.hautetfort.com/

  • Je suis tombée vraiment par hasard sur votre site...pour tout vous dire je cherchais une réponse à la question "devenir adulte, c’est quoi ?"...et je suis tombée sur votre article avec la question de votre petit boût qui vous demandait "à partir de quel âge devient-on adulte ?"...et je me suis régalée !!!
    je tenais à vous le dire, même si énormément de gens l’ont fait avant moi, mais j’aime vraiment beaucoup ce que vous faites. La philo je n’en fait qu’au lycée (term.S), et ça va sans dire que ça m’intéresse pas trop cette façon de l’aborder...mais là j’ai adoré :)
    voilà, continuez surtout :)